Comment les vitamines E et C, le bêta-carotène, le sélénium et le glutathion affectent-ils les maladies respiratoires chez les personnes atteintes de mucoviscidose ?

Contexte

Les infections pulmonaires fréquentes causent une inflammation pulmonaire à long terme ; les cellules responsables de l'inflammation produisent une molécule d'oxygène (espèces réactives de l'oxygène (ERO)), qui peut endommager les tissus corporels (dommages oxydatifs) ; l'organisme utilise des antioxydants pour se protéger. Les personnes atteintes de mucoviscidose présentent des taux élevés d’ERO par rapport à de faibles taux d'antioxydants. Les suppléments d’antioxydants peuvent réduire les dommages oxydatifs et augmenter les niveaux d'antioxydants.

Étant donné les difficultés d'absorption des graisses, les personnes atteintes de mucoviscidose ont de faibles taux d'antioxydants liposolubles (vitamine E et bêta-carotène). La vitamine C hydrosoluble diminue avec l'âge chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Le glutathion, l'un des antioxydants les plus abondants dans les cellules, n'est pas libéré correctement dans les poumons des personnes atteintes de mucoviscidose. Certaines enzymes qui aident les antioxydants à agir dépendent du sélénium, une substance minérale, de sorte que les suppléments en sélénium visent à stimuler l'action antioxydante.

La plupart des suppléments sont avalés, mais le glutathion et la N-acétylcystéine (NAC) (que l'organisme utilise pour fabriquer le glutathion) peuvent également être inhalés ; ils pourraient affecter la fonction pulmonaire en tant qu'antioxydants, mais aussi en raison de l’amincissement du mucus lors de l’inhalation (ce qui facilite l’élimination du mucus).

Date de la recherche

Dernière recherche pour cette mise à jour de revue : 08 janvier 2019.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 20 études (924 personnes atteintes de mucoviscidose, réparties presque également selon le sexe, âgées de six mois à 59 ans) ; 16 études ont comparé les suppléments oraux au placebo (traitement " factice ") et quatre ont comparé les suppléments par inhalation au placebo.

Principaux résultats

Suppléments oraux

Nous ne savons pas avec certitude si la NAC modifie la fonction pulmonaire (volume expiratoire maximal seconde (VEMS) % de la valeur prédite) à trois mois (quatre études, 125 participants, données probantes de très faible qualité), mais à six mois, deux études (109 participants) ont rapporté que la NAC avait probablement amélioré le VEMS (% de la valeur prédite) (données probantes de qualité moyenne). Une étude (46 participants) a rapporté un changement plus important du VEMS (% de la valeur prédite) avec le placebo qu'avec un supplément combiné de vitamines et de sélénium après deux mois. Une étude (61 participants) a rapporté peu ou pas de différence dans les scores de qualité de vie (QdV) entre la NAC et le groupe témoin après six mois (données probantes de qualité moyenne), mais l'étude combinée de deux mois sur les vitamines et le sélénium a rapporté des scores de qualité de vie légèrement meilleurs dans le groupe témoin. La NAC n'a probablement pas fait de différence sur l'indice de masse corporelle (IMC) (une étude, 62 participants, données probantes de qualité moyenne). Une étude (69 participants) a rapporté qu'un supplément mixte de vitamines et de minéraux pourrait réduire le risque d'exacerbation pulmonaire à six mois par rapport à un supplément multi-vitaminique (données probantes de faible qualité). Neuf études (366 participants) n'ont pas révélé de différence claire et constante en termes d’effets secondaires entre les groupes (la qualité des données probantes variait de faible à moyenne). Les études sur la vitamine E et le β-carotène ont régulièrement fait état de concentrations plus élevées de ces antioxydants dans les échantillons de sang.

Suppléments par inhalation

Dans deux études (258 participants), le glutathion inhalé a probablement amélioré le VEMS (% de la valeur prédite) par rapport au placebo à trois mois, mais pas à six mois (données probantes de qualité moyenne) ; ces études ont également rapporté une amélioration plus importante en litres du VEMS avec le glutathion par rapport au placebo dans les deux cas. Deux études (258 participants) n'ont trouvé que peu ou pas de différence dans le changement des scores de qualité de vie (données probantes de qualité moyenne). Une étude de deux mois (16 participants) et une étude de 12 mois (105 participants) n'ont pas rapporté de différence entre les groupes quant au changement de l'IMC. Dans une étude de six mois, il n'y a pas eu de différence dans le délai d’apparition de la première exacerbation pulmonaire. Deux études (223 participants) n'ont pas rapporté de différence entre les groupes quant aux effets secondaires (données probantes de faible qualité) et une autre étude (153 participants) a signalé que le nombre d'effets secondaires graves était semblable dans les deux groupes.

