Stimulation musculaire chez des personnes atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur l'utilisation de la stimulation électrique des muscles de la cuisse chez les personnes atteintes de BPCO (une affection pulmonaire à long terme caractérisée par la toux, la production d'expectorations (fluides des poumons, c.-à-d. mucosités) et des difficultés à respirer). Nous avons examiné des études qui utilisaient deux groupes ; l'un recevait une stimulation électrique en plaçant des électrodes conductrices sur le muscle et l'autre recevait des soins médicaux habituels. Nous avons également examiné des études qui avaient ajouté une stimulation électrique à un programme sportif et comparé les résultats avec ceux d'un groupe qui n'avait suivi que ce programme sportif.

Ces études ont mesuré la force musculaire et l'endurance (la durée de fonctionnement des muscles), la taille du muscle, la capacité sportive, l'essoufflement, la fatigue des jambes et la qualité de vie liée à la santé (QVLS ; une mesure de la satisfaction d'une personne par rapport à sa vie et à sa santé). Nous avons également cherché à savoir si une stimulation électrique aux muscles de la cuisse provoquait des effets indésirables.

Contexte

Les personnes atteintes de BPCO ont souvent du mal à faire du sport et se sentent essoufflées. Mais faire du sport fréquemment, comme de la marche rapide ou du vélo stationnaire, réduit les difficultés respiratoires et améliore la capacité de faire de l’exercice. L’amélioration de la condition des muscles de la cuisse (c’est-à-dire, la manière dont ils fonctionnent) est l’un des effets du sport.

Cependant, pour certaines personnes atteintes de BPCO, il est difficile de faire du sport à un niveau suffisamment élevé pour améliorer l'état des muscles de la cuisse, en raison d’un essoufflement sévère. L’utilisation d’un courant électrique pour stimuler les muscles de la cuisse chez ces personnes pourrait améliorer leur condition. Comme l'électrostimulation n'est appliquée qu'à quelques muscles (contrairement au sport, qui implique plusieurs muscles), l'électrostimulation peut être réalisée sans causer beaucoup d'essoufflement. Si l'électrostimulation peut améliorer l'état des muscles des jambes, elle pourrait être une approche de rééducation utile.

Date de la recherche

Les données sont à jour jusqu'en mars 2018.

Caractéristiques de l’étude

Dix-neuf études répondaient aux critères d'inclusion de la revue, dont 16 contenant des données sur 267 participants qui pouvaient être incluses dans les analyses. L'âge moyen des participants à chacune des études variait de 56 à 76 ans ; 179 (67 %) étaient des hommes. Sept études ont exploré l'effet de la stimulation électrique seule et neuf études ont exploré l'effet de l'ajout de la stimulation électrique à un programme sportif. L'électrostimulation a été appliquée dans divers milieux, par exemple à domicile, dans un service hospitalier externe, dans une salle d'hôpital ou dans une unité de soins intensifs. La plupart des études ont stimulé les muscles de la cuisse une ou deux fois par jour pendant 30 à 60 minutes, quatre à sept jours par semaine pendant quatre à huit semaines.

Principaux résultats

Les études explorant l'effet de la stimulation électrique seule ont montré une augmentation de la force et de l'endurance des muscles de la cuisse. Elles ont montré une augmentation de certaines mesures de la capacité sportive et une diminution de la gravité de la fatigue des jambes après le sport. Les études explorant l'effet de l'ajout d'une stimulation électrique à un programme sportif ont montré une légère augmentation de la distance parcourue en six minutes. Chez les personnes les plus malades (p. ex. dans une unité de soins intensifs), l'ajout d'une stimulation électrique à un programme sportif a aidé les participants à passer moins de jours confinés au lit. La stimulation électrique n'a pas augmenté le risque d'effets secondaires.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes fournies dans le cadre de cette revue était faible. Cela vient du fait que la plupart des études présentaient des problèmes de conception. L'inclusion d'études futures dans cette revue est susceptible d'en modifier les résultats.

Conclusions des auteurs: 

La SENM, lorsqu'elle est appliquée isolément, améliore la force et l'endurance du quadriceps, la 6MWD et le temps d’exercice à une intensité sous-maximale avant la limite imposée par les symptômes, et réduit la gravité de la fatigue des jambes à la fin des tests sportifs. Cela pourrait augmenter la VO2max, mais l'effet réel sur cette mesure des résultats pourrait être insignifiant. Toutefois, la qualité des données probantes était faible ou très faible en raison du risque de biais dans les études, de l'imprécision des estimations, du faible nombre d'études et des incohérences entre les études. Bien qu'il n'y ait pas eu de gains additionnels dans la force du quadriceps avec la SENM en plus de l'entraînement sportif conventionnel, il y a eu une amélioration de la 6MWD. De plus, chez les personnes les plus affaiblies, l'ajout de la SENM pourrait avoir accéléré l'atteinte d'un jalon fonctionnel, c'est-à-dire la première fois qu'une personne s'assied hors du lit.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Chez les personnes atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), la stimulation électrique neuromusculaire (SENM), seule ou en association avec un entraînement physique conventionnel, pourrait améliorer l'état des muscles périphériques, augmenter la capacité sportive et la performance fonctionnelle, réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie liée à la santé (QVLS).

