Les personnes asthmatiques ont-elles moins d'effets indésirables graves lorsqu'elles prennent du formotérol et des corticostéroïdes inhalés que lorsqu'elles prennent du salmétérol et des corticostéroïdes inhalés ?

Contexte

L'asthme est une pathologie qui affecte les voies respiratoires - les petits canaux par lesquels passe l'air entrant et sortant des poumons. Lorsqu'une personne asthmatique entre en contact avec un facteur déclenchant de l'asthme, les voies respiratoires sont irritées et les muscles entourant les parois des voies respiratoires se resserrent, de sorte que les voies respiratoires se rétrécissent (bronchoconstriction) et que la paroi des voies respiratoires s'enflamme et commence à gonfler. Parfois, du mucus collant ou phlegme s'accumule, ce qui rétrécit davantage les voies respiratoires. Ces réactions provoquent un rétrécissement et une irritation supplémentaires des voies respiratoires, ce qui rend la respiration difficile et entraîne une toux, une respiration sifflante, un essoufflement et une oppression thoracique. Il est généralement conseillé aux personnes asthmatiques de prendre des corticoïdes par inhalation pour lutter contre l'inflammation sous-jacente, mais si l'asthme n'est toujours pas contrôlé, les recommandations actuelles pour les asthmatiques préconisent l'introduction d'un médicament supplémentaire pour soulager. Une stratégie courante dans ces situations consiste à utiliser un bêta-agoniste à longue durée d'action : le formotérol ou le salmétérol. Un bêta-agoniste à action prolongée est un médicament inhalé qui ouvre les voies respiratoires (bronchodilatateur), facilitant ainsi la respiration. Les corticoïdes inhalés peuvent être ajoutés à ces bronchodilatateurs dans le même inhalateur. Divers corticoïdes inhalés sont utilisés dans des inhalateurs combinés avec le formotérol ou le salmétérol.

Nous savons des revues Cochrane précédentes qu'il y a une légère augmentation des événements indésirables graves (tels que des crises d'asthme très graves, ainsi que d'autres événements mettant la vie en danger) lorsque le traitement de fond régulier au formotérol ou au salmétérol est pris sans corticoïdes inhalés, mais cette augmentation n'a pas été observée lorsque ces médicaments étaient utilisés avec un stéroïde inhalé dans un seul inhalateur combiné. Cette revue a recherché des informations provenant d'essais comparant les deux traitements (c'est-à-dire lorsque des personnes prenant du salmétérol avec un corticostéroïde inhalé ont été comparées directement à des personnes prenant du formotérol et un corticostéroïde inhalé) pour voir si nous pouvions déterminer quel médicament était le plus sûr.

Caractéristiques des études

Nous avons effectué une recherche d'études en février 2021. Au total, nous avons inclus dans cette revue 23 essais contrôlés randomisés comparant le formotérol associé aux corticostéroïdes inhalés au salmétérol associé aux corticostéroïdes inhalés. Vingt-et-une études comprenant 11 572 participants ont inclus des adultes et des adolescents. L'âge inférieur dans ces 21 études variait de 12 à 16 ou 18 ans. Huit de ces études (7730 adultes) ont comparé les inhalateurs combinés formotérol/budésonide avec le salmétérol/fluticasone, et des nombres plus faibles (1472, 1126, et 1075 adultes) ont comparé les autres combinaisons de formotérol avec le salmétérol/fluticasone. Seuls 229 adultes étaient disponibles dans les études comparant le formotérol/budésonide au salmétérol/budésonide. Deux études portant sur 723 participants ont inclus des enfants ; les tranches d'âge dans ces études étaient de 4 à 12 ans et de 5 à 12 ans ; toutes deux ont comparé les inhalateurs de formotérol/fluticasone avec ceux de salmétérol/fluticasone.

Principaux résultats

Il n'a pas été possible de détecter de différences nettes entre l'association formotérol/corticostéroïdes en inhalation et l'association salmétérol/corticostéroïdes en inhalation pour la mortalité toutes causes confondues, ni pour les effets indésirables non fatals toutes causes confondues ou liés à l'asthme. Des décès dus à l'asthme n'ont pas été rapportés. Les études incluses comptaient suffisamment de participants pour évaluer les bénéfices du traitement, mais elles n'incluaient pas suffisamment de sujets pour déterminer comparativement la sécurité de ces traitements.

