Alimentation à volume élevé ou standard pour favoriser la croissance des enfants prématurés ou de faible poids de naissance

Problématique de la revue
Le fait de donner aux enfants prématurés (nés à < 37 semaines) ou de faible poids de naissance (< 2500 grammes) un volume de nourriture plus important que ce qui est habituellement donné, favorise-t-il la croissance sans provoquer de problèmes d'alimentation ou d'autres effets secondaires ?

Contexte
Les nourrissons nés prématurément ont besoin de nutriments supplémentaires pour leur croissance. L'un des moyens de fournir une nutrition supplémentaire consiste à donner aux nourrissons un volume de lait plus important que d'habitude (alimentation à volume élevé, égal ou supérieur à 180 à 200 ml/kg/jour de lait). Bien que l'administration de grandes quantités de lait aux enfants prématurés ou de faible poids de naissance puisse augmenter les taux de croissance, il est à craindre que les nourrissons ne pourraient ne pas tolérer ces volumes élevés et qu'ils pourraient subir des effets secondaires, notamment de graves problèmes intestinaux. Nous avons recherché des données probantes issues d'essais cliniques qui évaluaient si l'alimentation à volume élevé était bénéfique ou néfaste pour les enfants prématurés ou de faible poids de naissance.

Caractéristiques des études
La recherche est à jour en date de juin 2020. Nous avons trouvé trois études qui ont abordé cette question.

Principaux résultats
Les données probantes issues de deux études ont montré qu'une alimentation à volume élevé (≥ 180 ml/kg/jour) avec du lait humain fortifié (lait humain supplémenté avec un fortifiant pour lait humain) ou du lait maternisé pour prématurés améliore probablement la prise de poids pendant le séjour à l'hôpital, par rapport à un volume standard du même type. De même, les données probantes issues d'une petite étude ont montré que l'alimentation à volume élevé (≥ 200 ml/kg/jour) avec du lait humain non enrichi ou avec du lait pour prématurés améliore probablement la prise de poids pendant le séjour à l'hôpital. Les données probantes sont insuffisantes pour se prononcer sur l'effet de l’alimentation à volume élevé sur l'augmentation de la longueur ou de la taille de la tête pendant le séjour à l'hôpital, sur la croissance et le développement à long terme, et sur l'effet sur les problèmes intestinaux ou autres effets secondaires.

Conclusions

L'alimentation à volume élevé améliore probablement la prise de poids pendant l'hospitalisation. Les données disponibles sont insuffisantes pour tirer des conclusions sur l'effet de l’alimentation à volume élevé sur d'autres critères de jugement cliniques et de croissance.

Conclusions des auteurs: 

Une alimentation à volume élevé (≥ 180 ml/kg/jour de lait humain fortifié ou au lait maternisé pour prématurés, ou ≥ 200 ml/kg/jour de lait humain non fortifié ou du lait maternisé pour nourrissons nés à terme) améliore probablement la prise de poids pendant l'hospitalisation. Les données disponibles sont insuffisantes pour tirer des conclusions sur l'effet de l’alimentation à volume élevé sur d'autres critères de jugement cliniques et de croissance. Un vaste ECR est nécessaire pour fournir des données d'une qualité et d'une précision suffisantes pour éclairer les politiques et les pratiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le lait humain est la meilleure alimentation entérale pour les prématurés. Cependant, le lait humain, administré aux volumes standard recommandés, ne suffit pas à couvrir les besoins en protéines, en énergie et en autres nutriments des nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance. Une stratégie qui pourrait être utilisée pour remédier aux déficits nutritionnels potentiels consiste à donner un volume plus important d'alimentation entérale. Une alimentation à volume élevé pourrait améliorer l'accumulation de nutriments et la croissance, et par conséquent pourrait améliorer les critères de jugement du développement neurologique. Toutefois, l existe des inquiétudes quant au fait que l'alimentation à volume élevé pourrait provoquer une intolérance alimentaire, une entérocolite nécrosante ou des complications liées à la surcharge liquidienne, telles que la persistance du canal artériel et les maladies pulmonaires chroniques.

Il s'agit d'une mise à jour d'une revue publiée en 2017.

