Méthodes de fixation par vis pédiculaire pour le traitement des fractures traumatiques de la colonne thoracique et lombaire

Les fractures de la colonne thoracique et lombaire sont les blessures les plus fréquentes de la colonne vertébrale. Une courbure exagérée (cyphose) à la fin du traitement peut prédisposer aux douleurs ultérieures dans le dos et à un résultat fonctionnel médiocre. Si la racine nerveuse ou la moelle épinière est endommagée, il peut s'ensuivre une perte partielle ou complète de la fonction sensorielle et motrice des jambes et une incontinence urinaire et fécale. Le traitement dépend des caractéristiques individuelles de la fracture, les options comprenant le repos au lit uniquement, une réduction fermée de la fracture et une attelle fonctionnelle, et une intervention chirurgicale comprenant une réduction ouverte et une fixation interne de la fracture. L'intervention chirurgicale comprend fréquemment la fixation par vis pédiculaire postérieure, dans laquelle des vis sont typiquement placées dans les parties « pédiculaires » des vertèbres (os de la colonne vertébrale) adjacentes aux vertèbres endommagées et reliées par des tiges afin de maintenir les os en place et de stabiliser la fracture au cours de sa guérison. Cette revue a examiné les données pour les différents types de fixation par vis pédiculaire et pour le support supplémentaire tel que la fusion, où un greffon osseux (généralement prélevé sur un os à proximité de la région des hanches du patient) ou un substitut est ajouté à la colonne vertébrale. Ce dernier a pour objectif de réduire le mouvement du segment endommagé et toute douleur associée.

Les auteurs de la revue ont trouvé huit essais portant sur un total de 448 patients souffrant de fractures de la colonne thoracique et lombaire. Ces essais étaient de petite taille et présentaient un risque de biais pouvant avoir affecté leurs données. Cinq comparaisons de différentes méthodes de fixation par vis pédiculaire ont été testées par les essais inclus. Pour chaque comparaison, aucune différence n'a été observée quant à la fonction, aux activités de la vie quotidienne ou à la douleur dans les deux groupes de traitement. À l'exception d'une personne qui a nécessité une intervention chirurgicale supplémentaire pour traiter un déclin temporaire de l'état neurologique, aucun rapport n'a décrit de participant à un essai présentant un déclin permanent de l'état neurologique. En particulier, deux des trois essais testant la fusion indiquaient qu'un quart à deux tiers des participants présentaient des douleurs à long terme au niveau du site donneur où le greffon osseux avait été prélevé.

Les auteurs de la revue ont conclu que les données sont insuffisantes pour orienter le choix des différentes méthodes de fixation par vis pédiculaire ou l'utilisation d'une fusion en association avec la fixation par vis pédiculaire.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue n'incluait que huit essais de petite taille et cinq différentes comparaisons de méthodes de fixation pédiculaire chez divers participants tout en examinant une variété de résultats à différents moments. Globalement, les données sont insuffisantes pour orienter le choix des différentes méthodes de fixation par vis pédiculaire ou l'utilisation combinée d'une fusion. Cependant, en l'absence de preuves solides en faveur de la fusion, il est important de tenir compte du risque de douleur à long terme au niveau du site donneur, associé au prélèvement de matériel osseux, dans la décision concernant l'utilisation ou non de cette intervention. Des recherches supplémentaires comprenant des essais randomisés de grande qualité sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les fractures de la colonne vertébrale sont fréquentes. Le traitement des fractures traumatiques de la colonne thoracique et lombaire demeure controversé mais l'intervention chirurgicale comprenant une fixation par vis pédiculaire est devenue une option populaire.

