Modifications dans l'organisation du travail pour prévenir et réduire le stress chez les enseignants

Contexte

Les enseignants éprouvent souvent du stress au travail, et cela peut entraîner des problèmes de santé physique et mentale, une augmentation des absences pour maladie, des démissions d'enseignants ainsi qu'un déclin dans les performances et la santé des enfants. Les programmes individuels de gestion du stress et de conseil destinés aux enseignants ne ciblent que les symptômes du stress, tandis que les interventions visant l'organisation de l'école ciblent les causes du stress. Nous avons cherché des études réalisées avant janvier 2015 pour évaluer les éléments de preuve sur les changements dans l'organisation du travail pour améliorer le bien-être et réduire le stress lié au travail chez les enseignants.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé quatre études portant sur un total de 2 199 enseignants. Ces études évaluaient trois types de modifications dans l'organisation du travail. La première intervention consistait à apporter des modifications aux tâches des enseignants, tels qu'une réorganisation du travail, l'établissement d'horaires de travail flexibles et le réaménagement de l'environnement de travail. Un autre type d'intervention consistait en la mise en place d'un réseau de soutien et de coaching à l'échelle de l'école parallèlement à la formation individuelle pour les enseignants, afin de proposer un programme de développement de l'enfant. Enfin, la troisième intervention comportait plusieurs composantes : une prime à la performance, des possibilités de promotion dans l'emploi et du mentorat.

Résultats

Modification des tâches des enseignants

Dans une étude portant sur 961 enseignants dans huit écoles, les modifications apportées aux tâches des enseignants associées à une formation de gestion du stress ont entraîné une légère réduction des niveaux de stress au travail après un an de suivi par rapport à l'absence d'intervention. Il y avait aussi une petite augmentation de la capacité de travail, qui correspond aux capacités d'un travailleur d'effectuer son travail. Cependant, les auteurs ne signalent pas de quelle façon ils avaient modifié les tâches des enseignants, ce qui limite l'utilisabilité de ces résultats ailleurs.

Modification de caractéristiques organisationnelles

Deux études portaient sur le soutien et le coaching à l'échelle de l'école associé à la formation des enseignants. Dans la première étude comptant 43 écoles et 59 enseignants participants, aucun effet considérable sur l'anxiété ou la dépression n'a été constaté, après deux ans de suivi, par rapport à l'absence d'intervention. Dans l'autre étude portant sur 18 écoles et 77 enseignants participants, aucun effet considérable n'a été observé sur l'épuisement ou la capacité émotionnelle, après six mois de suivi, par rapport à l'absence d'intervention. L'épuisement est un état de stress sévère prolongé. La capacité émotionnelle signifie la compréhension des émotions des autres, et la compréhension et le contrôle de ses propres émotions. Les deux études comportaient un petit nombre de participants.

Programme multidimensionnel

Dans une étude portant sur 34 écoles et 1 102 enseignants, l'intervention comprenait une prime à la performance, des possibilités de promotion dans l'emploi et du mentorat. Après trois ans de suivi, et comparativement à 300 écoles semblables, une réduction modérée a été observée au niveau des démissions des enseignants dans les écoles ayant bénéficié de l'intervention. Cependant, les auteurs ont rapporté des résultats seulement pour huit écoles.

Qualité des preuves

La qualité des preuves était faible pour toutes les interventions parce que les auteurs n'avaient pas rapporté tous les résultats et avaient perdu de vue beaucoup de participants pour le suivi. Toutes les études incluses comportaient également des interventions destinées aux enseignants individuels, associées aux changements organisationnels dans les écoles. Par conséquent, de nouvelles études de meilleure qualité ciblant les écoles nous amèneront probablement à modifier les conclusions de cette revue.

