Endométriose : synthèse des Revues Cochrane

Contexte

Les auteurs de la revue Cochrane ont examiné les données probantes sur l'endométriose provenant des revues systématiques Cochrane publiées dans La Bibliothèque Cochrane. Nous voulions résumer les données probantes sur les options de traitement offertes aux femmes souffrant de douleur ou d’infertilité, ou des deux, associées à l'endométriose diagnostiquée cliniquement.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 17 revues systématiques Cochrane. Quatorze ont rapporté des mesures des critères d’évaluation liés au soulagement de la douleur et huit des critères d’évaluation liés à la fertilité. Toutes les revues étaient de bonne qualité. La qualité des données probantes pour des comparaisons et des critères d’évaluation particuliers variait de très faible à modérée, en raison des limites des études primaires, des incohérences entre les études et de l'imprécision des résultats.

Résultats principaux

Un certain nombre d'interventions ont semblé efficaces pour soulager la douleur chez les femmes atteintes d'endométriose. Il s'agissait d’analogues de l'hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires (GnRH) comparativement au placebo, du dispositif intra-utérin libérant du lévonorgestrel (DIU-LNG) comparativement à la prise en charge non interventionniste, du danazol comparativement au placebo et des progestatifs et antiprogestatifs comparativement au placebo. Les interventions chirurgicales laparoscopiques se sont également révélées efficaces contre la douleur.

Chez les femmes atteintes d'endométriose qui ont recours à la procréation assistée, trois mois de traitement avec un agoniste de la GnRH ont amélioré les taux de grossesse. L’excision chirurgicale a amélioré les taux de grossesse spontanée dans les neuf à 12 mois suivant l'intervention par rapport à l’ablation chirurgicale. La chirurgie laparoscopique a amélioré les taux de naissances vivantes et de grossesses comparativement à la laparoscopie diagnostique seule. Rien n'indique que le traitement médical ait amélioré les taux de grossesse clinique.

Les données sur les effets indésirables étaient rares, mais les analogues de la GnRH et le danazol étaient associés à des taux plus élevés d'effets indésirables que le placebo, et les progestatifs injectables à action prolongée étaient associés à des taux plus élevés que les autres traitements.

Conclusions des auteurs: 

Pour les femmes souffrant de douleur et d'endométriose, la suppression des cycles menstruels avec des analogues de l'hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires (GnRH), le dispositif intra-utérin libérant du lévonorgestrel (DIU-LNG) et le danazol étaient des interventions bénéfiques. Le traitement laparoscopique de l'endométriose et l'excision des endométriomes ont également été associés à une amélioration de la douleur. Les données sur les AINS n'étaient pas concluantes. Il n'y avait aucune preuve indiquant un bénéfice avec un traitement médical postopératoire.

Chez les femmes atteintes d'endométriose qui ont recours à la procréation assistée, trois mois de traitement avec un agoniste de la GnRH ont amélioré les taux de grossesse. L’excision chirurgicale a amélioré les taux de grossesse spontanée dans les neuf à 12 mois suivant l'intervention par rapport à l’ablation chirurgicale. La chirurgie laparoscopique a amélioré les taux de naissances vivantes et de grossesses comparativement à la laparoscopie diagnostique seule. Rien n'indique que le traitement médical ait amélioré les taux de grossesse clinique.

Les données sur les dommages étaient rares, mais les analogues de la GnRH, le danazol et les progestatifs injectables à action prolongée étaient associés à des taux plus élevés que les autres interventions.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Cette synthèse rend compte des interventions pour le soulagement de la douleur et traiter l’infertilité chez les femmes préménopausées ayant reçu un diagnostic clinique d'endométriose.

Objectifs: 

L'objectif de cette synthèse était de résumer les données probantes tirées des revues systématiques Cochrane sur les options de traitement pour les femmes souffrant de douleur ou d’infertilité associées à l'endométriose.

Méthodes: 

Les revues systématiques Cochrane publiées sur la douleur ou la fertilité chez les femmes atteintes d'endométriose diagnostiquée cliniquement étaient éligibles à l’inclusion dans la synthèse. Nous avons également identifié des revues Cochrane en préparation (protocoles et titres) pour inclusion future. Les revues, les protocoles et les titres ont été identifiés en consultant la base de données Cochrane des revues systématiques et Archie (le système de gestion de l'information Cochrane) en mars 2014.

Les critères de jugement liés à la douleur de la synthèse étaient le soulagement de la douleur, l'amélioration clinique ou la résolution et la récurrence de la douleur. Les critères de jugement liés à la fécondité étaient les suivants : naissance vivante, grossesse clinique, grossesse en cours, fausse couche et évènements indésirables.

La sélection des revues systématiques, l'extraction des données et l'évaluation de la qualité ont été effectuées en deux exemplaires. La qualité de la revue a été évaluée à l'aide de l'outil AMSTAR. La qualité des données probantes pour chaque critère de jugement a été évaluée à l'aide des méthodes GRADE. Les conclusions de la revue ont été résumées dans le texte et les données relatives à chaque critère de jugement ont été présentées dans des "tableaux additionnels".

Résultats principaux: 

Dix-sept revues systématiques publiées dans La Bibliothèque Cochrane ont été incluses. Toutes les revues étaient de bonne qualité. La qualité des données probantes pour des comparaisons spécifiques variait de très faible à modérée. Les limites des données probantes comprenaient le risque de biais dans les études primaires, l'incohérence entre les études et l'imprécision des estimations des effets.

