Corticothérapie orale administrée par les parents dans les maladies accompagnées de respiration sifflante intermittente chez l'enfant

Les corticostéroïdes oraux se sont avérés efficaces dans le traitement de l'asthme aigu chez l'enfant lorsqu’ils sont administrés après que l'enfant ait été examiné par un médecin. Cette revue a identifié deux essais randomisés portant sur des corticostéroïdes oraux administrés par les parents dans la prise en charge des maladies accompagnées de respiration sifflante intermittente chez l'enfant. Aucune preuve n’indiquait que les bénéfices étaient supérieurs aux effets délétères. L'utilisation généralisée de cette stratégie ne peut pas être recommandée à l’heure actuelle. D’autres essais cliniques randomisés sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves actuelles limitées sont disponibles mais ne sont pas concluantes concernant les bénéfices des CSO administrés par les parents dans les maladies accompagnées de respiration sifflante intermittente chez l'enfant. L'utilisation généralisée de cette stratégie ne peut pas être recommandée tant que les bénéfices et les effets délétères n’auront pas été davantage clarifiés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les maladies accompagnées de respiration sifflante intermittente, qui incluent la respiration sifflante d’origine virale et l'asthme, font partie des motifs de consultation d’urgence les plus fréquents. La question de savoir si les parents peuvent administrer des corticostéroïdes oraux (CSO) lors d’un épisode de respiration sifflante aiguë chez leur enfant sans attendre un avis médical est très importante, car les bénéfices potentiels d'une corticothérapie orale précoce doivent être mis en rapport avec les effets indésirables potentiels du traitement.

Objectifs: 

Les objectifs étaient d'évaluer les bénéfices et les effets délétères de l’administration de CSO par les parents dans la prise en charge des maladies accompagnées de respiration sifflante intermittente chez l'enfant sur la base des résultats des essais cliniques randomisés.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, LILACS, Web of Science et Dissertation Abstracts ont été combinés (tous ont été consultés en novembre 2008). Des fabricants et des chercheurs de ce domaine ont également été contactés.

Critères de sélection: 

Seuls les essais cliniques randomisés étudiant des patients âgés de un à huit ans et présentant une maladie accompagnée de respiration sifflante intermittente (asthme, respiration sifflante virale, respiration sifflante virale préscolaire) ont été inclus. Les interventions portaient sur l’administration de CSO à n’importe quelle dose et pour n’importe quelle durée par rapport à un placebo ou à une autre combinaison médicamenteuse. Les essais pouvaient être publiés ou non et aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont sélectionné les essais à inclure, évalué la qualité et extrait les données de manière indépendante. Le logiciel statistique (RevMan) fourni par Cochrane Collaboration a été utilisé.

Résultats principaux: 

Sur 572 références bibliographiques initiales, 2 essais cliniques randomisés (303 participants randomisés) ont été inclus. Les essais inclus étaient de haute qualité. Néanmoins, l’hétérogénéité clinique prononcée n’a pas permis d’effectuer de méta-analyse. Les deux essais ne rapportaient pas de preuves suggérant que les CSO administrés par les parents étaient associés à un bénéfice en termes d'hospitalisations, d'examens médicaux non planifiés, de scores de symptômes, d’utilisation de broncho-dilatateurs, d’impressions des parents et du patient, d’évaluation du médecin ou de jours d'absence au travail ou à l'école. Les critères de jugement des effets indésirables n’étaient pas correctement documentés.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.