Agents anti-inflammatoires topiques pour la dermite séborrhéique du visage ou du cuir chevelu

La dermite séborrhéique est une inflammation de la peau qui touche le plus souvent les régions du corps possédant une grande quantité de glandes sébacées. Celles-ci comprennent la peau du cuir chevelu, du visage, du thorax et au niveau des plis tels que les aisselles, l'aine et les abdominaux. Les symptômes de la dermite séborrhéique les plus typiques sont la desquamation de la peau et les plaques rouges. La dermite séborrhéique est relativement courante : une à trois sur 100 personnes souffre de dermite séborrhéique. La maladie est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes. Les traitements anti-inflammatoires, antifongiques et antikératolytiques peuvent être utilisés pour traiter la dermite séborrhéique. Le traitement ne soigne pas la maladie, mais soulage les symptômes.

Nous avons inclus 36 essais contrôlés randomisés totalisant 2 706 participants et examinant l'effet des anti-inflammatoires pour traiter la dermite séborrhéique. Ces essais étaient à court terme, la plupart d'entre eux duraient quatre semaines ou moins.

Le traitement à base de corticoïdes topiques (tels que l'hydrocortisone et la bétaméthasone), le traitement à base d'inhibiteurs de la calcineurine topiques (tels que le tacrolimus et le pimecrolimus) et le sel de lithium topique réduisaient les symptômes de la dermite séborrhéique par rapport au traitement sous placebo. Les composés corticoïdes légers (tels que l'hydrocortisone à 1 %) et solides (tels que la bétaméthasone) étaient comparables pour le suivi à court terme. La disparition totale des symptômes à court terme était atteinte avec le traitement à base d'antifongiques azolés (tels que le kétoconazole et le miconazole), ainsi qu'avec les corticoïdes. Les corticoïdes solides étaient plus efficaces que le traitement azolé dans la réduction d'érythème, de desquamation et de prurit, et étaient comparables en termes d'innocuité. Les corticoïdes étaient également aussi efficaces que les inhibiteurs de la calcineurine topiques, mais les effets secondaires étaient plus fréquents avec les inhibiteurs de la calcineurine topiques. Nous n'avons trouvé aucune différence entre les inhibiteurs de la calcineurine topiques et le traitement azolé concernant l'efficacité ou les effets secondaires. Le lithium était plus efficace que l'azole, mais avait une fréquence similaire d'effets secondaires (une étude).

Les effets secondaires les plus courants étaient les brûlures, les démangeaisons, l'érythème et la sécheresse dans tous les groupes de traitement.

Les agents anti-inflammatoires topiques sont utiles dans le traitement de la dermite séborrhéique. Les corticoïdes sont les anti-inflammatoires les plus étudiés. Nous ne connaissons toujours pas les effets et l'innocuité des traitements anti-inflammatoires topiques dans l'utilisation continue ou à long terme. Ceci est regrettable étant donné que la maladie est de nature chronique. De plus, il n'existe aucune donnée concernant les effets des différents traitements sur la qualité de vie.

Conclusions des auteurs: 

Les corticoïdes topiques sont un traitement efficace pour la dermite séborrhéique du cuir chevelu et du visage chez les adolescents et les adultes, sans aucune différence entre les corticoïdes légers et solides dans le court terme. Des preuves indiquent que les inhibiteurs de la calcineurine topiques ou le traitement au sel de lithium seraient bénéfiques. Le traitement aux azoles semble être aussi efficace que les corticoïdes pour l'élimination totale des symptômes à court terme, mais sur d'autres critères de jugement, les corticoïdes solides étaient plus efficaces. Les inhibiteurs de la calcineurine et le traitement azolé semblaient comparables. Le sel de lithium était plus efficace que l'azole pour achever la disparition totale des symptômes.

Les corticoïdes sont aussi efficaces que les inhibiteurs de la calcineurine, mais avec moins d'effets indésirables.