Conclusions

Les suppléments de vitamines et de minéraux ne semblent pas améliorer les résultats cliniques. Le glutathion inhalé semble améliorer la fonction pulmonaire, tandis que l'administration orale diminue le stress oxydatif, ce qui a des effets bénéfiques sur la fonction pulmonaire et les mesures nutritionnelles. L'utilisation intensive d'antibiotiques et d'autres traitements concomitants chez les personnes atteintes de mucoviscidose et d'infection chronique rend difficile l'évaluation de l'effet des antioxydants sans une étude très grande et longue. Des recherches futures devraient porter sur la façon dont les antioxydants affectent les personnes atteintes de mucoviscidose prenant des modulateurs CFTR.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes variait de très faible à moyenne. Toutes les études, sauf une, présentaient des biais ; surtout parce que les données n'étaient pas entièrement rapportées (ce qui est susceptible d'affecter nos résultats). Nous n’étions pas non plus certains, si les participants savaient quel traitement ils recevaient, que ce soit avant ou après le début des études (nous ne savons pas comment cela pourrait affecter nos résultats).

Conclusions des auteurs: 

En ce qui concerne les micronutriments, il ne semble pas y avoir d'effet thérapeutique positif des micronutriments antioxydants sur les paramètres cliniques ; cependant, la supplémentation orale en glutathion a montré quelques effets bénéfiques sur la fonction pulmonaire et le statut nutritionnel. Selon les données probantes disponibles, le glutathion inhalé et oral semble améliorer la fonction pulmonaire, tandis que l'administration orale diminue le stress oxydatif ; toutefois, en raison du traitement antibiotique très intensif et d'autres traitements concomitants que prennent les personnes atteintes de mucoviscidose, l'effet bénéfique des antioxydants demeure difficile à évaluer chez celles ayant une infection chronique, sans un très grand échantillon de population et une étude à long terme. D'autres études, en particulier chez les très jeunes enfants, utilisant des mesures sur des résultats comme l'indice de clairance pulmonaire et les scores de bronchectasie dérivés des scanners thoraciques, mettant davantage l'accent sur les variables de conception de l’étude (comme les doses et le timing) et expliquant clairement les voies biologiques par lesquelles le stress oxydant est impliqué dans la FK, sont nécessaires avant de pouvoir tirer une conclusion ferme sur les effets d’une supplémentation en antioxydants. Les bienfaits des antioxydants chez les personnes atteintes de mucoviscidose qui reçoivent des modulateurs CFTR devraient également être évalués à l'avenir.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'infection des voies respiratoires entraîne des lésions progressives des poumons dans la mucoviscidose et le stress oxydatif a été impliqué dans l'étiologie. La supplémentation en micronutriments antioxydants (vitamine E, vitamine C, bêta-carotène et sélénium) ou en N-acétylcystéine (NAC) comme source de glutathion, peut donc potentiellement aider à maintenir un équilibre oxydant - antioxydant. Le glutathion ou NAC peut également être inhalé et, s'il est administré de cette façon, peut également avoir un effet mucolytique en plus de l'effet antioxydant. La littérature actuelle suggère une relation entre l’état oxydatif et la fonction pulmonaire. Il s’agit de la mise à jour d'une revue déjà publiée.

Objectifs: 

Synthétiser les connaissances existantes sur l'effet des antioxydants tels que la vitamine C, la vitamine E, le bêta-carotène, le sélénium et le glutathion (ou NAC comme précurseur du glutathion) sur la fonction pulmonaire par le biais de marqueurs du stress inflammatoire et oxydatif chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le registre des essais cliniques sur la mucoviscidose du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques et PubMed ont été consultés au moyen de stratégies de recherche détaillées. Nous avons communiqué avec les auteurs des études incluses et vérifié les listes de références de ces études pour obtenir d'autres études potentiellement pertinentes. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais en ligne.

Dernière recherche dans le registre des essais cliniques sur la mucoviscidose : 08 janvier 2019.

Critères de sélection: 

Études contrôlées randomisées et quasi-randomisées comparant les antioxydants énumérés ci-dessus (individuellement ou en combinaison) pour plus d'une administration par rapport à un placebo ou à un traitement standard chez des personnes atteintes de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, sélectionné les études, extrait les données et évalué le risque de biais dans les études incluses. Nous avons communiqué avec les investigateurs de l'étude pour obtenir les informations manquantes. Si elles ont fait l'objet d'une méta-analyse, les études ont été regroupées en sous-groupes selon le supplément, la méthode d'administration et la durée de la supplémentation. Nous avons évalué la qualité des données probantes en utilisant le système GRADE.

