Comment comparer l'efficacité en pratique des différents traitements du trouble de la vision, l'insuffisance de convergence ?

Pourquoi cette question est-elle importante ?
L'insuffisance de convergence est un trouble de la vision courant dans lequel les yeux d'une personne ont tendance à dériver vers l'extérieur lors d'une vision de près. Cela peut provoquer une fatigue oculaire, des maux de tête, une vision floue et double. Lors de la lecture, les personnes souffrant d'une insuffisance de convergence perdent souvent leur place ou doivent relire le texte.

Il existe deux principaux types de traitement de l'insuffisance de convergence : 1) des lunettes de lecture à prisme, conçues pour améliorer le confort visuel, et 2) une thérapie oculaire (vision) conçue pour rétablir une fonction visuelle normale et améliorer le confort visuel.

Différents types de thérapie de la vision sont prescrits pour le traitement de l'insuffisance de convergence qui visent à améliorer la capacité de convergence de la personne affectée (la capacité des yeux à se tourner vers l'intérieur). Le traitement peut être auto-administré à domicile en utilisant uniquement un stylo (rapprocher et éloigner le stylo) ou un logiciel informatique (thérapie à domicile par ordinateur). Elle peut également consister en une séquence d'activités prescrites et contrôlées individuellement par le médecin ou administrées par des thérapeutes qualifiés dans un cabinet avec un entraînement à domicile (thérapie en cabinet avec renforcement à domicile).

Nous avons examiné les données probantes issues des études de recherche afin de comparer l'efficacité de ces différents traitements (lunettes de lecture à prisme, thérapie en cabinet avec renforcement à domicile et thérapies à domicile), et aussi pour déterminer si les traitements sont associés à des effets indésirables.

Comment avons-nous identifié et évalué les données probantes ?
Tout d'abord, nous avons recherché dans la littérature médicale des études contrôlées randomisées (études cliniques dans lesquelles les personnes sont placées au hasard dans l'un de deux ou plusieurs groupes de traitement). Ce type d'étude fournit les données probantes les plus solides sur les effets d'un traitement. Nous avons comparé les résultats et résumé les données probantes issues de toutes les études. Enfin, nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes en tenant compte de facteurs tels que la manière dont les études ont été menées, le nombre de personnes participant aux études et la cohérence des résultats entre les études. Sur la base de nos évaluations, nous avons classé les données probantes comme ayant un niveau de confiance très faible, faible, modéré ou élevé.

Qu’avons-nous trouvé ?
Nous avons trouvé 12 études portant sur un total de 1289 personnes souffrant d'insuffisance de convergence. Six études ont été menées sur des enfants âgés de 7 à 18 ans, cinq sur des jeunes adultes âgés de 15 à 40 ans et une sur des adultes âgés de 40 ans et plus. Les études durent entre six semaines et six mois.

Résultats chez les enfants
En ce qui concerne l'amélioration de la capacité de convergence, des données probantes d’un niveau de confiance élevé ont montré que la thérapie en cabinet avec renforcement à domicile est meilleure que le placebo, la thérapie à domicile par ordinateur et l’exercice de rapprochement du stylo à domicile.

Pour améliorer la capacité de convergence, ainsi que les symptômes signalés par les enfants (tels que les maux de tête ou la perte fréquente de place en lecture), des données probantes d’un niveau de confiance faible à modéré ont suggérées que la thérapie en cabinet avec renforcement à domicile est meilleure que le placebo, la thérapie à domicile par ordinateur et l’exercice de rapprochement du stylo à domicile.

Il n'est pas clair (données probantes d’un niveau de confiance faible à modéré) s'il existe une différence pour améliorer la convergence seule, ou la convergence et les symptômes tels que rapportés par les enfants, entre la thérapie à domicile par ordinateur et l’exercice de rapprochement du stylo à domicile, ou entre ces deux traitements à domicile et le placebo.

Une étude a comparé des lunettes de lecture à prisme à des lunettes placebo, et n'a pas trouvé de données probantes indiquant une différence dans l'amélioration de la convergence ou des symptômes.

