Inhalateurs combinés contre tiotropium dans le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est un terme générique faisant référence aux bronchites chroniques et à l'emphysème ou aux deux. La MPOC survient lorsque le débit d'air vers les poumons est restreint. Les symptômes incluent une toux et un essoufflement et les inhalateurs sont communément utilisés pour prévenir et soulager ces symptômes. La MPOC est souvent causée par le tabac et la meilleure manière d'améliorer les symptômes et l'arrêt de ce dernier.

Les essais sur la MPOC qui ont duré plus de six mois montrent souvent un grand nombre de patients quittant l'essai prématurément. Dans INSPIRE, le plus grand essai dans notre revue comparant le fluticasone/salmétérol au tiotropium, sept à onze fois plus de patients avaient quitté l'essai prématurément que de personnes qui en ont décédé ; un chiffre qui fausse le taux de décès. Ainsi nous n'avons pas pu tirer de conclusion fiable afin de savoir lequel des deux traitements avait le plus bas taux de mortalité. Cette incertitude ne nous a pas non plus permis de dire lequel des deux médicaments était plus efficace en terme de réduction des crises de MPOC, des hospitalisations des événements indésirables graves ou de juger de la qualité de vie et de l'état de santé.

Plus d'informations autour de la MPOC et des explications sur les termes utilisés dans ce résumé sont disponibles ici

Conclusions des auteurs: 

Puisque la proportion des données manquantes de résultats comparés aux données de résultats observées est suffisante à introduire un biais cliniquement pertinent dans l'effet de l'intervention, l'efficacité relative et la sécurité autour des inhalateurs combinés et de tiotropium demeurent incertaines. Des essais randomisés contrôlés supplémentaires sur le long terme comparant le traitement combiné au tiotropium sont nécessaires, dont un suivi adéquat de tous les participants randomisés (équivalente aux procédures entreprises dans TORCH et UPLIF). Des études supplémentaires comparant les traitements alternatifs combinés de LABA/stéroïdes inhalés au tiotropium sont aussi nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement combiné (corticoïdes inhalés et bêta2-agonistes à longue durée d'action) et tiotropium sont tous deux utilisés dans le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Les bénéfices et les effets délétères relatifs à ces traitements sont incertains.

Objectifs: 

Pour évaluer les effets relatifs des traitements inhalés combinés et du tiotropium sur les patients avec MPOC.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons examiné les essais du Registre Cochrane spécialisé dans les voies aériennes (mars 2010) et les références bibliographiques des articles. Nous avons aussi contacté les auteurs des études.

Critères de sélection: 

Nous n'avons inclus que les essais contrôlés randomisés parallèles comparant les associations inhalées de corticoïdes aux bêta2-agonistes à longue durée d'action par rapport au bromure de tiotropium inhalé.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué les essais indépendamment pour les inclure et ont ensuite extrait les données sur la qualité des essais et les résultats des critères de jugement. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires. Les divergences ont été résolues par discussion.

Résultats principaux: 

Un grand essai sur deux ans (INSPIRE) et deux essais plus petits et plus courts (Dawber 2005 ; SCO40034) ont été trouvés. Les résultats des ces essais n'ont pas été mis en commun. Le nombre d'arrêts prématurés de chacun des groupes d'essai INSPIRE était important et déséquilibré et les données des critères de jugement n'ont pas été collectées pour les patients qui se sont retirés, soulevant des inquiétudes sur la fiabilité des données issues de cette études.

Dans INSPIRE, plus de décès sous tiotropium que sous fluticasone/salmeterol ont été rapportés (Peto RC 0,55 ; IC à 95% entre 0,33 et 0,93). Ce qui était une différence statistiquement significative, cependant le nombre d'arrêts prématurés de chacun des groupes était onze fois plus grand que le nombre de décès observés chez les participants sous fluticasone/salmétérol et sept fois plus grand pour les participants sous tiotropium. Il a eu plus d'hospitalisations toutes causes confondues chez les patients sous fluticasone/salmétérol que chez ceux sous triotropium dans INSPIRE (Peto CR 1,32 ; IC à 95% entre 1,04 et 1,67). Aucune différence statistiquement significative dans les hospitalisations pour cause de crise n'a été notée, le critère de jugement principal de INSPIRE. Aucune différence significative dans les crises des patients sous fluticasone/salmétérol comparé au tiotropium lorsque l'on compare les rapports de cote ou les rapports des taux (chiffre moyen de crise par patient par an). Les crises nécessitant un traitement de corticoïdes oraux étaient moins fréquentes chez les patients sous fluticasone/salmétérol (Rapport des taux 0,81 ; IC à 95% entre 0,67 et 0,99). Inversement, les crises nécessitant un traitement par antibiotiques étaient plus fréquentes chez les patients sous fluticasone/salmétérol (Rapport des taux 1,19 ; IC à 95% entre 1,02 et 1,38). Il y a eu plus de cas de pneumonie chez les patients sous fluticasone/salmétéol que chez ceux sous tiotropium (Peto RC 2,13 ; IC à 95% entre 1,33 et 3,40). Les intervalles de confiance pour ces résultats ne reflètent pas l’ incertitude supplémentaire provenant des données des patients qui se sont rétractés.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.