Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) par voie orale contre les douleurs neuropathiques chez l'adulte

Les douleurs neuropathiques sont des douleurs émanant de lésions des nerfs, de la moelle épinière ou du cerveau. Elles diffèrent des messages de douleur acheminés par des nerfs sains à partir de tissus endommagés (comme dans le cas d’une chute, d’une coupure ou d’un genou atteint d’arthrite). Les douleurs neuropathiques sont traitées par des médicaments différents de ceux prescrits contre les douleurs provenant de tissus endommagés. Les médicaments qui sont parfois prescrits pour traiter la dépression ou l'épilepsie peuvent être très efficaces chez certaines personnes souffrant de douleurs neuropathiques.

Les analgésiques couramment prescrits tels que l'ibuprofène (un anti-inflammatoire non stéroïdien, ou AINS) ne sont généralement pas reconnus comme efficaces pour traiter les douleurs neuropathiques, mais certaines régions du monde les utilisent couramment comme traitement.

En mai 2015, nous avons recherché des essais cliniques dans lesquels des AINS oraux étaient prescrits pour traiter les douleurs neuropathiques chez l’adulte. Nous n'avons trouvé que deux petites études incluant 251 participants souffrant de lombalgies chroniques à composante neuropathique ou souffrant de douleurs neuropathiques après un zona. Sur ces 251 participants, 209 ont participé à une étude sur un médicament expérimental non autorisé et non disponible sur le marché.

Les résultats des essais montrent qu'il n'y a pas de différence entre les AINS et le placebo en termes de douleur ou d'effets indésirables (preuves de très faible qualité). Il n'existe pas de preuve suffisamment solide pour nous permettre d’affirmer si les AINS oraux sont utiles ou non pour traiter les douleurs neuropathiques.

Conclusions des auteurs: 

Il n’existe pas de données probantes pour soutenir ou réfuter l'utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens oraux pour traiter les douleurs neuropathiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Bien que souvent considérés comme manquant de preuves adéquates à l’appui de leur utilisation, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont largement prescrits dans la prise en charge des douleurs neuropathiques. Des enquêtes antérieures ont montré que 18 à 47 % des personnes concernées ont déclaré utiliser des AINS spécifiquement pour leurs douleurs neuropathiques (peut-être pas au Royaume-Uni).

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité analgésique des AINS oraux contre les douleurs neuropathiques chroniques chez l’adulte par rapport à un placebo ou à une autre intervention active et évaluer les effets indésirables associés à leur utilisation dans les essais cliniques.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et EMBASE, de leur création au 29 mai 2015, ainsi que dans les références bibliographiques des articles et revues examinés et dans un registre des essais en ligne.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus toute étude randomisée, en double aveugle, d'une durée de deux semaines ou plus, comparant tout AINS oral avec un placebo ou un autre traitement actif contre les douleurs neuropathiques chroniques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment recherché des études, ont extrait des données sur l’efficacité et les effets indésirables et ont examiné les questions de qualité des études. Nous n'avons pas mené d’analyse groupée.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus deux études portant sur 251 participants souffrant de lombalgies chroniques à composante neuropathique ou de névralgie post-herpétique ; 209 de ces participants ont pris part à une étude portant sur un AINS expérimental non utilisé en pratique clinique, et, sur les 42 autres, seuls 16 souffraient de douleurs neuropathiques. Ainsi, les données probantes étaient de troisième niveau et de très faible qualité. Rien n’indique qu’il y ait eu une réduction significative de la douleur grâce aux AINS. Les taux d'événements indésirables étaient faibles et le nombre d’événements insuffisant pour toute analyse.

Notes de traduction: 

Post-édition : Sarah Rehab - Révision : Agathe Lefèvre (M2 ILTS, Université de Paris)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.