Objectifs: 

Évaluer l'effet sur la croissance et la tolérance d'une alimentation entérale à volume élevé par rapport à une alimentation à volume standard chez les enfants prématurés ou de faible poids de naissance. Chez les nourrissons qui ont été nourris au lait humain enrichi ou au lait maternisé pour prématurés, l’alimentation à volume élevé et standard a été définie comme étant > 180 ml/kg/jour et ≤ 180 ml/kg/jour, respectivement. Chez les nourrissons nourris au lait humain non enrichi ou au lait maternisé pour nourrissons nés à terme, l'alimentation à volume élevé et standard a été définie comme étant > 200 ml/kg/jour et ≤ 200 ml/kg/jour, respectivement.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe Cochrane sur la néonatologie pour effectuer des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; 2020 Issue 6) de la Bibliothèque Cochrane ; Ovid MEDLINE (1946 à juin 2020) ; Embase (1974 à juin 2020) ; et CINAHL (début à juin 2020) ; Maternity & Infant Care Database (MIDIRS) (1971 à avril 2020) ; ainsi que dans des revues précédentes et des registres d'essais.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'alimentation entérale à volume élevé et à volume standard chez les enfants prématurés ou de faible poids de naissance.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué l'admissibilité des essais et le risque de biais et ont extrait les données de manière indépendante. Nous avons analysé les effets du traitement dans les essais individuels et avons rapporté le risque relatif (RR) et la différence de risques pour les données dichotomiques, et la différence moyenne (DM) pour les données continues, avec les intervalles de confiance (IC) respectifs à 95 %. Pour évaluer le niveau de confiance des données probantes, nous avons utilisé l'approche GRADE. Les critères de jugement principaux étaient la prise de poids, la croissance linéaire et de la tête pendant le séjour à l'hôpital, et la retard de croissance extra-utérine à la sortie de l'hôpital.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus deux nouveaux ECR (283 nourrissons) dans cette mise à jour. Au total, nous avons inclus trois essais (347 nourrissons) dans cette mise à jour de la revue.

Alimentation à volume élevé par rapport à une alimentation à volume standard avec du lait humain enrichi ou lait maternisé pour prématurés

Deux essais (283 nourrissons) répondaient aux critères d'inclusion pour cette comparaison. Tous deux étaient de bonne qualité méthodologique, à l'exception de l'absence de mise en aveugle. Les deux essais ont été réalisés chez des enfants nés à moins de 32 semaines de gestation. La méta-analyse des données des deux essais a montré que l'alimentation à volume élevé améliore probablement la prise de poids pendant le séjour à l'hôpital (DM 2,58 g/kg/jour, IC à 95 % 1,41 à 3,76 ; participants = 271 ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). L'alimentation à volume élevé pourrait avoir peu ou pas d'effet sur la croissance linéaire (DM 0,05 cm/semaine, IC à 95 % -0,02 à 0,13 ; participants = 271 ; données probantes d’un niveau de confiance faible), la croissance de la tête (DM 0,02 cm/semaine, IC à 95 % -0,04 à 0,09 ; participants = 271 ; données probantes d’un niveau de confiance faible) et le retard de croissance extra-utérin à la sortie de l'hôpital (RR 0,71, IC à 95 % 0,50 à 1,02 ; participants = 271 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Nous ne sommes pas certains de l'effet de l'alimentation à volume élevé avec du lait humain fortifié ou avec du lait maternisé pour prématurés sur le risque d'entérocolite nécrosante (RR 0,74, IC à 95 % 0,12 à 4,51 ; participants = 283 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Alimentation à volume élevé ou standard avec du lait humain non enrichi ou avec du lait maternisé pour nourrissons nés à terme

Un essai portant sur 64 nourrissons de très faible poids de naissance répondait aux critères d'inclusion pour cette comparaison. Cet essai n'était pas en aveugle mais était par ailleurs de bonne qualité méthodologique. L'alimentation à volume élevé améliore probablement la prise de poids pendant le séjour à l'hôpital (DM 6,2 g/kg/jour, IC à 95 % 2,71 à 9,69 ; participants = 61 ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). L'essai n'a pas fourni de données sur la croissance linéaire et de la tête, et sur le retard de croissance extra-utérin à la sortie de l'hôpital. Nous sommes incertains quant à l'effet de l'alimentation à volume élevé avec du lait humain non enrichi ou avec du lait maternisé pour nourrissons nés à terme sur le risque d'entérocolite nécrosante (RR 1,03, IC à 95 % 0,07 à 15,78 ; participants = 61 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Stéphanie Antoun et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.