Formation par réalité virtuelle en complément de la formation standard des stagiaires en chirurgie ayant une expérience préalable en laparochirurgie limitée

La formation standard en chirurgie a traditionnellement été l'un des moyens d'apprentissage, avec lequel le stagiaire en chirurgie apprend à pratiquer la chirurgie sous la supervision d'un chirurgien responsable. Cela coûte cher, nécessite du temps et aboutit à une efficacité variable. La laparochirurgie implique le recours à des instruments utilisant un orifice et l'on considère en général qu'elle est plus difficile que la chirurgie ouverte. La formation utilisant un simulateur de réalité virtuelle (simulation informatisée) est une option pour compléter la formation standard en chirurgie laparoscopique. La formation par réalité virtuelle améliore les compétences techniques des stagiaires en chirurgie. L'impact de la formation par réalité virtuelle en complément de la formation standard des stagiaires en laparochirurgie ayant une expérience préalable en laparochirurgie limitée sur les patients n'est pas connu. Selon notre définition, les stagiaires en chirurgie ayant une expérience préalable en laparochirurgie limitée sont les stagiaires qui ont assisté les principaux chirurgiens lors des interventions de laparochirurgie et qui pourraient nécessiter une supervision pour la pratique à titre individuel des laparochirurgies. Nous avons cherché à répondre à la question de savoir si la formation par réalité virtuelle est utile pour ces stagiaires en chirurgie en termes d'amélioration des résultats de l'intervention chirurgicale et d'amélioration des performances de la chirurgie en effectuant une recherche approfondie dans la littérature médicale pour trouver des essais cliniques randomisés. Les essais cliniques randomisés sont fréquemment appelés essais contrôlés randomisés et sont la meilleure conception d'étude pour répondre à de telles questions. S'ils sont bien menés, ils fournissent la réponse la plus précise.

Deux auteurs ont effectué des recherches dans la littérature médicale disponible jusqu'à juillet 2012 et ont obtenu des informations à partir des essais identifiés. L'utilisation de deux auteurs pour identifier les études et obtenir les informations réduit les erreurs lors du recueil des données. Nous avons identifié et inclus huit essais couvrant 109 stagiaires en chirurgie dans cette revue. Les essais ont comparé la formation par réalité virtuelle à l'absence de formation ou à la formation par simulateurs vidéo (simulation physique utilisant une caméra pour visualiser l'intérieur de l'organisme et des instruments). Nous n'avons identifié aucun essai ayant comparé différentes formes de formation par réalité virtuelle. Tous les essais présentaient un risque élevé de biais (défauts dans la conception de l'étude qui peuvent conduire à tirer de fausses conclusions avec une surestimation des bénéfices et une sous-estimation des risques de la formation par réalité virtuelle ou de la formation standard). La durée de l'opération et la performance chirurgicale ont été les uniques critères de jugement rapportés dans les essais. Les autres critères tels que la mortalité, les complications, la qualité de vie, et la durée de séjour hospitalier après l'opération n'ont été rapportés dans aucun des essais. Globalement, la formation par réalité virtuelle semble réduire la durée de l'opération (d'environ 10 minutes) et améliorer la performance chirurgicale des stagiaires en chirurgie (difficile à quantifier d'après les comptes-rendus disponibles) ayant une expérience préalable en laparochirurgie limitée par rapport à l'absence de formation ou à la formation par simulateurs vidéo. Toutefois, l'impact de la diminution de la durée de l'opération et de l'amélioration de la performance chirurgicale chez les patients ou les contribuables du système de santé en termes d'amélioration de la santé ou de baisse des coûts n'est pas connu. De nouveaux essais bien conçus sont nécessaires, avec un risque moindre de tirer de fausses conclusions en raison de la conception médiocre des études ou par l'effet du hasard. De tels essais devront évaluer l'impact de la formation par réalité virtuelle chez les patients et les contribuables du système de santé.

Conclusions des auteurs: 

La formation par réalité virtuelle semble réduire la durée de l'opération et améliorer la performance chirurgicale des stagiaires en chirurgie ayant une expérience préalable en laparochirurgie limitée par rapport à l'absence de formation ou à la formation par simulateurs vidéo. Toutefois, l'impact de la diminution de la durée de l'opération et de l'amélioration de la performance chirurgicale chez les patients et les contribuables du système de santé en termes d'amélioration des résultats ou de baisse des coûts n'est pas connu. De nouveaux essais bien conçus à faible risque de biais et d'erreurs aléatoires sont nécessaires. De tels essais devront évaluer l'impact de la formation par réalité virtuelle sur les résultats cliniques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La formation standard en chirurgie a traditionnellement été l'un des moyens d'apprentissage, avec lequel le stagiaire en chirurgie apprend à pratiquer la chirurgie sous la supervision d'un chirurgien responsable. Cela coûte cher, nécessite du temps et aboutit à une efficacité variable. La formation utilisant un simulateur de réalité virtuelle est une option en complément de la formation standard. La formation par réalité virtuelle améliore les compétences techniques des stagiaires en chirurgie en réduisant la durée de la suture et en renforçant la précision. L'impact clinique de la formation par réalité virtuelle n'est pas connu.

