Photothérapie utilisant les ultraviolets B à bande étroite versus les ultraviolets B à large bande ou la photochimiothérapie utilisant le psoralène et les ultraviolets A pour le traitement du psoriasis

Le Psoriasis est un trouble fréquent, une maladie cutanée inflammatoire chronique, avec une prévalence globale estimée allant de 0,5% à 4,6%. D'après des caractéristiques cliniques, le psoriasis est généralement divisé comme suit : le psoriasis en plaques chronique (PPC), le psoriasis associé à l'arthrite psoriasique et le psoriasis pustuleux, érythrodermique ou en gouttes. Nous avons également pris en compte le psoriasis qui affecte la paume des mains et la plante des pieds (le psoriasis palmo-plantaire, ou PPP). Malgré que le psoriasis soit rarement associé à un pronostic vital, il peut affecter significativement la qualité de vie d'une personne.

La photothérapie est une option de traitement essentielle pour les personnes atteintes de psoriasis. Les types de photothérapie les plus couramment utilisés sont les ultraviolets B (UVB) à bande étroite, les ultraviolets B à large bande et la photochimiothérapie utilisant le psoralène et les ultraviolets A (PUVA). PUVA peut être divisée par voie orale, par bain et par topique conformément à la voie administrative du psoralène. Les UVB à bande étroite délivrent presque exclusivement une radiation de 311 nm, tandis que les UVB à large bande peuvent être divisés en deux modes : les UVB sélectifs à large bande (305 à 325 nm) et les UVB conventionnels à large bande (280 et 320 nm).

Cette revue a inclus 13 essais contrôlés randomisés de petite taille (ECR), avec un total de 662 participants. La plupart de ces essais étaient de mauvaise qualité méthodologique.

Pour le traitement du PPC, le taux d'élimination entre les groupes d’UVB à bande étroite et les groupes de PUVA par voie orale était contradictoire dans trois ECR. Dans un essai, il n'y avait aucune différence entre les groupes et dans les deux autres, les taux d'élimination étaient en faveur de la PUVA par voie orale. Les preuves issues de la comparaison des UVB à bande étroite avec la PUVA par bain en termes de taux d'élimination étaient également contradictoires : l'ensemble des données issues de deux ECR comparant les côtés gauche-droit du corps n'a trouvé aucune différence significative entre les deux groupes, alors qu'un autre ECR a été favorable à la PUVA par bain.

Deux ECR ont indiqué que les UVB à bande étroite plus un rétinoïde et la PUVA plus un rétinoïde présentaient des effets similaires pour traiter les personnes atteintes de PCC ou de psoriasis en gouttes. Un ECR n’a trouvé aucune différence significative entre les UVB à bande étroite et les UVB sélectifs à bande étroite pour éliminer le PPC ou concernant le nombre d'arrêts prématurés en raison d'effets secondaires.

Chez les participants atteints de PPP, un ECR n’a trouvé aucune différence statistiquement significative entre les côtés traités par UVB à bande étroite et la PUVA topique en termes de taux d'élimination.

En résumé, les UVB à bande étroite peuvent être préférés à la PUVA par voie orale ou par bain car ils sont plus faciles à utiliser. Les UVB à bande étroite semblaient être similaires aux UVB sélectifs à large bande pour éliminer le PPC. Les preuves concernant les UVB conventionnels à bande étroite et à large bande sont limitées. L'innocuité à long terme des UVB à bande étroite doit être confirmée. L'efficacité des UVB à bande étroite pour éliminer le PPP doit être confirmée dans les études futures.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves actuelles sont très hétérogènes et doivent être interprétées avec prudence. Le taux d'élimination entre la PUVA par voie orale et les UVB à bande étroite sont incohérents parmi les études incluses. Les preuves concernant les UVB à bande étroite versus la PUVA par bain sont également contradictoires. Les UVB à bande étroite plus un rétinoïde et la PUVA plus un rétinoïde ont une efficacité similaire pour traiter les personnes atteintes de PPC ou de PG. Dans la pratique, les UVB à bande étroite pourraient être plus facile à utiliser étant donné que le photosensibilisant exogène n’est pas nécessaire avant une photothérapie.

Dans la pratique clinique, les UVB à bande étroite sont considérés inefficaces pour traiter le PPC et un petit ECR n'a pas détecté de différence statistiquement significative entre les UVB à bande étroite et la PUVA topique pour éliminer le PPP. Les UVB à bande étroite semblaient être similaires aux UVB sélectifs à large bande pour éliminer le PPC.

