Benzodiazépines pour le soulagement de la dyspnée dans le cadre de maladies à un stade avancé chez l'adulte

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La dyspnée est un symptôme de détresse courant dans le cadre d'un cancer avancé et d'autres maladies terminales. Ce symptôme reste très difficile à traiter. Les benzodiazépines, un groupe de sédatifs principalement utilisés pour les troubles du sommeil et l'anxiété, sont largement utilisés pour soulager la dyspnée. L'objectif de cette revue systématique était de déterminer l'efficacité des benzodiazépines pour soulager la dyspnée chez les adultes atteints d'une maladie à un stade avancé. En résumé, sur la base des sept études incluses, cette revue conclut qu'il n'existe pas de preuve de l'effet bénéfique des benzodiazépines pour le soulagement de la dyspnée chez l'adulte à un stade avancé de la maladie. Les résultats de cette revue ne sont favorables à l'utilisation des benzodiazépines que lorsque d'autres traitements de première intention, tels que les opioïdes et les traitements non médicamenteux, ont échoué. Il est cependant urgent de mener de nouvelles études dans ce domaine pour identifier des moyens plus efficaces de soulager ce symptôme handicapant pour les patients à un stade avancé de la maladie.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune preuve de l'effet bénéfique des benzodiazépines pour le soulagement de la dyspnée chez les patients atteints d'un cancer et d'une BPCO à un stade avancé. Il existe une légère tendance bénéfique non significative mais la quantité d'effet global est faible. En termes d'effets indésirables, les benzodiazépines entraînaient davantage de somnolence que le placebo mais moins que la morphine. Ces résultats justifient de considérer les benzodiazépines comme traitement de deuxième ou troisième intention dans le cadre d'un essai thérapeutique individuel où les opioïdes et les mesures non pharmacologiques n'ont pas suffi à contrôler la dyspnée. Même si quelques études de bonne qualité ont été incluses dans cette revue, d'autres études bien réalisées et présentant une puissance statistique appropriée sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dyspnée est l'un des symptômes les plus fréquemment associés aux affections malignes ou bénignes à un stade avancé. Les benzodiazépines sont largement utilisés pour soulager la dyspnée à un stade avancé de la maladie et sont régulièrement recommandés dans la littérature. Leur efficacité n'est cependant pas établie pour le traitement de ce symptôme.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des benzodiazépines pour soulager la dyspnée chez les patients atteints d'une maladie à un stade avancé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons mené des recherches dans 14 bases de données électroniques jusqu'en septembre 2009. Nous avons consulté les références bibliographiques de toutes les études, ouvrages clés, revues et sites Web pertinents. Nous avons contacté des investigateurs et des spécialistes des soins palliatifs pour obtenir des données non publiées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) et les essais cliniques comparatifs (ECC) évaluant les effets des benzodiazépines pour le soulagement de la dyspnée chez les patients atteints d'un cancer, d'une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), d'une insuffisance cardiaque chronique (ICC), d'une maladie neuromotrice et d'une fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) à un stade avancé.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué les titres et résumés identifiés de manière indépendante. Trois auteurs de revue ont évalué toutes les études potentiellement pertinentes (texte intégral), ont extrait les données et ont évalué la qualité méthodologique de manière indépendante. Lorsque cela était possible, une méta-analyse a été réalisée.

Résultats principaux: 

Sept études portant sur 200 participants atteints d'un cancer et d'une BPCO à un stade avancé ont été identifiées. L'analyse des sept études (y compris la méta-analyse de six des sept études) ne montrait pas d'effet bénéfique des benzodiazépines pour le soulagement de la dyspnée chez les patients atteints d'un cancer et d'une BPCO à un stade avancé. En outre, aucun effet significatif n'a pu être observé en matière de prévention de la dyspnée aiguë chez les patients cancéreux. L'analyse de sensibilité ne montrait aucune différence significative en fonction du type de benzodiazépine, de la dose, de la voie et de la fréquence d'administration, de la durée du traitement ou du type de contrôle.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.