Objectifs: 

Évaluer les effets (bénéfices et préjudices) de la fixation par vis pédiculaire pour le traitement des fractures traumatiques de la colonne thoracique et lombaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (mars 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL ; The Cochrane Library, 2011 numéro 1), MEDLINE (de 1948 à mars 2011), EMBASE (de 1980 à la semaine 11 de 2011), the Chinese Biomedical Database (CBM Database) (de 1978 à mars 2011), le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (mars 2001), les listes bibliographiques des articles et des actes de conférence.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) et essais contrôlés quasi-randomisés comparant la fixation par vis pédiculaire et d'autres méthodes de traitement chirurgical, ou différentes méthodes de fixation par vis pédiculaire, pour le traitement des fractures traumatiques de la colonne thoracique et lombaire.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont procédé à la sélection des études, à l'évaluation du risque de biais et à l'extraction des données de façon indépendante. Une méta-analyse limitée a été réalisée.

Résultats principaux: 

La comparaison entre la fixation par vis pédiculaire et les autres méthodes chirurgicales ne comprenant pas de fixation par vis pédiculaire n'a été examinée dans aucun des essais identifiés. Les études qui ont été identifiées examinaient différentes méthodes de fixation pédiculaire.

Cinq essais contrôlés randomisés et trois essais contrôlés quasi-randomisés ont été inclus. Tous présentaient un risque élevé ou incertain de biais divers, notamment de sélection, de performance et de détection. Un total de 448 patients souffrant de fractures de la colonne thoracique et lombaire ont été inclus dans la revue. Dans cinq essais, les participants étaient restreints aux personnes ne présentant pas de troubles neurologiques. La moyenne d'âge de la population des études des huit essais était située dans une plage de 33 à 41 ans, et les participants avaient généralement été victimes de lésions traumatiques. La période de suivi moyenne des participants aux essais dans les huit essais était généralement située dans une plage de 28 à 72 mois.

Cinq comparaisons ont été testées.

Deux essais comparaient l'instrumentation sur segment court à l'instrumentation sur segment long. Ces études n'ont révélé aucune différence significative entre les deux groupes en termes de fonction et de qualité de vie signalées par les patients lors du suivi final. À l'exception d'un participant, qui a été victime d'une détérioration neurologique partielle qui a été résolue par une intervention chirurgicale supplémentaire (groupe inconnu), aucune détérioration neurologique n'a été notée dans ces essais.

Un essai comparant l'instrumentation sur segment court associée à une greffe osseuse transpédiculaire à une fixation sur segment court seule n'a révélé aucune différence significatives entre les deux groupes quant à la fonction et à la douleur perçues par le patient lors du suivi final. Tous les participants présentaient des résultats normaux à l'examen neurologique lors du suivi final.

Deux essais comparaient l'instrumentation postérieure avec incorporation d'une vis au niveau de la fracture (groupe « incorporation ») à l'instrumentation postérieure seule (groupe « pontage »). Les investigateurs n'ont indiqué aucune différence entre les deux groupes en termes de fonction, de qualité de vie et de douleurs signalées par les patients lors du suivi final. Un essai a confirmé que tous les participants présentaient des résultats normaux à l'examen neurologique lors du suivi final.

Un essai comparant l'instrumentation par vis pédiculaire monosegmentaire à l'instrumentation pédiculaire sur segment court n'a révélé aucune différence significative entre les deux groupes pour ce qui est des résultats de l'indice d'invalidité d'Oswestry ou des scores de douleur lors du suivi final. Aucune détérioration neurologique n'a été signalée.

Trois essais comparaient l'instrumentation postérieure avec fusion à l'instrumentation postérieure sans fusion. Les chercheurs n'ont trouvé aucune différence entre les deux groupes pour ce qui est de la fonction et de la qualité de vie ou de la douleur. Aucun participant ne présentait de déclin de l'état neurologique dans aucun des trois essais, et aucune différence significative n'a été signalée entre les groupes pour ce qui est du nombre de patients dont l'état présentait une amélioration lors du suivi final. Deux essais indiquaient que les patients du groupe fusion présentaient fréquemment des douleurs au niveau du site donneur. Les autres complications signalées comprenaient la thrombose veineuse profonde et l'infection superficielle.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.