Objectifs: 

Déterminer les effets de la SENM, appliqué de façon isolée ou en association avec un entraînement physique conventionnel à un ou plusieurs muscles périphériques, sur la force et l'endurance des muscles périphériques, la taille des muscles, la capacité sportive, la performance fonctionnelle, les symptômes, la QVLS et les effets indésirables chez les personnes atteintes de BPCO.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le 14 mars, nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, la base de données sur les preuves en physiothérapie, les registres d'essais cliniques et les résumés de conférences.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés ayant recruté des adultes atteints de BPCO s'ils avaient comparé les résultats entre un groupe ayant reçu une SENM et un groupe ayant reçu des soins habituels ou entre un groupe ayant reçu une SENM plus un entraînement physique classique et un groupe ayant participé uniquement à un entraînement physique classique.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont extrait les données et évalué le risque de biais de manière indépendante à l'aide de l'outil d'évaluation du risque de biais de Cochrane. Nous avons exprimé les données continues sous forme de différence moyenne standardisée (DMS) ou de différence moyenne (DM) avec l'intervalle de confiance (IC) correspondant de 95 %. Nous avons évalué la qualité des preuves en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Dix-neuf études répondaient aux critères d'inclusion, dont 16 ont fourni des données sur 267 participants atteints de BPCO (âge moyen de 56 à 76 ans ; 67 % étaient des hommes). Sur ces 16 études, sept portaient sur l'effet de la SENM par rapport aux soins habituels et neuf portaient sur l'effet de la SENM et de l'entraînement physique conventionnel par rapport à l'entraînement physique conventionnel seul. Six études ont eu recours à une fausse stimulation dans le groupe témoin. Appliqué isolément, la SENM a entraîné une augmentation de la force musculaire périphérique (DMS 0,34, IC à 95 % : 0,02 à 0,65 ; preuves de faible qualité) et de l’endurance du quadriceps (DMS 1,36, IC à 95 % : 0,59 à 2,12 ; preuves de faible qualité) mais l'effet sur la taille du muscle de la cuisse n’était pas clair (DM 0,25, IC à 95 % : -0,11 à 0,61 ; preuves de faible qualité). On a observé une augmentation de la distance de marche de six minutes (6MWD) (DM 39,26 m, IC à 95 % 16,31 à 62,22 ; preuves de faible qualité) et une augmentation du temps d’exercice à une intensité sous-maximale avant la limite imposée par les symptômes (DM 3,62 minutes, IC à 95 % 2,33 à 4,91). On a observé une réduction de la gravité de la fatigue des jambes à la fin d'un test d'effort (DM -1,12 unité, IC à 95 % -1,81 à -0,43). L'augmentation de la vitesse maximale d'absorption d'oxygène (VO2max) était à la limite de la significativité (DM 0,10 L/minute, IC à 95 % 0,00 à 0,19).

Dans le cas de la SENM avec un entraînement physique conventionnel, l'effet sur la force musculaire périphérique était incertain (DMS 0,47, IC à 95 % -0,10 à 1,04 ; preuves de très faible qualité) et les études étaient insuffisantes pour réaliser une méta-analyse de l'effet sur l'endurance du quadriceps ou sur la taille du muscle des cuisses. Cependant, il y a eu une amélioration de la 6MWD en faveur de la SENM combinée à l'entraînement sportif conventionnel (DM 25,87 m, IC à 95 % 1,06 à 50,69 ; preuves de très faible qualité). Chez les personnes admises dans une unité de soins intensifs ou dans un centre de soins respiratoires pour personnes à dépendance élevée, la SENM, combinée à l’exercice physique conventionnel, a réduit de 4,98 jours le temps nécessaire pour que les participants s’assoient en dehors du lit (IC à 95 % -8,55 à -1,41 ; preuves de très faible qualité), même si l'hétérogénéité statistique pour cette analyse était élevée (I2 = 60 %). Pour les deux types d'études (c.-à-d. SENM par rapport aux soins habituels et SENM avec entraînement sportif conventionnel par rapport à l'entraînement sportif conventionnel seul), il n'y eu aucune différence de risque de mortalité ou d'événements indésirables mineurs chez les participants qui avaient reçu la SENM.

Notes de traduction: 

Post-édition : Philip Henlin - Révision : Christophe Charlec (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.