Alcool, avec ou sans antiseptique, pour la préparation de la peau avant le prélèvement sanguin, pour prévenir la bactériémie ou la contamination du sang destiné à une transfusion.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Lorsque le sang est prélevé sur des donneurs de sang aux fins de transfusion, il peut être contaminé au cours du prélèvement, pendant le stockage ou la transfusion. La contamination du sang peut provoquer une bactériémie (la présence de bactéries dans le sang), une maladie grave, voire le décès du receveur du sang. Lorsque le sang est prélevé sur des donneurs, la peau du bras du donneur est une source potentielle de contamination, il est donc d'usage de commencer par nettoyer le bras avec un antiseptique et des régimes à base d'alcool à une étape et à deux étapes sont couramment utilisés, cependant, il existe une incertitude quant au régime le plus efficace pour réduire la charge microbienne (le nombre d'organismes bactériens microscopiques) sur le bras du donneur. Nous avons recherché des études qui comparaient l'utilisation d'alcool seul versus l'utilisation d'alcool suivi d'un autre antiseptique pour nettoyer le bras avant d'insérer l'aiguille pour prélever le sang, mais nous n'avons trouvé aucune étude pertinente. On ignore actuellement si le nettoyage de la peau du donneur avec un régime à base d'alcool à une étape réduit le risque de contamination du sang comparé au régime à base d'alcool à deux étapes au cours du don de sang.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons identifié aucune étude pouvant être incluse dans cette revue. On ignore donc si un processus de nettoyage de la peau à deux étapes, avec de l'alcool suivi d'un antiseptique, avant le don de sang apporte une réduction du risque de contamination du sang ou de bactériémie chez les receveurs du sang ou, à l'inverse, si avec un processus à une étape, le risque dépasse celui associé à un processus à deux étapes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le sang destiné à une transfusion peut être contaminé à n'importe quel moment entre le prélèvement et la transfusion et peut entraîner une bactériémie (la présence de bactéries dans le sang), une maladie grave, voire le décès du receveur du sang. La peau du bras du donneur est une source potentielle de contamination du sang, il est donc d'usage de la nettoyer avec un antiseptique avant le don de sang. Les régimes à base d'alcool à une étape et à deux étapes sont souvent préconisés, mais il existe une incertitude quant au régime le plus efficace.

Objectifs: 

Evaluer les effets du nettoyage de la peau des donneurs de sang avec de l'alcool selon une procédure à une étape comparé au nettoyage avec de l'alcool selon une procédure à deux étapes pour prévenir la contamination du sang prélevé ou la bactériémie chez le receveur.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette seconde mise à jour, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions (le 20 novembre 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) The Cochrane Library 2012, numéro 11, Ovid MEDLINE (de 2011 à la 2ème semaine de novembre 2012), Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations, le 20 novembre 2012), Ovid EMBASE (de 2011 à la 46ème semaine de 2012) et EBSCO CINAHL (de 2008 au 15 novembre 2012).

Critères de sélection: 

Tous les essais randomisés (ECR) comparant le nettoyage de la peau des donneurs avec de l'alcool selon un processus à une étape versus à deux étapes comprenant de l'alcool et tout autre antiseptique pour le nettoyage de la peau avant la ponction veineuse ont été pris en compte. Les essais quasi-randomisés ont dû être pris en compte en l'absence d'ECR.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué les études de manière indépendante en vue de leur inclusion.

Résultats principaux: 

Aucune étude (ECR ou quasi-ECR) n'a répondu aux critères d'inclusion.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.