Qualité des données probantes

En général, les études incluses présentaient de faibles niveaux de biais, mais l'incidence de la mortalité et des événements indésirables graves était faible, ce qui réduisait le niveau de confiance des données probantes pour différents critères de jugement. La qualité des données probantes concernant la mortalité toutes causes confondues et les événements indésirables graves non fatals toutes causes confondues a été jugée faible et modérée, respectivement. La qualité des données probantes concernant les événements indésirables graves liés à l'asthme variait de faible à très faible en raison du petit nombre d'événements liés à l'asthme et de l'absence d'évaluation indépendante de la causalité des événements.

Conclusions

Nous n'avons pas trouvé de problèmes de sécurité qui pourraient affecter le choix entre les inhalateurs combinés de salmétérol et de formotérol utilisés pour un traitement d'entretien régulier chez les adultes et les enfants asthmatiques.

Conclusions des auteurs: 

Dans l'ensemble, tant chez les adultes que chez les enfants, les données probantes sont insuffisantes pour montrer si le traitement de fond régulier par le formotérol en association avec le budésonide, la béclométhasone, la fluticasone ou la mométasone présente un profil de tolérance différent de celui du salmétérol en association avec la fluticasone ou le budésonide. Cinq décès, toutes causes confondues, ont été signalés dans l'ensemble des études et aucun décès dû à l'asthme ; ces informations sont insuffisantes pour permettre de tirer des conclusions définitives sur les risques relatifs de mortalité avec les inhalateurs combinés de formotérol par rapport aux inhalateurs combinés de salmétérol. Les données probantes sur les effets indésirables graves non fatals, toutes causes confondues, indiquent qu'il y a probablement peu ou pas de différence entre les inhalateurs de formotérol/budésonide et de salmétérol/fluticasone. Cependant, les événements pour les autres inhalateurs combinés de formotérol étaient trop peu nombreux pour permettre des conclusions. Seuls 46 événements indésirables graves non fatals ont été considérés comme étant liés à l'asthme ; ce petit nombre, ajouté à l'absence d'évaluation indépendante des critères de jugement, signifie que le niveau de confiance est très faible pour ce critère de jugement.

Nous n'avons pas trouvé de données probantes suggérant de problèmes de tolérance qui pourraient affecter le choix entre les inhalateurs combinés de salmétérol et de formotérol utilisés comme traitement d'entretien régulier par les adultes et les enfants asthmatiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'asthme se caractérise par une inflammation chronique des voies respiratoires et des exacerbations récurrentes accompagnées d'une respiration sifflante, d'une oppression thoracique et d'une toux. Le traitement par corticoïdes inhalés et bronchodilatateurs permet de bien contrôler les symptômes, de prévenir une morbidité supplémentaire et d'améliorer la qualité de vie. Cependant, une augmentation des effets indésirables graves avec le traitement de fond régulier par du formotérol et du salmétérol (bêta₂-agonistes à longue durée d'action) par rapport à un placebo dans l'asthme chronique a été démontrée dans des revues Cochrane précédentes. Cette augmentation était statistiquement significative dans les essais cliniques qui ne randomisaient pas les participants à un corticostéroïde inhalé, mais pas lorsque le formotérol ou le salmétérol était associé à un corticostéroïde inhalé. Les intervalles de confiance se sont avérés trop larges pour être certain que l'ajout d'un corticostéroïde inhalé rende le traitement de fond régulier par bêta₂-agonistes à longue durée d'action complètement sûr; le nombre restreint de participants et insuffisant des effets indésirables graves dans ces essais ont empêché de prendre une décision définitive sur la sécurité des traitements combinés.

Objectifs: 