Conclusion

Changer la façon dont le travail des enseignants est organisé dans les écoles pourrait améliorer le bien-être des enseignants et réduire les démissions d'enseignants. Nous avons besoin de recherches mieux conçues sur le développement et l'évaluation des changements dans l'organisation du travail dans les écoles. Dans les études futures, il faudrait déterminer de façon aléatoire si des modifications sont apportées ou non à l'organisation du travail dans les écoles. Ces études devraient également porter sur plusieurs centaines de participants.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons identifié des preuves de faible qualité suggérant que les interventions organisationnelles entraînaient des améliorations dans le bien-être des enseignants et les taux de rétention. Il est nécessaire d'évaluer plus en avant les effets des interventions organisationnelles sur le bien-être des enseignants. Ces études devraient adopter un cadre adapté à l'évaluation des interventions complexes, utiliser une conception randomisée en grappes et avoir une grande taille d'échantillon.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La profession d'enseignant est un métier à forte prévalence du stress lié au travail. Cela peut entraîner des problèmes persistants de santé physique et mentale chez les enseignants. Il peut également avoir un impact négatif sur la santé, le bien-être et la réussite scolaire des enfants, et imposer un fardeau financier sur le budget public en termes de rotation des enseignants et des absences pour maladie. La plupart des interventions évaluées portant sur le bien-être des enseignants ciblent le niveau individuel, et de ce fait, ne s'attaquent pas aux causes du stress en milieu de travail. Les interventions au niveau organisationnel représentent une possibilité à cet égard.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions organisationnelles pour améliorer le bien-être et réduire le stress lié au travail des enseignants.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons interrogé le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, ASSIA, AEI, BEI, BiblioMap, DARE, DER, ERIC, IBSS, SSCI, Sociological Abstracts, un certain nombre de bases de données spécialisées dans la santé au travail ainsi que plusieurs registres d'essais et sources de littérature grise, depuis la création de chaque base de données jusqu'à janvier 2015.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR), ECR en grappes et études contrôlées avant-après d'interventions au niveau de l'organisation pour le bien-être des enseignants.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane.

Résultats principaux: 

Quatre études répondaient aux critères d'inclusion. Il s'agissait de trois essais contrôlés randomisés en grappes et d'une étude par étapes.

Modification des caractéristiques des tâches

Une étude comptant 961 enseignants de huit écoles comparait une intervention portant sur la modification organisationnelle des tâches associée à la formation en gestion du stress par rapport à l'absence d'intervention. Elle a observé une petite réduction à 12 mois dans 10 des 14 sous-catégories de l'échelle Occupational Stress Inventory, avec une différence moyenne (DM) allant de -3,84 à 0,13, ainsi qu'une petite augmentation sur l'échelle Work Ability Index (DM 2,27 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,64 à 2,90 ; 708 participants, preuves de faible qualité).

Modification des caractéristiques organisationnelles

Deux études comparaient la formation des enseignants associée au soutien et au coaching à échelle de l'école par rapport à l'absence d'intervention. Une étude portant sur 59 enseignants dans 43 écoles n'a observé aucun effet significatif sur l'anxiété liée au travail (DM -0,25 ; IC à 95 % de -0,61 à 0,11 ; preuves de très faible qualité) ou la dépression (DM -0,26 ; IC à 95 % de -0,57 à 0,05 ; preuves de très faible qualité) après 24 mois. L'autre étude portant sur 77 enseignants dans 18 écoles n'a constaté aucun effet significatif dans les sous-catégories de l'échelle Maslach Burnout Inventory (par exemple, sous-catégorie de l'épuisement émotionnel : DM -0,05 ; IC à 95 % de -0,52 à 0,42 ; preuves de faible qualité) ou dans les sous-catégories de l'échelle Teacher Perceived Emotional Ability (par exemple, sous-catégorie de la régulation des émotions : DM 0,11 ; IC à 95 % de -0,11 à 0,33 ; preuves de faible qualité) après six mois.

Intervention multidimensionnelle

Une étude portant sur 1 102 enseignants dans 34 écoles comparait une intervention multidimensionnelle comprenant une prime à la performance, des possibilités de promotion dans l'emploi ainsi qu'un soutien de mentorat par rapport à un groupe témoin apparié composé de 300 écoles. Elle a constaté des taux de rétention des enseignants modérément plus élevés (DM 11,50 ; IC à 95 % de 3,25 à 19,75 à 36 mois de suivi, preuves de très faible qualité). Cependant, les auteurs n'ont rapporté que les résultats d'une cohorte sur quatre (huit écoles), ce qui démontre un risque élevé de biais de déclaration.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.