Soulagement de la douleur (14 revues)

Analogues de l'hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires (GnRH)

Une revue systématique a rapporté des données de faible valeur probante d'un bénéfice global des analogues de la GnRH par rapport au placebo ou à l'absence de traitement.

Suppression de l'ovulation

Cinq revues systématiques ont porté sur le traitement médical par suppression de l'ovulation. Des données de valeur probante moyenne indiquent que le dispositif intra-utérin libérant du lévonorgestrel (DIU-LNG) était plus efficace qu’une prise en charge non interventionniste, et des données de très faible valeur probante indiquent que le danazol était plus efficace que le placebo. Il n'y avait pas de données probantes cohérentes indiquant une différence d'efficacité entre contraceptifs oraux et goséréline, œstrogène plus progestatif et placebo, ou progestatifs et placebo, mais dans tous les cas, les données pertinentes avaient une faible ou très faible une valeur probante.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Une revue portant sur des AINS a fait état de preuves non concluantes d'un effet bénéfique sur le soulagement des symptômes comparativement au placebo.

Interventions chirurgicales

Deux revues ont fait état d’interventions chirurgicales. L'une d’elles a fait état de données de valeur probante moyenne indiquant un soulagement de la douleur à la suite d'une chirurgie laparoscopique, comparativement à la laparoscopie diagnostique seulement. L'autre a rapporté des données de très faible valeur probante sur le fait que les taux de récidive des endométriomes étaient plus faibles après une excision chirurgicale qu'après une ablation chirurgicale.

Interventions médicales post-chirurgicales

Deux revues ont fait état d'interventions médicales post-chirurgicales. Ni l'une ni l'autre n'a trouvé de preuve d'un effet sur les critères de jugement liés à la douleur, bien que dans les deux cas, les données avaient une faible ou très faible valeur probante.

Médecine alternative

Il y a eu deux revues systématiques portant sur des médecines alternatives. L'une d'elles a fait état d'un bénéfice de l'acupuncture auriculaire par rapport à la phytothérapie chinoise, et l'autre n'a fait état d'aucune différence entre la phytothérapie chinoise et le danazol. Dans les deux cas, les données avaient une faible ou très faible valeur probante.

Médicaments anti-TNF-α

Une revue n'a trouvé aucune preuve d'une différence d'efficacité entre les médicaments anti-TNF-α et le placebo. Cependant, les données avaient une faible valeur probante.

Revues faisant état de critères de jugement en matière de fécondité (8 revues)

Interventions médicales

Quatre revues ont fait état d'interventions médicales visant à améliorer la fertilité chez les femmes atteintes d'endométriose. L'une d'elles a comparé trois mois d'agonistes de la GnRH avec un groupe témoin chez des femmes ayant recours à la procréation assistée et a trouvé des données de très faible valeur probante indiquant une augmentation des grossesses cliniques dans le groupe traité. Aucune preuve d'une différence d'efficacité n’a été identifiée entre les interventions dans les trois autres revues, qui comparaient les agonistes de la GnRH aux antagonistes, la suppression de l'ovulation au placebo ou à l'absence de traitement, et le traitement médical préchirurgical à la chirurgie seule. Dans tous les cas, les données avaient une faible ou très faible valeur probante.

Interventions chirurgicales

Trois revues ont fait état d'interventions chirurgicales. Des données de valeur probante moyenne indiquent que les taux de naissances vivantes ou de grossesses en cours et les taux de grossesses cliniques étaient plus élevés après une chirurgie laparoscopique qu'après une laparoscopie diagnostique seule. Il y avait des données de faible valeur probante concernant l’absence de différence d'efficacité entre la chirurgie et la prise en charge non interventionniste de l'endométriome. Une revue a trouvé des données de faible valeur probante indiquant que l’excision chirurgicale a eu comme conséquence des taux plus élevés de grossesse clinique que le drainage ou l'ablation des endométriomes.

Interventions post-chirurgicales

Deux revues ont fait état d'interventions médicales post-chirurgicales. Elles n'ont trouvé aucune preuve d'un effet sur les taux de grossesse clinique. Les données avaient une faible ou très faible valeur probante.

Médecine alternative

Une revue portant sur la médecine chinoise à base de plantes par rapport à la gestrinone n'a trouvé aucune preuve d'une différence entre les groupes dans les taux de grossesse clinique. Cependant, les données avaient une faible valeur probante.

Les événements indésirables

Les revues concernant les analogues de la GnRH et le danazol ont révélé que les interventions étaient associées à des taux plus élevés d'effets indésirables que le placebo et que les progestatifs injectables à action prolongée étaient associés à des taux plus élevés d'évènements indésirables que les autres traitements. La phytothérapie chinoise a été associée à moins d'effets secondaires que la gestrinone ou le danazol.

Les fausses couches ont été rapportées dans trois revues en tant que critère de jugement. Aucune différence n'a été observée entre la laparoscopie chirurgicale et diagnostique, entre les agonistes et les antagonistes de la GnRH, ni entre l'aspiration de l'endométriome et la prise en charge non interventionniste. Toutefois, dans tous les cas, les données avaient une faible valeur probante.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.