Évaluer les risques de mortalité et d'événements indésirables graves non fatals dans les essais ayant randomisé les patients souffrant d'asthme chronique entre le traitement régulier par le formotérol et par le salmétérol associés à un corticostéroïde inhalé.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, CENTRAL, MEDLINE, Embase et deux registres d'essais pour identifier les rapports d'essais randomisés à inclure. Nous avons vérifié les sites web des fabricants et les registres d'essais cliniques pour trouver des données d'essais non publiées, ainsi que les demandes auprès de la Food and Drug Administration (FDA) concernant le formotérol et le salmétérol. La date de la recherche la plus récente est le 24 février 2021.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques contrôlés en groupes parallèles, recrutant des patients de tout âge et de toute gravité de l'asthme, s'ils randomisaient les patients pour un traitement de fond avec le formotérol contre le salmétérol (chacun avec un corticoïde inhalé randomisé) et s'ils étaient d'une durée d'au moins 12 semaines.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné les essais à inclure dans la revue, extrait les données sur les critères de jugement des articles publiés et des registres d'essais, et appliqué la notation GRADE pour les résultats. Nous avons recherché des données non publiées sur la mortalité et les événements indésirables graves auprès des promoteurs et des auteurs des études. Les principaux critères de jugement étaient la mortalité toutes causes confondues et les effets indésirables graves non fatals. Nous avons choisi de ne pas calculer un résultat moyen à partir de toutes les formulations de formotérol et de corticoïde inhalé, car les doses et les dispositifs d'administration sont trop divers pour supposer un effet de classe unique.

Résultats principaux: 

Vingt et une études portant sur 11 572 adultes et adolescents et deux études portant sur 723 enfants répondaient aux critères d'éligibilité de la revue. Aucune donnée n'était disponible pour deux études ; celles-ci n'ont donc pas été incluses dans l'analyse. Parmi les études menées chez les adultes et les adolescents, sept ont comparé le formotérol en association avec le budésonide au salmétérol en association avec la fluticasone (N = 7764), six ont comparé le formotérol en association avec la béclométhasone au salmétérol avec la fluticasone (N = 1923), deux ont comparé le formotérol en association avec la mométasone au salmétérol en association avec la fluticasone (N = 1126), deux ont comparé le formotérol en association avec la fluticasone au salmétérol en association avec la fluticasone (N = 790), et une étude a comparé le formotérol en association avec le budésonide au salmétérol en association avec le budésonide (N = 229).

Au total, cinq décès ont été rapportés chez des adultes, dont aucun n'a été considéré comme étant lié à l'asthme. Le niveau de confiance des données probantes pour la mortalité toutes causes confondues était faible, car il n'y avait pas suffisamment de décès pour permettre des conclusions précises concernant le risque de mortalité liée à l'association formotérol par rapport à l'association salmétérol.

Au total, 201 adultes ont signalé des effets indésirables graves non fatals. Dans les études comparant le formotérol en association avec le budésonide au salmétérol avec la fluticasone, il y en avait 77 dans le bras d'étude formotérol et 68 dans le bras d'étude salmétérol (rapport des cotes (RC) de Peto 1,14, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,82 à 1,59 ; 5935 participants, 7 études ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Dans les études sur le formotérol en association avec la béclométhasone, 12 adultes dans le groupe formotérol et 13 dans le groupe salmétérol ont présenté des événements (RC de Peto 0,94, IC à 95 % 0,43 à 2,08 ; 1941 participants, 6 études ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Dans les études sur le formotérol et la mométasone, il y en a eu 18 dans le groupe formotérol et 11 dans le groupe salmétérol (RC de Peto 1,02, IC à 95 % 0,47 à 2,20 ; 1126 participants, 2 études ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Un adulte dans les études sur le formotérol et la fluticasone dans le groupe salmétérol a connu un événement (RC de Peto 0,05, IC à 95 % 0,00 à 3,10 ; 293 participants, 2 études ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Un autre adulte dans l'étude sur le formotérol en association avec le budésonide comparés au salmétérol en association avec le budésonide dans le groupe formotérol a eu un événement (RC de Peto 7,45, IC à 95 % 0,15 à 375,68 ; 229 participants, 1 étude ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Seuls 46 adultes ont été signalés comme ayant subi des effets indésirables graves liés à l'asthme. Le niveau de confiance des données probantes était faible à très faible en raison du petit nombre d'événements et de l'absence d'évaluation indépendante du lien de causalité.

Les deux études menées chez les enfants ont comparé le formotérol en association avec la fluticasone au salmétérol en association avec la fluticasone. Aucun décès et aucun événement indésirable grave lié à l'asthme n'ont pas été rapportés dans ces études. Quatre événements indésirables graves, toutes causes confondues, ont été rapportés : trois dans le groupe formotérol et un dans le groupe salmétérol (RC de Peto 2,72, IC à 95 % 0,38 à 19,46 ; 548 participants, 2 études ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Racha Lazreg et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.