Les thérapies psychologiques sont-elles efficaces dans le traitement de la dépression chez les patients atteints de BPCO ?

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) comprend deux affections : l'emphysème et la bronchite chronique. Elle a été reconnue comme un grave problème de santé et l'une des principales causes de décès dans le monde. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) informe que le nombre de personnes atteintes de BPCO continue d'augmenter et que d'ici 2030, la BPCO deviendra la troisième cause de décès dans le monde. La plupart des personnes atteintes de BPCO souffrent également de dépression. Des études montrent que jusqu'à 80 % des patients atteints de BPCO plus grave peuvent présenter des symptômes de dépression. D'autres résultats montrent que les patients atteints de BPCO sont quatre fois plus susceptibles de souffrir de dépression que ceux qui n'en souffrent pas.

Pourquoi cette revue est-elle importante ?

Le nombre de personnes atteintes de BPCO augmente plutôt qu'il ne diminue dans le monde. La dépression dans cette population n'est généralement pas reconnue et les patients reçoivent rarement un traitement approprié. La dépression non traitée augmente le risque de décès, d'hospitalisation, de réadmission et les coûts des soins de santé. À l'heure actuelle, il n'existe pas de données probantes démontrant quelle thérapie psychologique est la plus efficace pour les patients atteints de BPCO et de dépression.

Qui s’intéressera à cette revue ?

Les personnes atteintes de BPCO et de dépression, les médecins respiratoires, les spécialistes de la santé mentale, les infirmières respiratoires, les autres professionnels de la santé et les décideurs.

À quelles questions cette revue cherche-t-elle à répondre ?

Quelle thérapie psychologique (le cas échéant) est efficace pour réduire les symptômes de dépression chez les patients atteints de BPCO ?

Quelles études ont été incluses dans la revue ?

Cet examen comprenait des études expérimentales, appelées essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR), auprès de participants ayant reçu un diagnostic de BPCO.

Que nous apportent les preuves de cette revue ?

Cette revue comprenait 13 études expérimentales (ECR) auxquelles ont participé 1 500 personnes. Notre principal résultat montre que les thérapies psychologiques utilisant la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peuvent, potentiellement, être efficaces pour réduire les symptômes dépressifs chez les patients atteints de BPCO. Toutefois, la qualité de ces données est très faible en raison des nombreuses limites liées à la façon dont les études ont été menées.

Que devrait-il se passer à la suite de cette revue ?

D'autres études expérimentales avec un plus grand nombre de participants sont nécessaires pour confirmer les effets bénéfiques de la TCC chez les patients atteints de dépression liée à la BPCO. Les études futures doivent produire des données probantes de meilleure qualité et mesurer les événements indésirables et d'autres critères importants, comme la qualité de vie ou le rapport coût-efficacité.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats de cette revue indiquent que les thérapies psychologiques (utilisant une approche fondée sur la TCC) peuvent être efficaces pour traiter la dépression liée à la BPCO, mais les preuves sont limitées. Les symptômes dépressifs se sont améliorés davantage dans les groupes d'intervention par rapport à : 1) aucune intervention (placebo d'attention ou soins standard), 2) interventions éducatives, et 3) une co-intervention (réadaptation pulmonaire). Toutefois, l'ampleur de l'effet était faible et la qualité des données probantes très faible en raison de l'hétérogénéité clinique et du risque de biais. Cela signifie qu'un plus grand nombre d'études expérimentales avec un plus grand nombre de participants sont nécessaires pour confirmer les effets bénéfiques potentiels des thérapies utilisant une approche TCC pour la dépression liée à la BPCO.

