La coloscopie utilisant l'imagerie à bande étroite n'est pas plus efficace que la coloscopie en lumière blanche pour détecter des patients porteurs de polypes colorectaux.

Le cancer du gros intestin est le troisième cancer le plus répandu dans le monde. Il a été suggéré que les polypes colorectaux sont des précurseurs du cancer colorectal. Par conséquent, la détection précoce et l'ablation des polypes colorectaux sont importants pour la prévention secondaire du cancer colorectal. Un certain nombre d'essais randomisés comparant la coloscopie utilisant l'imagerie à bande étroite (une technique endoscopique haute résolution qui accentue la structure fine de la surface de la muqueuse) avec la coloscopie en lumière blanche pour la détection des polypes colorectaux ont fait état de résultats variables.

Cette revue a analysé le rôle de la coloscopie utilisant l'imagerie à bande étroite en comparaison avec la coloscopie en lumière blanche dans la détection des polypes colorectaux. Au total, huit essais randomisés incluant 3 673 participants étaient en mesure de nous fournir des données à analyser. La coloscopie utilisant l'imagerie à bande étroite ne s'est pas avérée meilleure que la coloscopie haute définition en lumière blanche pour détecter des patients porteurs de polypes colorectaux. Nous avons trouvé de vagues preuves que la coloscopie utilisant l'imagerie à bande étroite pourrait être plus efficace que la coloscopie classique en lumière blanche pour détecter des patients porteurs de polypes colorectaux.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons pas trouvé de preuve convaincante d'une nette supériorité de la NBI sur la WLC haute définition pour la détection des patients porteurs de polypes ou d'adénomes colorectaux. Nous avons trouvé des preuves que la NBI pourrait être supérieure à la WLC à définition standard et équivalente à la WLC haute définition pour la détection des patients porteurs de polypes ou d'adénomes colorectaux.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il a été suggéré que la coloscopie utilisant l'imagerie à bande étroite (NBI) pourrait-être plus efficace que la coloscopie en lumière blanche (WLC) pour la détection des polypes colorectaux.

Objectifs: 

Comparer la coloscopie en lumière blanche, standard ou haute définition, avec la coloscopie utilisant l'imagerie à bande étroite pour la détection des polypes colorectaux.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans The Cochrane Library, MEDLINE, et EMBASE jusqu'à août 2011. Nous avons examiné les bibliographies des publications pertinentes et écrit à des experts afin de trouver des essais supplémentaires.

Critères de sélection: 

Deux auteurs (NA et GB) ont, de manière indépendante, appliqué les critères d'inclusion à toutes les études envisageables et extrait les données, sans masquage.

Recueil et analyse des données: 

Les auteurs ont extrait les données de façon indépendante. Les essais avec randomisation adéquate, assignation secrète et compte-rendu complet des données de résultats, ainsi que sans compte-rendu sélectif de résultats ou autres biais, ont été classés comme étant à plus faible risque de biais. Des méta-analyses à effets aléatoires et à effets fixes ont été effectuées.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 11 essais randomisés comparant la WLC et la NBI dans la détection des polypes colorectaux. Au total, huit essais randomisés incluant 3 673 participants nous ont fourni des données à analyser. Il n'y avait pas de différence statistiquement significative entre la WLC (définition standard et haute définition regroupées) et la NBI pour la détection des patients porteurs de polypes colorectaux (6 essais, n = 2 832 ; RR = 0,97 ; IC à 95 % 0,91 à 1,04), des patients présentant des adénomes colorectaux (8 essais, n = 3 673 ; RR 0,94 ; IC à 95 % 0,87 à 1,02) ou des patients porteurs de polypes hyperplasiques colorectaux (2 essais, n = 645 ; RR 0,87 ; IC à 95 % 0,76 à 1,00). Le nombre de patients ayant au moins un adénome colorectal n'était pas significativement différent entre les groupes de WLC et de NBI pour toute taille d'adénome (< 5 mm : RR = 0,95 , IC à 95 % 0,84 à 1,08 , I2 = 56 % ; 6 à 9 mm : RR 1,06 , IC à 95 % 0,81 à 1,39 , I2 = 0 % ; ≥ 10 mm : RR 1,06, IC à 95 % 0,77 à 1,45 , I2 = 0 %). Le nombre de patients ayant au moins un polype colorectal ou un adénome colorectal était significativement plus faible dans le groupe de WLC à définition standard que dans le groupe NBI avec la méta-analyse à effets fixes (RR 0,87 , IC à 95 % 0,78 à 0,97 , I2 = 78% ; RR 0,87 , IC à 95 % 0,77 à 0,99 , I2 = 0 %, respectivement), mais la différence n'était pas significative avec la méta-analyse à effets aléatoires (RR 0,86 , IC à 95 % 0,68 à 1,10 , I2 = 78 %). Il n'y avait pas de différence statistiquement significative entre la WLC haute définition et la NBI pour le nombre de patients avec au moins un polype colorectal ou un adénome colorectal (RR 1,10 , IC à 95 % 0,95 à 1,28 ; RR 0,87 , IC à 95 % 0,77 à 0,99 , I2 = 0 %, respectivement).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.