Spirométrie incitative pour la prévention des complications pulmonaires postopératoires après la chirurgie abdominale supérieure

Contexte

Des études précédentes ont suggéré qu'entre 17 % et 88 % des personnes subissant une intervention chirurgicale sur l'abdomen supérieur vont souffrir de complications affectant les poumons après l'opération (complications pulmonaires postopératoires), car le volume pulmonaire tend à diminuer après de telles interventions chirurgicales. Il est possible de réduire la probabilité et la gravité de ces complications avec l'utilisation judicieuse de traitements visant à encourager l'aspiration d'air (inspiration) et donc à augmenter le volume des poumons, qui a tendance à diminuer après l'opération. Les spiromètres incitatifs sont des dispositifs mécaniques conçus pour aider les gens à inspirer longuement, profondément et lentement afin d'accroître l'inflation des poumons.

Objectif

Nous avons examiné les preuves concernant l'effet de la spirométrie incitative (SI), par rapport à l'absence d'intervention ou un autre traitement, pour prévenir les complications pulmonaires postopératoires (par exemple, la pneumonie, la fièvre, le décès) chez les patients après une chirurgie abdominale supérieure.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus des adultes (âgés de 18 ans et plus) admis pour tout type de chirurgie abdominale supérieure. Les preuves sont à jour en août 2013. Nous avons trouvé 12 études avec un total de 1 834 participants. La période maximale pendant laquelle un patient a été suivi par le médecin était de sept jours après l'opération. La qualité des études incluses était incertaine en raison d'une information insuffisante dans les articles publiés.

Résultats principaux

Les résultats suivants ont été examinés dans cette revue : les complications cliniques, l'insuffisance respiratoire (c.-à.-d. un échange gazeux inadéquat du système respiratoire) et les complications pulmonaires. Dans les méta-analyses pour les complications cliniques, l'insuffisance respiratoire et les complications pulmonaires, les résultats des participants recevant de la SI étaient les mêmes que ceux des patients sans traitement ou bénéficiant d'exercices de respiration profonde (ERP) ou de la physiothérapie.

Qualité des preuves

En raison d'une mauvaise réalisation des études (résultats divergents entre les études, certains problèmes liés au plan d'étude et insuffisance des données recueillies et organisées), nous avons évalué la qualité globale des preuves rapportées dans cette revue comme faible.

Conclusion et recherches futures

Il existe des preuves de faible qualité montrant un manque d'efficacité de la spirométrie incitative pour la prévention des complications pulmonaires postopératoires chez les patients après une chirurgie abdominale supérieure. Cette revue souligne le besoin urgent de mener des essais bien conçus dans ce domaine.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves de faible qualité concernant le manque d'efficacité de la spirométrie incitative pour la prévention des complications pulmonaires postopératoires chez les patients après une chirurgie abdominale supérieure. Cette revue souligne le besoin urgent de mener des essais bien conçus dans ce domaine. Il y a lieu de réaliser des ECR à grande échelle avec une méthodologie très stricte afin de déterminer les bénéfices éventuels de l'utilisation de la spirométrie incitative en ce qui concerne la mortalité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois dans la Bibliothèque Cochrane 2008, numéro 3.

Les interventions chirurgicales sur l'abdomen supérieur sont associées à un risque élevé de complications pulmonaires postopératoires. Le risque et la sévérité des complications pulmonaires postopératoires peuvent être réduits grâce à l'utilisation judicieuse de manœuvres thérapeutiques qui augmentent le volume pulmonaire. Notre objectif consistait à évaluer l'effet de la spirométrie incitative par rapport à l'absence de traitement ou à la kinésithérapie, y compris la toux dirigée et la respiration profonde, sur les complications pulmonaires postopératoires toutes causes confondues et la mortalité chez des patients adultes admis à l'hôpital pour une chirurgie abdominale supérieure.

Objectifs: 

Notre principal objectif était d'évaluer l'effet de la spirométrie incitative (SI), par rapport à l'absence de traitement ou un autre traitement, sur les complications pulmonaires postopératoires et la mortalité chez les adultes subissant une chirurgie abdominale supérieure.

Nos objectifs secondaires étaient d'évaluer les effets de la SI, par rapport à l'absence de traitement ou un autre traitement, sur d'autres complications postopératoires, les événements indésirables et les paramètres spirométriques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 8) et les bases de données MEDLINE, EMBASE et LILACS (de leur création à août 2013). Aucune restriction de langue n'a été appliquée. La recherche la plus récente a été effectuée le 12 août 2013. La recherche originale a été réalisée en juin 2006.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) sur la SI chez des patients adultes admis pour tout type de chirurgie abdominale supérieure, y compris les patients subissant des interventions laparoscopiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué la qualité des essais et extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 12 études avec un total de 1 834 participants dans cette revue mise à jour. La qualité méthodologique des études incluses était difficile à évaluer car elle était mal signalée, de sorte que l'évaluation du biais était dans la plupart des cas imprécise ; les études ne rendaient pas compte de la conformité avec le traitement prescrit. Nous avons pu inclure des données issues de seulement 1 160 patients dans la méta-analyse. Quatre essais (152 patients) comparaient les effets de la SI à l'absence de traitement respiratoire. Nous n'avons trouvé aucune différence statistiquement significative entre les participants recevant de la SI et ceux n'ayant pas reçu de traitement respiratoire pour les complications cliniques (risque relatif (RR) 0,59, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,30 à 1,18). Deux essais (194 patients) SI ont comparé la spirométrie incitative à des exercices de respiration profonde (ERP). Nous n'avons trouvé aucune différence statistiquement significative entre les participants recevant de la SI et ceux recevant des ERP dans la méta-analyse pour l'insuffisance respiratoire (RR 0,67, IC à 95 % 0,04 à 10,50). Deux essais (946 patients) comparaient l'IS à une autre kinésithérapie respiratoire. Nous n'avons trouvé aucune différence statistiquement significative entre les participants recevant de la SI par rapport à ceux recevant de kinésithérapie dans le risque de développer une affection pulmonaire ou dans le type de complication. Aucune preuve de l'efficacité de l'IS dans la prévention des complications pulmonaires n'a été observée.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.