De plus larges études prospectives sont nécessaires pour confirmer l'innocuité à long terme des UVB à bande étroite.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les types de photothérapie les plus couramment utilisés pour traiter le psoriasis sont les ultraviolets B (UVB) à bande étroite, les UVB à large bande, qui incluent les UVB sélectifs à large bande (administrant une radiation avec une onde de 305 à 325 nm) et les UVB conventionnels à large bande (280 à 320 nm); et la photochimiothérapie utilisant le psoralène et les ultraviolets A (PUVA par voie orale ou par bain). Il existe une controverse quant à leur efficacité par rapport aux autres.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la photothérapie utilisant les ultraviolets B à bande étroite versus les ultraviolets B à large bande ou la photochimiothérapie utilisant le psoralène et les ultraviolets A pour le traitement du psoriasis.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu' en août 2013: Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la peau, CENTRAL dans La Bibliothèque Cochrane (2013, numéro 7), MEDLINE (à partir de 1946) et EMBASE (depuis 1974). Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu' à novembre 2012: CNKI (depuis 1974) et CBM (depuis 1978). Nous avons également consulté les registres d'essais cliniques et la base de données OpenGrey.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient la photothérapie des UVB à bande étroite avec les UVB à large bande ou la PUVA utilisées pour traiter le psoriasis, incluant le psoriasis en plaques chronique (PPC), le psoriasis en gouttes (PG) et le psoriasis palmo-plantaire (PPP).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué la sélection des études, évalué les risques de biais, et extrait des données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 13 ECR, avec un total de 662 participants. Nous avons rapporté les résultats des analyses en intention de traiter. Nos principaux critères de jugement étaient les suivants : le taux d'amélioration globale des participants, le pourcentage de participants atteignant l’indice d’étendue et de gravité du Psoriasis (Psoriasis Area and Severity Index – PASI) 75 (qui signifie une réduction d’au moins 75% du score PASI), l’abandon en raison d'effets secondaires et le taux d’élimination.

Dans un ECR d’UVB à bande étroite par rapport à la PUVA par voie orale chez des participants atteints de PPC, la différence de PASI 75 n'était pas statistiquement significative (risque relatif (RR) de 0,91, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,63 à 1,32; N =51; faible qualité). Dans trois autres ECR de PPC, les taux d'élimination étaient contradictoires car dans un essai, il n'y avait aucune différence entre les groupes (RR 1,01, IC à 95% 0,91 à 1,12; N =54) et dans les deux autres, les taux d'élimination étaient statistiquement significatifs en faveur de la PUVA par voie orale: RR de 0,66, IC à 95% 0,47 à 0,93; N =93 et RR de 0,75, IC à 95% 0,59 à 0,96; N =100, respectivement. L'ensemble des données issues de ces trois études indiquait que les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables n'étaient pas significativement différents entre les groupes (RR 0,71, IC à 95% 0,20 à 2,54; N =247; faible qualité).

Les preuves issues de la comparaison d’UVB à bande étroite par rapport à la PUVA par bain en termes de taux d’élimination de PPC était également contradictoires : les données issues de deux ECR comparant les côtés gauche-droit du corps n'ont trouvé aucune différence significative entre les groupes d’UVB à bande étroite et la PUVA par bain (RR 1,79, IC à 95% 0,46 à 6,91; N =92, faible qualité), tandis qu' un ECR en parallèle a favorisé la PUVA par bain (RR 0,18, IC à 95% 0,05 à 0,71; N =36, faible qualité).

Chez les participants atteints de PPP, un ECR n’a trouvé aucune différence significative entre les côtés traités aux UVB à bande étroite et la PUVA topique en termes de taux d'élimination (RR 0,09, IC à 95% 0,01 à 1,56; N =50; faible qualité).

Deux ECR ont indiqué que les UVB à bande étroite plus un rétinoïde et la PUVA plus un rétinoïde présentaient des effets similaires pour traiter les personnes atteintes de PPC ou de PG en termes de taux d'élimination (RR 0,93, IC à 95% 0,79 à 1,10; N =90, faible qualité).

Un ECR chez les personnes atteintes de PPC n’a trouvé aucune différence significative entre les UVB à bande étroite et les UVB sélectifs à bande étroite en termes de taux d'élimination (RR 1,40, IC à 95% 0,92 à 2,13; N =100; faible qualité) et d’arrêts prématurés en raison d'effets indésirables (RR 3,00, IC à 95% 0,32 à 27,87; N =100; faible qualité).

Aucune étude ne rapportait nos principaux critères de jugement pour les UVB à bande étroite comparés aux UVB conventionnels à large bande.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.