L'effet hypotenseur des bêta-bloquants à activité agoniste partielle est-il constant ou variable au cours de la journée ?

Problématique de la revue

Cette étude cherche à savoir si l'effet hypotenseur des bêta-bloquants à activité agoniste partielle est constant ou variable tout au long de la journée chez les adultes souffrant d'hypertension (pression artérielle supérieure d'au moins 140 mmHg ou pression artérielle inférieure d'au moins 90 mmHg, ou les deux).

Contexte

L'hypertension artérielle est très courante dans la population générale et, si elle n'est pas traitée, elle peut augmenter le risque d'accident vasculaire cérébral et de maladie cardiaque. Chez un individu, la pression artérielle varie naturellement au cours de la journée. Il est au plus bas la nuit, se lève avant le réveil, puis tombe progressivement pendant la journée. On a constaté que les modifications de ce schéma de variation constituent un facteur de risque de maladie cardiaque, indépendamment du degré d'augmentation de la pression artérielle.

Les bêta-bloquants sont couramment utilisés dans le traitement de l'hypertension artérielle. Actuellement, nous ne savons pas si les bêta-bloquants font baisser la pression artérielle à des degrés différents à différents moments de la journée, et en quoi cela diffère par rapport aux autres classes de médicaments utilisés pour traiter l'hypertension. Cette revue s’est concentré sur une classe particulière de bêta-bloquants - ceux qui ont une activité agoniste partielle (molécules qui activent et inhibent à la fois son récepteur).

Date des recherches

Nous avons recherché la littérature scientifique disponible, et avons inclus des études pertinentes jusqu'en juin 2020.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché des études qui examinent les effets hypotenseurs de traitement par six bêta-bloquants ayant une activité agoniste partielle à différents moments sur une période de 24 heures, mesurée par un appareil qui mesure automatiquement la pression artérielle à intervalles réguliers (surveillance ambulatoire).

Principaux résultats

Nous avons identifié sept études, impliquant 121 participants, qui ont étudié trois des six bêta-bloquants ayant une activité agoniste partielle (acébutolol, pindolol et bopindolol). Nous avons constaté que ces bêta-bloquants baissaient la pression artérielle et le rythme cardiaque plus pendant la journée et la soirée que pendant la nuit. Actuellement, nous ne connaissons pas les bénéfices et les risques de ce schéma de réduction de la pression artérielle, tel son impact sur la réduction des accidents vasculaires cérébraux et des maladies cardiaques.

Niveau de confiance des données probantes

Seul un petit nombre d'études éligibles a été identifié, impliquant relativement peu de participants. Nous avons jugé que la majorité des études présentaient un risque de biais élevé ou peu clair. Nous avons jugé que le niveau de confiance global des données probantes était très faible pour tous les critères de jugement. Des recherches plus approfondies auront probablement un impact important sur l'estimation de l'effet et pourraient modifier la conclusion.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour tirer des conclusions générales sur le degré de variation de l'efficacité de bêta-bloquants à activité agoniste partielle à faire baisser la tension artérielle à chaque heure sur une période de 24 heures, chez les adultes souffrant d'hypertension essentielle. Des données probantes d’un niveau de confiance très faible ont montré que les bêta-bloquants à activité agoniste partielle acébutalol, pindolol et bopindolol abaissaient davantage la tension artérielle pendant le jour et la soirée que pendant la nuit. Toutefois, le nombre d'études et de participants inclus dans cette revue était très faible, ce qui limite encore le niveau de confiance des données probantes. Nous avons besoin d'essais supplémentaires et de plus grande envergure, avec un enregistrement précis de l'heure de la prise du médicament, et avec un rapport sur l'écart type de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque à chaque heure.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les bêta-bloquants sont couramment utilisés dans le traitement de l'hypertension. Nous ne savons pas si l'efficacité des bêta-bloquants pour réduire la pression artérielle (PA) varie au cours de la journée. Cette étude se concentre sur la sous-classe des bêta-bloquants à activité agoniste partielle.

Objectifs: 

Évaluer le degré de variation de l'efficacité de bêta-bloquants à activité agoniste partielle à réduire la PA à chaque heure sur une période de 24 heures chez les adultes souffrant d'hypertension essentielle, soit d’origine inconnue.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle a effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour trouver des études pertinentes jusqu'en juin 2020 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle ; CENTRAL ; 2020, numéro 5 ; MEDLINE Ovid ; Embase Ovid ; le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé ; et ClinicalTrials.gov. Nous avons également contacté certains auteurs d'articles pertinents concernant d'éventuels travaux publiés ou non. Les recherches ont été effectuées sans restriction de langue.

Critères de sélection: 

Nous avons cherché à inclure tous les essais randomisés et non randomisés qui évaluent l'effet horaire des bêta-bloquants à activité agoniste partielle par un suivi ambulatoire, avec un suivi minimum de trois semaines.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné indépendamment les essais inclus et ont extrait les données. Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes en utilisant la méthode GRADE. Les résultats inclus dans la revue étaient la pression artérielle systolique et diastolique (PAS et PAD) et la fréquence cardiaque (FC), mesurées à l'aide d'un moniteur ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) sur 24 heures.

Résultats principaux: 

Quatorze essais contrôlés sur les valeurs de base non randomisés portant sur bêta-bloquants à activité agoniste partielle ont répondu à nos critères d'inclusion, mais seules sept études, impliquant 121 participants, ont rapporté des données de PA ambulatoire horaire qui pourraient être incluses dans la méta-analyse. Les bêta-bloquants étudiés comprenaient l'acébutalol, le pindolol et le bopindolol. Nous avons jugé que la plupart des études présentaient un risque élevé ou peu clair de biais de sélection, d'attrition et de déclaration. Nous avons jugé que le niveau de confiance global des données probantes était très faible pour tous les critères de jugement.

Nous avons analysé et présenté les données à chaque heure après la dose. Des données probantes d’un niveau de confiance très faible ont montré que la réduction horaire moyenne de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque s'est atténuée au fil du temps. Sur la période de 24 heures, l'ampleur de la baisse de la PAS à chaque heure a varié de -3,68 mmHg à -17,74 mmHg (7 études, 121 participants), la baisse de la PAD à chaque heure a varié de -2,27 mmHg à -9,34 mmHg (7 études, 121 participants), et la baisse de la RFC à chaque heure a varié de -0,29 battements/min à -10,29 battements/min (4 études, 71 participants). En comparant trois intervalles de temps de 8 heures qui correspondent aux heures de jour, de soir et de nuit, le bêta-bloquants à activité agoniste partielle a été moins efficace pour faire baisser la PA et la FC la nuit, que le jour et le soir. Toutefois, comme nous avons jugé que ces critères de jugement étaient appuyés par des données probantes d’un niveau de confiance très faible, des recherches supplémentaires auront probablement un impact important sur l'estimation de l'effet et pourraient modifier la conclusion.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Melanie Kappel et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.