Les nouveaux essais devraient également combler les lacunes dans les connaissances liées aux données limitées sur les effets indésirables et les critères de jugement secondaires de la qualité de vie, la dyspnée, le volume expiratoire forcé en une seconde (VEMS), la tolérance à l'effort, la durée du séjour à l'hôpital et la fréquence des réadmissions, et la rentabilité. De plus, les nouvelles études de recherche doivent adhérer à une méthodologie solide pour produire des données probantes de meilleure qualité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est reconnue comme un problème de santé mondial et l'une des principales causes de morbidité et de mortalité dans le monde. Les projections de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indiquent que les taux de prévalence de la MPOC continuent d'augmenter et qu'en 2030, elle deviendra la troisième cause de décès dans le monde. La dépression est une comorbidité majeure chez les patients atteints de BPCO, avec une prévalence estimée jusqu'à 80 % aux stades sévères de la BPCO. Les études de prévalence montrent que les patients atteints de BPCO sont quatre fois plus susceptibles de souffrir de dépression que ceux qui n'en souffrent pas. Malheureusement, ils reçoivent rarement un traitement approprié contre la dépression liée à la BPCO. Les résultats d'essais cliniques indiquent que la dépression non traitée est associée à une moins bonne observance du traitement médical, à une mauvaise qualité de vie, à des taux de mortalité plus élevés, à une augmentation des admissions et réadmissions à l'hôpital, à une prolongation du séjour à l'hôpital et, par conséquent, à une augmentation des coûts du système de santé. Étant donné le fardeau et la prévalence élevée de la dépression non traitée, il est important d'évaluer et de mettre à jour les données expérimentales existantes à l'aide d'une méthodologie rigoureuse et d'identifier des thérapies psychologiques efficaces pour les patients souffrant de dépression liée à la BPCO.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des thérapies psychologiques pour le traitement de la dépression chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL) (2018, numéro 11) et dans Ovid MEDLINE, Embase et PsycINFO de juin 2016 au 26 novembre 2018. Auparavant, ces bases de données ont été consultées dans les registres d'essais spécialisés des groupes Cochrane Airways et Common Mental Disorders (toutes les années jusqu'en juin 2016). Nous avons fait des recherches sur le site ClinicalTrials.gov, dans le registre ISRCTN et dans le registre international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé (ICTRP) jusqu'au 26 novembre 2018 pour repérer les essais non publiés ou en cours. De plus, les bases de données de la littérature grise et les listes de références des études initialement identifiées pour l'examen du texte intégral ont également fait l'objet d'une recherche.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés comparant l'utilisation de thérapies psychologiques sans intervention, sans éducation ou combinées à une co-intervention et comparées à la même co-intervention dans une population de patients atteints de BPCO dont les symptômes dépressifs ont été mesurés avant ou pendant l'évaluation initiale étaient admissibles à l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante les titres et les résumés identifiés par la recherche afin de déterminer quelles études répondaient aux critères d'inclusion. Nous avons évalué deux critères de jugement principaux : les symptômes dépressifs et les événements indésirables ; et les critères de jugement secondaires suivants : qualité de vie, dyspnée, volume expiratoire forcé en une seconde (VEMS), tolérance à l'effort, durée du séjour à l'hôpital ou taux de réadmission, et rentabilité. Les articles intégraux potentiellement éligibles ont également fait l'objet d'une évaluation indépendante par deux auteurs de la revue. Un diagramme PRISMA a été préparé pour montrer en détail le processus de décision. Nous avons utilisé l'outil d'évaluation Cochrane " Risque de biais " pour examiner le risque de biais et évaluer la qualité des données probantes à l'aide de la grille GRADE. Tous les résultats étaient continus, c'est pourquoi nous avons calculé la différence moyenne standardisée (DMS) ou la différence moyenne (DM) groupée avec un intervalle de confiance (IC) correspondant de 95 %. Nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires pour calculer les effets du traitement.

Résultats principaux: 

Les résultats sont basés sur 13 essais contrôlés randomisés (ECR), avec un total de 1500 participants. Dans certaines des études incluses, les chercheurs n'ont pas recruté des participants présentant une dépression cliniquement confirmée, mais ont appliqué des critères de dépistage après randomisation. Par conséquent, dans l'ensemble des études, les scores de référence pour les symptômes dépressifs variaient de l'absence de symptômes à la dépression grave. La gravité de la BPCO dans l'ensemble des études était modérée à grave.

Critères de jugement principaux

Il y a eu un léger effet démontrant l'efficacité des thérapies psychologiques pour améliorer les symptômes dépressifs comparativement à l'absence d'intervention (DMS 0,19, IC à 95 % : 0,05 à 0,33 ; P = 0,009 ; 6 études, 764 participants) ou à l'éducation (DMS 0,23, IC à 95 % : 0,06 à 0,41 ; P = 0,010 ; 3 études, 507 participants).

Deux études ont comparé les thérapies psychologiques plus une co-intervention contre la co-intervention seule (c.-à-d. la réadaptation pulmonaire (RP)). Les résultats suggèrent qu'une thérapie psychologique combinée à un programme de relations publiques peut réduire les symptômes dépressifs plus qu'un programme de relations publiques seul (DMS 0,37, 95% CI -0,00 à 0,74 ; P = 0,05 ; 2 études, 112 participants).

Nous avons jugé que la qualité des données probantes était très faible. En raison de la nature des thérapies psychologiques, la mise en aveugle des participants, du personnel et l'évaluation des critères de jugement étaient source de préoccupation.

Aucune des études incluses n'a mesuré les effets indésirables.

Critères de jugement secondaires

La qualité de vie a été mesurée dans quatre études dans la comparaison sans intervention et dans trois études dans la comparaison avec l'éducation. Nous avons constaté des résultats peu concluants en ce qui concerne l'amélioration de la qualité de vie. Cependant, lorsque nous avons regroupé les données de deux études utilisant la même mesure, le résultat suggère que la thérapie psychologique améliore la qualité de vie mieux que l'absence d'intervention. Une étude a mesuré les taux d'admission à l'hôpital et le rapport coût-efficacité et a montré des réductions significatives dans le groupe d'intervention par rapport au groupe d'éducation. Nous avons jugé que la qualité des données probantes était très faible pour les critères de jugement secondaires.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.