Résultats chez les adultes
Les données probantes issues de trois études ont montré que la thérapie en cabinet pouvait être plus efficace que le placebo pour améliorer la convergence lorsqu'elle était mesurée d'une manière (« vergence fusionnelle positive »), mais pas lorsqu'elle était mesurée d'une autre manière (« point de convergence proche »). La différence entre les traitements pour les changements de symptômes signalés par les adultes est inexistante.

Une étude a comparé des lunettes à verres à prisme à des lunettes placebo, et a constaté que les adultes portant des lunettes à prisme présentaient moins de symptômes. Cependant, il n'y a pas eu de données probantes indiquant une différence pour l'amélioration de la convergence.

Le traitement a-t-il des effets indésirables ?
Aucune étude, chez les enfants ou les adultes, n'a rapporté d'effets indésirables liés aux traitements étudiés.

Qu’est-ce que cela signifie?
Des données probantes d’un niveau de confiance élevé indiquent que la thérapie en cabinet avec renforcement à domicile est plus efficace que l’exercice de rapprochement du stylo à domicile, la thérapie à domicile par ordinateur et le placebo dans le traitement de l'insuffisance de convergence chez les enfants. Pour les adultes, les effets comparatifs de ces interventions sont moins évidents.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?
Les données probantes de cette revue Cochrane sont à jour jusqu'en septembre 2019.

Conclusions des auteurs: 

Les recherches actuelles suggèrent que la thérapie de vergence/accommodation en cabinet avec renforcement à domicile est plus efficace que les exercices du stylo/objet à domicile ou la thérapie de vergence/accommodation par ordinateur à domicile pour les enfants. Chez l'adulte, les données probantes de l'efficacité de diverses interventions non chirurgicales sont moins évidentes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'insuffisance de convergence est un trouble courant de la vision binoculaire dans lequel les yeux ont une forte tendance à dériver vers l'extérieur (exophorie) avec des difficultés à tourner les yeux vers l'intérieur lorsque la personne lit ou travaille de près.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité comparative et le classement relatif des interventions non chirurgicales dans le traitement de l'insuffisance de convergence par une revue systématique et une méta-analyse en réseau (MAR).

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les registres CENTRAL, MEDLINE, Embase, PubMed et dans trois registres d'essais jusqu'au 20 septembre 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) examinant toute forme d'intervention non chirurgicale par rapport au placebo, à l'absence de traitement, à un placebo ou à d'autres interventions non chirurgicales. Les participants étaient des enfants et des adultes présentant une insuffisance de convergence symptomatique.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi la méthodologie standard de Cochrane. Nous avons réalisé des MAR séparément pour les enfants et les adultes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 12 essais (six chez les enfants et six chez les adultes) avec un total de 1289 participants. Les essais ont évalué sept interventions : 1) thérapie de vergence/accommodation en cabinet avec renforcement à domicile ; 2) exercice du stylo/objet à domicile ; 3) thérapie de vergence/accommodation à domicile par ordinateur ; 4) thérapie de vergence/accommodation en cabinet seule ; 5) thérapie de vergence/accommodation placebo ou autre intervention placebo ; 6) lunettes de lecture à prisme ; et 7) lunettes placebo.

Six ECR dans la population pédiatrique ont randomisé 968 participants. Parmi ceux-ci, le groupe d'enquêteurs du Convergence Insufficiency Treatment Trial (CITT) a réalisé quatre ECR avec 737 participants. Les quatre ECR du CITT ont été jugés à faible risque de biais. Les critères de jugement et les mesures des critères de jugement étaient identiques ou similaires parmi ces essais. Les quatre ECR du CITT ont fourni des données à la MAR pédiatrique, en intégrant les interventions 1, 2, 3 et 5. Lorsque le succès du traitement était défini par un critère de jugement composite nécessitant à la fois des mesures cliniques de convergence normales et une amélioration d'une ampleur prédéfinie, nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance élevé indiquant que la thérapie de vergence/accommodation en cabinet avec renforcement à domicile augmente les chances du succès du critère de jugement, par rapport à la thérapie de vergence/accommodation à domicile par ordinateur (risque relatif (RR) 1).96, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,32 à 2,94), les exercices du stylo/objet à domicile (RR 2,86, IC à 95 % de 1,82 à 4,35) et le placebo (RR 3,04, IC à 95 % de 2,32 à 3,98). Cependant, il se peut qu'il n'y ait pas de données probantes indiquant une différence de traitement entre la thérapie de vergence/accommodation à domicile par ordinateur et les exercices du stylo/objet à domicile (RR 1,44, IC à 95 % 0,93 à 2,24 ; données probantes d’un niveau de confiance faible), ou entre l'une des deux thérapies à domicile et la thérapie placebo, concernant le critère de jugement du succès du traitement.