La plupart des études incluses étaient de petite taille et de courte durée, quatre semaines ou moins. Les futurs essais devraient être correctement effectués en aveugle, inclure plus que 200 à 300 participants et comparer les corticoïdes aux inhibiteurs de la calcineurine ou au sel de lithium, ainsi que les inhibiteurs de la calcineurine à l'azole ou au sel de lithium. La durée du suivi devrait être d'au moins un an et la qualité de vie devrait être examinée. Les mesures de critères de jugement devraient également être développées afin qu'elles soient correctement validées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dermite séborrhéique est un trouble cutané inflammatoire et chronique qui touche principalement la peau du cuir chevelu, le visage, la poitrine et les surfaces intertrigineuses, entraînant une desquamation et des rougeurs de la peau. Les options de traitement actuelles comprennent les anti-inflammatoires, les antifongiques et le kératolytique, ainsi que la photothérapie.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions pharmacologiques topiques avec des actions anti-inflammatoires établies pour la dermite séborrhéique survenant chez les adolescents et les adultes.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu'à septembre 2013 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la peau, CENTRAL, dans la Bibliothèque Cochrane (2013, numéro 9), MEDLINE (depuis 1946), Embase (depuis 1974), LILACS (depuis 1982) et la base de données GREAT. Nous avons effectué des recherches dans les bases de données de cinq essais et vérifié les listes des références bibliographiques des études incluses pour obtenir des références d'essais contrôlés randomisés (ECR) pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les ECR sur les adultes ou les adolescents (> 16 ans) présentant un diagnostic de dermite séborrhéique du cuir chevelu ou du visage, qui comparaient des traitements anti-inflammatoires topiques (corticoïdes, inhibiteurs de la calcineurine et sel de lithium) à d'autres traitements.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué l'éligibilité à l'inclusion, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons effectué des méta-analyses lorsque cela était possible.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 36 ECR (2 706 participants), dont 31 examinaient les corticoïdes topiques, sept examinaient les inhibiteurs de la calcineurine et trois examinaient le sel de lithium. Les interventions comparées incluaient un placebo, l'azole, le calcipotriol, un composé d'anti-inflammatoires non stéroïdiens et le zinc, ainsi que différents traitements anti-inflammatoires comparés les uns aux autres. Nos critères de jugement d'intérêt étaient l'élimination totale des symptômes, l'érythème, la desquamation ou les scores de prurit et les effets indésirables. Le risque de biais dans les études était le plus fréquemment classé comme étant incertain, en raison d'une notification imprécise des méthodes.

Le traitement à base de corticoïdes entraînait une disparition totale des symptômes plus souvent que le placebo dans des essais à court terme (quatre semaines ou moins) (risque relatif (RR) de 3,76, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,22 à 11,56, trois ECR, 313 participants) et dans un essai à long terme (durant 12 semaines). Les corticoïdes étaient également plus efficaces pour réduire l'érythème, la desquamation et le prurit. Les effets indésirables étaient similaires dans les deux groupes.

Il pourrait n'y avoir aucune différence entre les corticoïdes et les inhibiteurs de la calcineurine en termes de l'élimination totale des symptômes sur le court terme (RR de 1,08, IC à 95 % de 0,88 à 1,32, deux ECR, 60 participants, preuves de faible qualité). Les corticoïdes et les inhibiteurs de la calcineurine étaient également comparables sur tous les autres critères de jugement évalués relatifs à l'efficacité (cinq ECR, 237 participants). Les effets indésirables étaient moins fréquents dans le groupe de corticoïdes par rapport au groupe d'inhibiteurs de la calcineurine à court terme (RR de 0,22, IC à 95 % de 0,05 à 0,89, deux ECR, 60 participants).

Le groupe de corticoïdes et le groupe d'azoles étaient comparables sur les taux d'élimination totale des symptômes (RR de 1,11, IC à 95 % de 0,94 à 1,32, huit ECR, 464 participants, preuves de qualité modérée) ainsi que sur les effets indésirables à court terme, mais l'érythème ou la desquamation étaient moins fréquents avec les corticoïdes.

Nous avons trouvé les corticoïdes légers (classe I et II) et solides (classe III et IV) comparables en termes des critères de jugement évalués, y compris sur les effets indésirables. La seule exception était la disparition totale des symptômes en utilisation à long terme, qui survenait plus souvent avec des corticoïdes légers (RR de 0,79, IC à 95 % de 0,63 à 0,98, un ECR, 117 participants, preuves de faible qualité).

Dans une étude, l'inhibiteur de la calcineurine était plus efficace que le placebo dans la réduction de l'érythème et de la desquamation, mais les taux d'élimination totale des symptômes ou d'effets indésirables étaient similaires pour le traitement à court terme. Dans une autre étude, l'inhibiteur de la calcineurine était comparable aux azoles, lorsque l'érythème, la desquamation ou les effets indésirables étaient mesurés pour un traitement à plus long terme.

Le lithium était plus efficace que le placebo en ce qui concerne l'élimination totale des symptômes (RR de 8,59, IC à 95 % de 2,08 à 35,52, un ECR, 129 participants) avec un profil d'innocuité comparable. Par rapport à l'azole, le lithium entraînait plus souvent une disparition totale des symptômes (RR de 1,79, IC à 95 % de 1,10 à 2,90 dans le traitement à court terme, un ECR, 288 participants, preuves de faible qualité).

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.