Médicaments antiamibiens pour le traitement de la colite amibienne

Quel est l’objectif de cette revue ?

Cette revue Cochrane vise à déterminer l'efficacité et l’innocuité des médicaments utilisés pour traiter la colite amibienne, une infection du gros intestin causée par le parasite Entamoeba histolytica. Les chercheurs de Cochrane ont recherché toutes les études pertinentes pour répondre à cette question et ont inclus 41 études pertinentes dans cette revue.

Messages clés

Le tinidazole serait être plus efficace que le métronidazole pour réduire les symptômes cliniques et pourrait être associé à moins d'effets indésirables. Les combinaisons thérapeutiques ont entraîné moins d'échecs parasitologiques qu’avec le métronidazole seul. Les données probantes sont insuffisantes pour permettre de tirer des conclusions sur l'efficacité d'autres médicaments antiamibiens. Des essais randomisés de meilleure qualité, utilisant des méthodes diagnostiques précises et des résultats normalisés, sont nécessaires pour évaluer l'efficacité des médicaments dans le traitement des patients atteints de colite amibienne.

Quel est le sujet de la revue ?

Entamoeba histolytica est présent dans le monde entier et est généralement absorbé par ingestion d'aliments ou d'eau contaminés. On estime que 40 à 50 millions de personnes infectées par E histolytica développent une colite amibienne ou des abcès extra-intestinaux, entraînant jusqu'à 100 000 décès par an.

Le métronidazole est actuellement le traitement standard pour traiter les adultes et les enfants atteints d'amibiase invasive, mais il peut ne pas être suffisant pour éliminer les kystes amibiens dans l'intestin. Certains effets indésirables désagréables sont associés au métronidazole, et la possibilité d'une résistance parasitaire au métronidazole a conduit au développement de médicaments alternatifs. Des combinaisons thérapeutiques associant métronidazole avec d'autres médicaments qui éradiquent les kystes survivants dans les intestins ont été recommandées ; il faut donc évaluer les preuves à l'appui de cette approche.

Cet revue compare différents médicaments utilisés contre la colite amibienne, seuls ou en association, et évalue également les schémas à dose unique par rapport aux schémas plus longs.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Cette revue comprenait 41 études, dont la plupart ont été menées dans des pays considérés comme très endémiques pour l'amibiase. La plupart des essais cliniques étaient vieux : 30 ont été menés avant 1998. Les essais cliniques variaient quant aux critères d'inclusion utilisés pour inclure les participants et quant à la définition et au calendrier des résultats mesurés. L’examen microscopique des selles avec frottis salin humide direct a été la méthode utilisée le plus souvent pour détecter la présence d'E histolytica dans les selles. Les participants à l'étude étaient âgés de sept mois à 80 ans. Les essais inclus ont fait état d'une variété de comparaisons et ont porté sur 25 médicaments individuels, deux produits à base d'herbes médicinales et 15 combinaisons différentes.

La revue montre que chez les personnes atteintes de colite amibienne, le tinidazole peut être meilleur pour réduire les symptômes cliniques (preuve de faible certitude) et qu'il entraîne probablement moins d'effets indésirables que le métronidazole (preuve de certitude modérée). Cependant, nous ne savons pas s'il est plus efficace pour éradiquer les amibes des selles. La polythérapie peut être plus efficace que le métronidazole seul pour éradiquer les amibes (preuve de faible certitude), mais nous ne savons pas quelle association médicamenteuse est la plus efficace et si le traitement combiné permettra une résolution plus rapide des symptômes cliniques ou des effets indésirables (preuve de très faible certitude). Les données probantes sont insuffisantes pour permettre de tirer des conclusions sur l'efficacité des autres médicaments antiamibiens.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?
Les auteurs de la revue ont recherché les études qui avaient été publiées jusqu'au 22 mars 2018.

Conclusions des auteurs: 

Comparativement au métronidazole, le tinidazole peut être plus efficace pour réduire l'échec clinique et peut être associé à moins d'effets indésirables. Un traitement médicamenteux combiné peut être plus efficace pour réduire l'échec parasitologique que le métronidazole seul. Toutefois, ces résultats sont fondés principalement sur de petits essais menés il y a plus de 20 ans avec une variété de critères de jugement mal définis. Des tests permettant de détecter E histolytica avec plus de précision sont nécessaires, en particulier dans les pays où l'infection concomitante par d'autres bactéries et parasites est courante.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'infection par le protozoaire Entamoeba histolytica est fréquente dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et jusqu'à 100 000 personnes atteintes de maladies graves meurent chaque année. Un traitement adéquat de la colite amibienne est nécessaire pour réduire la maladie, prévenir le développement de maladies compliquées et la propagation extra-intestinale, et diminuer la transmission.

Objectifs: 

Évaluer les médicaments antiamibiens pour le traitement de la colite amibienne.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté la documentation disponible jusqu'au 22 mars 2018. Nous avons fait des recherches dans le registre spécialisé du Cochrane Infectious Diseases Group, CENTRAL, MEDLINE, Embase, LILACS, mRCT et les actes de conférences. Nous avons communiqué avec des chercheurs, des organismes et des sociétés pharmaceutiques, et nous avons vérifié les listes de références.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés de médicaments antiamibiens administrés seuls ou en association avec un placebo ou un autre médicament antiamibien, pour le traitement des adultes et des enfants ayant reçu un diagnostic de colite amibienne.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante l'admissibilité et la qualité méthodologique des essais et ont extrait et analysé les données. Nous avons calculé les taux d'échec clinique et parasitologique et les taux de rechute et d'événements indésirables sous forme de ratios de risque (RR) avec des intervalles de confiance (IC) de 95 %, en utilisant un modèle à effets aléatoires. Nous avons déterminé l'hétérogénéité statistique et exploré les sources possibles d'hétérogénéité à l'aide d'analyses en sous-groupes. Nous avons effectué une analyse de sensibilité en utilisant la qualité des essais pour évaluer la robustesse des résultats présentés.

Résultats principaux: 

Au total, 41 essais (4999 participants) ont satisfait aux critères d'inclusion de cette revue. Dans cette mise à jour, nous avons ajouté quatre essais aux 37 essais inclus dans la première version publiée. Trente essais ont été publiés il y a plus de 20 ans. Un seul essai a utilisé des méthodes adéquates de randomisation et de dissimulation de l'attribution, a été réalisé à l'insu et a analysé tous les participants randomisés. Un seul essai a utilisé un test d'antigène des selles E histolytica, et deux essais ont utilisé une culture amibienne.

Le tinidazole peut être plus efficace que le métronidazole pour réduire l'échec clinique (RR 0,28, IC à 95 % : 0,15 à 0,51 ; 477 participants, huit essais ; preuve de faible certitude) et est probablement associé à moins d'événements indésirables (RR 0,65, IC à 95 % : 0,46 à 0,92 ; 477 participants, huit essais ; preuve de certitude moyenne). Comparativement au métronidazole, le traitement combiné peut entraîner moins d'échecs parasitologiques (RR 0,36, IC à 95 % : 0,15 à 0,86 ; 720 participants, 3 essais ; preuves de faible certitude), mais nous ne savons pas quelle association est plus efficace que l'autre. Les données probantes sont insuffisantes pour permettre de tirer des conclusions sur l'efficacité d'autres médicaments antiamibiens.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.