Comparaison entre la pression fundique et la traction contrôlée du cordon ombilical dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance

La traction contrôlée du cordon ombilical pour expulser le placenta doit être conservée dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance.

La délivrance est la période allant de la naissance du bébé jusqu'à l’expulsion du placenta. Il existe deux interventions élémentaires pour faciliter l'expulsion du placenta dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance : la pression fundique et la traction contrôlée du cordon ombilical. La pression fundique (manœuvre de Credé) consiste à placer une main sur l'utérus (fundus utérin) et à le pincer entre le pouce et les autres doigts pour aider à détacher et expulser le placenta. La traction contrôlée du cordon ombilical consiste à tirer sur le cordon tout en exerçant une contre-pression vers le haut en plaçant la main sur le bas-ventre. Par ailleurs, la traction contrôlée du cordon ombilical ne doit être employée que si le placenta commence à se détacher. Ces deux interventions, si elles sont mal exécutées, peuvent entraîner des effets indésirables tels qu'une douleur, une hémorragie et une inversion utérine. Deux autres méthodes d'expulsion du placenta sont déconseillées parce qu'elles peuvent être dangereuses : la manipulation utérine et la traction du cordon ombilical. Cette revue n'a trouvé aucun essai contrôlé randomisé évaluant l'utilisation de la pression fundique dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance. C'est pourquoi la traction contrôlée du cordon ombilical doit rester la méthode employée pour l'expulsion placentaire dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons identifié aucun essai contrôlé randomisé comparant l'efficacité de la pression fundique et de la traction contrôlée du cordon ombilical dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance. C'est pourquoi la traction contrôlée du cordon ombilical, après apparition des signes de séparation placentaire, doit rester le troisième composant de la prise en charge active de la délivrance et être précédée par l'administration systématique d'un utérotonique et le clampage du cordon.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il existe deux interventions élémentaires pour faciliter l'expulsion du placenta dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance : (1) la pression fundique et (2) la traction contrôlée du cordon ombilical. Ces deux méthodes peuvent entraîner des résultats indésirables. En effet, la pression fundique risque d'interrompre le processus de détachement placentaire et d'entraîner une douleur, une hémorragie ou une inversion utérine et la traction contrôlée du cordon ombilical, si elle est réalisée avant la séparation placentaire ou sans administration préalable d'utérotonique, peut avoir des effets indésirables similaires. La pratique clinique obstétricale n'est pas normalisée en la matière.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité de la pression fundique et de la traction contrôlée du cordon ombilical dans le cadre de la prise en charge active de la délivrance.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (août 2010).

Critères de sélection: 

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés publiés et non publiés.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont identifié des études potentielles en s'appuyant sur la recherche documentaire et ont évalué leur qualité méthodologique et leur éventuelle admissibilité de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Les stratégies de recherche ont retenu cinq études pouvant être considérées pour inclusion. Toutefois, aucune d'entre elles ne remplissait les critères requis pour être incluse dans cette revue.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.