Résultats principaux: 

Une étude quasi-randomisée et 19 études contrôlées randomisées (924 enfants et adultes) ont été incluses ; 16 études (n = 639) ont analysé la supplémentation en antioxydants par voie orale et quatre ont analysé des suppléments par inhalation (n = 285). Une seule des 20 études incluses a été jugée exempte de biais.

Suppléments oraux par rapport au contrôle

Le changement du volume expiratoire maximal seconde (VEMS, % de la valeur prédite) à trois mois et à six mois par rapport au niveau de référence n'a été rapporté que pour la comparaison du NAC au témoin. Quatre études (125 participants) ont rapporté des résultats à trois mois ; nous ne savons pas si la NAC a amélioré le VEMS (% de la valeur prédite), car la qualité des données probantes était très faible, différence moyenne (DM) 2,83 % (intervalle de confiance (IC) à 95 % -2,16 à 7,83). Toutefois, à six mois, deux études (109 participants) ont montré que la NAC a probablement augmenté le VEMS (% de la valeur prédite) par rapport au niveau de référence, DM 4,38 % (IC 95 % : 0,89 à 7,87 %) (données probantes de qualité moyenne). Une étude portant sur un supplément combiné de vitamines et de sélénium (46 participants) a rapporté un changement plus important par rapport aux valeurs initiales du VEMS (% de la valeur prédite) dans le groupe témoin après deux mois, DM -4,30 % (IC 95 % : -5,64 à -2,96). Une étude (61 participants) a trouvé que la NAC ne fait probablement que peu ou pas de différence sur la variation de la qualité de vie (QdV) à six mois par rapport à la valeur initiale (données probantes de qualité moyenne), différence moyenne standardisée (DMS) -0,03 (IC 95 % -0,53 à 0,47), mais l'étude combinant vitamine et sélénium sur deux mois a rapporté une légère différence sur la QdV en faveur du groupe témoin, DMS -0,66 (IC 95 % -1,26 à -0,07). L'étude de la NAC a rapporté la variation de l'indice de masse corporelle (IMC) par rapport aux valeurs initiales (62 participants) et a également constaté que la NAC n’entraînait probablement pas de différence entre les groupes (données probantes de qualité moyenne). Une étude (69 participants) a trouvé qu'un supplément mixte en vitamines et minéraux pourrait entraîner un risque légèrement plus faible d'exacerbation pulmonaire à six mois par rapport à un supplément multi-vitaminique (données probantes de faible qualité). Neuf études (366 participants) ont fourni de l'information sur les effets indésirables, mais n'ont pas trouvé de preuve claire et cohérente de différences entre les groupes traités ou témoins, la qualité des données probantes allant de faible à moyenne. Des études portant sur le β-carotène et la vitamine E ont systématiquement fait état de concentrations plasmatiques plus élevées de ces antioxydants respectifs.

Suppléments inhalés par rapport au contrôle

Deux études (258 participants) ont montré que le glutathion inhalé améliorait probablement le VEMS (% de la valeur prédite) à trois mois, DM 3,50 % (IC 95 % : 1,38 à 5,62), mais pas à six mois comparativement au placebo, DM 2,30 % (IC 95 % : -0,12 à 4,71) (données probantes de qualité moyenne). Les mêmes études ont également rapporté une amélioration du VEMS L dans le groupe traité par rapport au placebo à trois et six mois. Une étude (153 participants) a rapporté que le glutathion inhalé n'avait probablement pas ou peu modifié la variation de la qualité de vie par rapport à la valeur initiale, DM 0,80 (IC 95 % : -1,63 à 3,23) (données probantes de qualité moyenne). Aucune étude n'a rapporté le changement par rapport à l'IMC de référence après six mois, mais une étude (16 participants) a fait état du changement après deux mois et une autre étude (105 participants) après 12 mois ; aucune des études n'a trouvé de différence pour chacun des temps mesurés. Une étude (153 participants) n'a pas rapporté de différence pour le temps jusqu’à la première exacerbation pulmonaire, à six mois. Deux études (223 participants) ont rapporté que le traitement pourrait faire peu ou pas de différence sur les effets indésirables (données probantes de faible qualité) ; une autre étude (153 participants) a signalé que le nombre d'effets indésirables graves était semblable à travers les groupes.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.