Améliorer les systèmes d'information sanitaire de routine pour renforcer la gestion des systèmes de santé

Pour que les services et les systèmes de santé fonctionnent bien, les gestionnaires ont besoin d'un système d'information de routine qui produit des informations fiables sur le bon fonctionnement de ces services et qui favorise l'utilisation de ces informations pour améliorer les services. L'objectif de cette revue Cochrane était de voir si différentes façons d'améliorer le système d'information de routine pouvaient améliorer la qualité et l'utilisation de ces informations, ainsi que la qualité et l'utilisation des services de santé. Les auteurs de cette revue ont rassemblé et analysé toutes les études pertinentes pour répondre à cette question. Ils ont trouvé six études.

Principaux messages

Le passage de systèmes d'information sur papier à des systèmes électroniques ou numériques permet probablement au personnel des établissements de soins de santé de collecter certains types d'informations sanitaires de routine plus rapidement et avec moins d'erreurs. Mais il existe de nombreuses lacunes en matière de données probantes et nous devons encore en savoir plus sur l'effet des différentes approches sur la qualité et l'utilisation des informations, ainsi que sur la qualité des services de santé et celle du système de santé en général.

Quel était le sujet de cette revue ?

Le personnel des établissements de soins de santé recueille généralement de façon routinière des informations sur les services qu'il fournit. Il s'agit souvent d'informations sur la santé de leurs patients et sur le type de traitements ou de tests qu'ils reçoivent. Les responsables à différents niveaux du système de santé collectent également des informations, par exemple sur les ressources humaines, les finances, les médicaments et les systèmes d'approvisionnement. Les gestionnaires peuvent ensuite utiliser ces informations pour prendre des décisions sur la manière d'organiser et d'améliorer les services. C'est ce qu'on appelle un « système d'information sanitaire de routine ». Il s'agit souvent d'un système basé sur le papier, mais les informations peuvent également être recueillies par des systèmes électroniques.

Dans de nombreux pays, ces systèmes de routine ne fonctionnent pas bien. C'est souvent parce que l'information est de mauvaise qualité ou n’est pas très utile. Lorsque des informations de bonne qualité sont disponibles, les gestionnaires n'utilisent pas toujours ces informations de manière efficace pour améliorer les services. Cela peut être dû au fait qu'ils ont des problèmes d'accès à l'information, qu'ils n'ont pas les compétences nécessaires pour utiliser correctement l'information, ou qu'ils ne sont pas encouragés ou soutenus dans leur utilisation de l'information.

Dans cette revue, nous avons examiné les différentes manières d'améliorer les systèmes d'information sanitaire de routine et l'effet que cela a sur la qualité et l'utilisation de l'information ainsi que l’effet sur la qualité des services de soins de santé et celle du système de santé en général.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Les auteurs de cette revue ont trouvé six études pertinentes provenant de pays d'Afrique et d'Amérique du Sud. Certaines de ces études ont évalué si les systèmes électroniques étaient meilleurs que les systèmes basés sur le papier. Certaines de ces études ont également examiné d'autres moyens d'améliorer le système, par exemple en utilisant des systèmes de téléphonie mobile (envoi de SMS) pour aider les professionnels de la santé et les autres membres du personnel à informer les systèmes centraux des niveaux d'approvisionnement, à enregistrer les patients ou à surveiller la santé des patients.

Quel est l’effet de ces types de systèmes sur la qualité et l'utilisation des informations recueillies, sur la qualité des services et celle des systèmes de santé ?

- En comparaison avec les systèmes sur papier, lorsque le personnel de santé utilise des systèmes d'information électroniques ou numériques pour documenter et communiquer les résultats des tests de laboratoire de la tuberculose (TB), les résultats des tests sont probablement communiqués plus rapidement et avec moins d'erreurs dans l'ensemble. Mais nous ne savons pas si ces nouveaux systèmes permettent de réduire le nombre d'erreurs graves (comme le fait de donner des résultats d'analyse erronés pour un patient lors du transfert d'informations du système de laboratoire au système de clinique), car le niveau de confiance des données probantes est très faible.

- Lorsque les agents de santé communautaires reçoivent des messages textuels (SMS) fréquents les incitant à recueillir des informations sur les grossesses, les naissances et les décès de nouveau-nés, cela ne pourrait faire que peu ou pas de différence dans la qualité des informations communiquées, par rapport à des messages moins fréquents.

Nous ne savons pas quels sont les effets des autres approches d'amélioration du système sur la qualité ou l'utilisation de l'information ainsi que sur la qualité des services, car les données probantes manquent ou sont d’un niveau de confiance très faible.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de cette revue ont recherché des études publiées jusqu'en mai 2019.