Lorsque le succès du traitement a été défini comme le critère de jugement composite de la convergence et de la résolution des symptômes, nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré indiquant que les participants qui ont reçu une thérapie de vergence/accommodation en cabinet avec renforcement à domicile avaient 5,12 fois (IC à 95 % 2,01 à 13,07) plus de chances de réussir le traitement que ceux qui ont reçu une thérapie placebo. Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance faible indiquant que les participants qui ont reçu une thérapie de vergence/accommodation en cabinet avec renforcement à domicile pourraient avoir 4,41 (IC à 9 5% 1,26 à 15,38) fois plus de chances de réussir le traitement que ceux qui ont reçu des exercice de rapprochement du stylo à domicile, et 4,65 (IC à 95 % 1,23 à 17,54) fois plus de chances que ceux qui ont reçu une thérapie de vergence/accommodation à domicile par ordinateur. Il n'y avait pas de données probantes indiquant une différence de traitement entre les exercices du stylo à domicile et la thérapie de vergence/accommodation à domicile par ordinateur, ou entre l'une des deux thérapies à domicile et la thérapie placebo.

Un ECR a évalué l'efficacité des lunettes de lecture à prisme chez les enfants. Lorsque les lunettes de lecture à prisme basique ont été comparées à des lunettes placebo, les enquêteurs n'ont pas trouvé de données probantes dans les trois mesures de critères de jugement : le point de convergence proche, de la vergence fusionnelle positive ou des scores de symptômes mesurés par le questionnaire sur les symptômes d'insuffisance de convergence (Convergence Insufficiency Symptom Survey, CISS).

Six ECR dans la population adulte ont randomisé 321 participants. Nous n'avons évalué qu'un seul ECR à faible risque de biais. Comme toutes les études sur les adultes ne comportaient pas de données composites sur la réussite, nous n'avons pas pu effectuer de MAR sur le succès du traitement. Nous nous sommes donc limités à comparer la différence moyenne (DM) entre les interventions visant à améliorer les scores du point de convergence proche, de la vergence fusionnelle positive et du CISS individuellement en utilisant les données de trois ECR (107 participants ; interventions 1, 2, 4 et 5). Par rapport au traitement placebo, la thérapie d'accommodation de la vergence en cabinet a été relativement plus efficace pour améliorer la vergence fusionnelle positive (DM 16,73, IC à 95 % 6,96 à 26,60), mais il n'y a pas eu de données probantes allant en faveur d’une différence pour le point de convergence proche ou le score CISS. Aucune différence de données probantes n'a été constatée pour les autres comparaisons, quels que soient les critère de jugement. Un essai a évalué les lunettes à prisme prescrites pour des activités en vision de près et a constaté que le groupe des lunettes à prisme présentait moins de symptômes que le groupe des lunettes placebo à trois mois (DM -8,9, IC à 95 % -11,6 à -6,3). L’essai n'a pas trouvé de données probantes en faveur d'une différence avec cette intervention dans le point de convergence proche ou la vergence fusionnelle positive.

Aucun effet indésirable lié aux traitements étudiés n'a été signalé pour aucune des études incluses. Une excellente observance a été signalée pour thérapie de vergence/accommodation en cabinet (96,6 % ou plus) dans deux essais. L'observance de la thérapie à domicile est moins constante, une étude a rapporté une diminution de l'observance au fil du temps (semaines 7 à 12) et de taux d'achèvement plus faibles avec les exercices du stylo/objet à domicile.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Arabelle Dumoulin et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.