Objectifs: 

Évaluer les bénéfices (compétence chirurgicale accrue et amélioration des critères de jugement chez les patients) et les risques (aggravation potentielle des critères de jugement chez les patients) de la formation par réalité virtuelle complémentaire des stagiaires en chirurgie ayant une expérience en laparochirurgie limitée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) de The Cochrane Library, ainsi que dans MEDLINE, EMBASE et Science Citation Index Expanded jusqu'à juillet 2012.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais cliniques randomisés comparant la formation par réalité virtuelle versus d'autres méthodes de formation incluant la formation par simulateurs vidéo, l'absence de formation, ou la formation standard en laparochirurgie des stagiaires en chirurgie ayant une expérience en laparochirurgie limitée. Nous avions aussi prévu d'inclure les essais comparant différentes méthodes de formation par réalité virtuelle. Nous n'avons inclus que les essais ayant évalué les critères de jugement chez les participants subissant une laparochirurgie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont identifié les essais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons analysé les données à la fois avec le modèle à effets fixes et le modèle à effets aléatoires en utilisant le logiciel Review Manager 5. Pour chaque résultat, nous avons calculé la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % sur la base de l'analyse en intention de traiter.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus huit essais couvrant 109 stagiaires en chirurgie ayant une expérience en laparochirurgie limitée. Sur les huit essais, six ont comparé la formation par réalité virtuelle à l'absence de formation complémentaire. Un essai a comparé la formation par réalité virtuelle à une formation par un chirurgien avec simulateurs vidéo et à l'absence de formation complémentaire, et un essai a comparé la formation par réalité virtuelle à une formation par un chirurgien avec simulateurs vidéo. Nous n'avons identifié aucun essai ayant comparé différentes formes de formation par réalité virtuelle. Tous les essais étaient à risque élevé de biais. La durée de l'opération et la performance chirurgicale ont été les uniques critères de jugement rapportés dans les essais. Les autres critères de jugement tels que la mortalité, la morbidité, la qualité de vie (les principaux critères de jugement de cette revue) et le séjour hospitalier (critère de jugement secondaire) n'ont pas été rapportés.

Comparaison entre la formation par réalité virtuelle et l'absence de formation complémentaire : La durée de l'opération a été nettement plus courte dans le groupe de formation par réalité virtuelle que dans le groupe sans formation complémentaire (3 essais ; 49 participants ; DM -11,76 minutes ; IC à 95 % -15,23 à -8,30). Deux essais qui n'ont pas pu être inclus dans la méta-analyse ont aussi révélé une réduction de la durée de l'opération (statistiquement significative dans un essai). Les valeurs numériques pour la durée de l'opération n'ont pas été rapportées dans ces deux essais. La performance chirurgicale a été nettement meilleure dans le groupe de formation par réalité virtuelle que dans le groupe sans formation complémentaire en utilisant un modèle à effets fixes (2 essais ; 33 participants ; DMS 1,65 ; IC à 95 % 0,72 à 2,58). Les résultats sont devenus non significatifs quand le modèle à effets aléatoires a été utilisé (2 essais ; 33 participants ; DMS 2,14 ; IC à 95 % -1,29 à 5,57). Un essai n'a pas pu être inclus dans la méta-analyse car il n'avait pas rapporté les valeurs numériques. Les auteurs ont affirmé que la performance chirurgicale du groupe de formation par réalité virtuelle a été significativement meilleure que celle du groupe témoin.

Comparaison entre la formation par réalité virtuelle et la formation par simulateurs vidéo : L'unique essai qui a rendu compte de la durée de l'opération n'a pas rapporté les valeurs numériques. Dans cet essai, la durée de l'opération dans le groupe de formation par réalité virtuelle a été nettement plus courte que dans le groupe de formation par simulateurs vidéo. Sur les deux essais ayant rendu compte de la performance chirurgicale, un seul essai a rapporté les valeurs numériques. La performance chirurgicale a été nettement meilleure dans le groupe de formation par réalité virtuelle que dans le groupe de formation par simulateurs vidéo (1 essai ; 19 participants ; DMS 1,46 ; IC à 95 % 0,42 à 2,50). Dans l'autre essai qui n'a pas rapporté les valeurs numériques, les auteurs ont affirmé que la performance chirurgicale dans le groupe de formation par réalité virtuelle a été nettement meilleure que dans le groupe de formation par simulateurs vidéo.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.