Conclusions des auteurs: 

La revue indique des effets mitigés concernant les interventions principalement techniques visant à améliorer la qualité des données, avec des lacunes dans les données probantes sur les interventions visant à améliorer la gestion des systèmes de santé fondée sur les données. Il existe une lacune dans les interventions qui étudient le soutien à l'information au-delà de la gestion clinique, comme pour les ressources humaines, les finances, l'approvisionnement en médicaments et la gouvernance. Nous devons mieux comprendre les mécanismes de causalité par lesquels le soutien à l'information pourrait influer sur le changement dans la prise de décisions de gestion, afin de pouvoir élaborer des méthodes solides de conception et d'évaluation des interventions.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un système d'information sanitaire de routine (SISR) qui fonctionne bien peut fournir les informations nécessaires à la gestion du système de santé, à la gouvernance, à la responsabilité, à la planification, à l'élaboration des politiques, à la surveillance ou à l'amélioration de la qualité, mais un soutien insuffisant à l'information a été identifié comme un obstacle majeur à l'amélioration de la gestion du système de santé.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions visant à améliorer les systèmes d'information sanitaire de routine en matière de performance du SISR, mais aussi, en matière de performance de la gestion du système de santé, et d'amélioration de la santé des patients et de la population.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE Ovid et Embase Ovid en mai 2019. Nous avons effectué des recherches dans Global Health, Ovid et PsycInfo en avril 2016. En janvier 2020, nous avons recherché de la littérature grise dans le Grey Literature Report et dans OpenGrey, ainsi qu’une recherche sur les essais en cours en utilisant le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) et le site ClinicalTrials.gov. En octobre 2019, nous avons également effectué une recherche des références citées en utilisant Web of Science, et une recherche d'articles similaires dans PubMed.

Critères de sélection: 

Tout essai randomisé et non randomisé, toute étude contrôlée avant-après et étude de série chronologique comparant les interventions des systèmes d'information sanitaire de routine, avec des témoins, dans des contextes de soins de santé primaires, hospitaliers ou communautaires. Les participants comprenaient le personnel et les responsables soignants, les responsables de district et les agents de santé communautaires utilisant les systèmes d'information de routine.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les dossiers pour identifier les études à inclure, ont extrait les données des études incluses et ont évalué le risque de biais. Les interventions et les critères de jugement étaient trop variés d'une étude à l'autre pour permettre une analyse commune des risques. Nous présentons un « tableau récapitulatif des résultats » pour chaque intervention, avec des comparaisons réparties entre les catégories « Intervention technique » (Technical) et « Intervention organisationnelle » (Organisational), voire une combinaison des deux. Nous rendons compte des résultats sur la qualité des données et celle des services. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six études : quatre essais randomisés en grappes et deux études contrôlées avant-après, provenant d'Afrique et d'Amérique du Sud. Trois études ont évalué des interventions techniques, une étude a évalué une intervention organisationnelle et deux études ont évalué une combinaison d'interventions techniques et organisationnelles. Quatre études ont porté sur la qualité des données et six sur la qualité des services.

Concernant la qualité des données, un système électronique d'information en ligne pour les laboratoires de tuberculose réduit probablement le délai de communication des résultats des tests de tuberculose, ainsi que le taux global d'erreurs d'enregistrement des résultats, par rapport à un système basé sur le papier (données probantes d’un niveau de confiance modéré). Nous ne sommes pas certains de l'effet du système électronique d'information des laboratoires sur le taux d'enregistrement des erreurs graves (erreurs d'identification) pour les résultats des tests de tuberculose par rapport à un système basé sur le papier (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Les erreurs d'identification sont des inexactitudes dans le transfert des résultats des tests entre un registre électronique et les dossiers médicaux des patients. Nous ne sommes également pas certains de l'effet de l'intervention sur la qualité du service (rapidité du début ou de la modification du traitement antituberculeux d'un patient) (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Un dispositif électronique portable améliore probablement le délai de communication des résultats des tests de tuberculose et réduit probablement la fréquence totale des erreurs d'enregistrement des résultats des tests de tuberculose entre le carnet de laboratoire et le système d'enregistrement électronique des informations, par rapport à un système basé sur le papier (données probantes d’un niveau de confiance modéré). Nous ne sommes pas certains de l'effet de l'intervention sur la fréquence des erreurs graves d'enregistrement (erreurs d'identification) entre le carnet de laboratoire et le dossier d'information électronique, par rapport à un système basé sur le papier (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Nous ne sommes pas certains de l'effet d'un système d'information sanitaire électronique hospitalier sur la qualité des services (durée du séjour des patients en consultation externe à l'hôpital, durée de l'hospitalisation et collecte des recettes hospitalières), par rapport à un système sur papier (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Les SMS envoyés à grande fréquence ne pourraient faire que peu ou pas de différence dans la qualité des données (en matière d'exhaustivité de la documentation sur l'issue des grossesses) par rapport aux SMS moins fréquents (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Nous ne sommes pas certains de l'effet de la notification électronique des stocks de médicaments (avec un soutien à la gestion des données ou au transfert de produits) sur la qualité du service (en matière de transport et de niveaux de stocks), par rapport à la notification des stocks sur papier (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Nous ne sommes pas certains de l'effet du renforcement de l'information sanitaire (lorsqu'il fait partie d'une intervention globale d'amélioration de la qualité des services) sur la qualité des services (motivation du personnel de santé, réception d'une formation par le personnel de santé, scores de l'indice d'information sanitaire, qualité de l'observation clinique des enfants et des adultes) (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Maud Bénard et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.