Antibiotiques pour prévenir l'infection des enveloppes du cerveau (méningite) chez les patients souffrant de fractures de la base du crâne

Question de la revue

Une cure d'antibiotiques par voie intraveineuse est-elle bénéfique pour les patients souffrant de fractures de la base du crâne ?

Contexte

La fracture de la base du crâne (7 à 15,8 % de toutes les fractures du crâne) met le système nerveux central en contact avec les bactéries du nez et de la gorge. Elle peut être associée à une perte de liquide céphalo-rachidien (ce qui se produit chez 2 à 20,8 % des patients). Un écoulement sanguin ou aqueux par le nez ou les oreilles, des ecchymoses derrière les oreilles ou autour des yeux, une perte auditive, l'incapacité de percevoir les odeurs ou une asymétrie faciale peuvent conduire les médecins à diagnostiquer une fracture de la base du crâne. Les patients souffrant d'une fracture de la base du crâne peuvent développer une méningite et certains docteurs leur prescrivent des antibiotiques pour tenter de réduire ce risque.

Caractéristiques des études

Cette revue a examiné cinq essais contrôlés randomisés portant sur un total de 208 participants souffrant de fractures de la base du crâne, et ayant comparé les patients placés sous traitement antibiotique préventif avec ceux n'ayant pas reçu d'antibiotiques en termes du nombre de participants ayant développé une méningite. Les preuves sont à jour jusqu'à juin 2014.

Principaux résultats

Les données disponibles n'étaient pas favorables à l'utilisation d'antibiotiques prophylactiques, car l'avantage de ce traitement n'a pas été démontré. Il existait un possible effet indésirable : une vulnérabilité accrue à l'infection par davantage d'agents pathogènes (responsables de maladies). Nous soulignons que davantage de recherches sont nécessaires afin d'aborder cette question, car il existe trop peu d'études disponibles sur ce sujet et elles comportent globalement des lacunes de conception et un faible nombre total de participants.

Qualité des preuves

Nous avons classé les éléments de preuve comme étant de qualité modérée, car ils sont basés sur des données randomisées, mais certaines limitations méthodologiques dans la conception des essais nous ont fait rétrograder leur niveau de qualité.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, les preuves disponibles provenant d'ECR ne sont pas favorables à l'utilisation d'antibiotiques prophylactiques chez les patients souffrant de fractures de la base du crâne, qu'ils présentent ou non des signes de perte du LCR. Tant que d'autres recherches ne sont pas disponibles, il ne sera pas possible de déterminer l'efficacité des antibiotiques chez les patients souffrant de fractures de la base du crâne, car les études menées jusqu'à présent sont entachées de biais. Des ECR réalisés à grande échelle et correctement planifiés sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les fractures de la base du crâne rendent les patients plus vulnérables à la méningite du fait de la possibilité de contact direct entre le système nerveux central (SNC) et les bactéries présentes dans les sinus paranasaux, le nasopharynx ou l'oreille moyenne. La perte de liquide céphalo-rachidien (LCR) a été associée à un risque plus élevé de contracter une méningite. Les antibiotiques sont souvent administrés à titre prophylactique, bien que leur rôle dans la prévention de la méningite bactérienne ne soit pas établi.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des antibiotiques prophylactiques dans la prévention de la méningite chez les patients souffrant de fractures de la base du crâne.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (2014, numéro 5), MEDLINE (de 1966 à la 1ère semaine de juin 2014), EMBASE (de 1974 à juin 2014) et LILACS (de 1982 à juin 2014). Nous avons également procédé à des recherches électroniques des actes de conférence de l'American Association of Neurological Surgeons (1997 à septembre 2005) et à des recherches manuelles des résumés d'actes de conférence de l'European Association of Neurosurgical Societies (1995, 1999 et 2003).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant tout antibiotique à un placebo ou à l'absence d'intervention. Nous avons également identifié des essais contrôlés non randomisés pour effectuer une méta-analyse distincte visant à comparer les résultats.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont indépendamment analysé et sélectionné des essais, évalué les risques de biais et extrait des données. Si cela était nécessaire, nous avons demandé des éclaircissements aux auteurs des études. Pour les variables dichotomiques, nous avons regroupé les données pour calculer les risques relatifs (RR) avec leurs intervalles de confiance (IC) à 95 %, en utilisant un modèle à effets aléatoires. Nous avons évalué la qualité globale des preuves à l’aide de l'approche GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation).

Résultats principaux: 

Nous n'avons pas trouvé de nouveaux essais à inclure dans cette mise à jour. Nous avons inclus dans cette revue et dans la méta-analyse cinq ECR portant sur un total de 208 participants. Nous avons aussi identifié 17 non-ECR comparant différents types d'antibioprophylaxie à un placebo ou à l'absence d'intervention chez des patients souffrant de fractures de la base du crâne. La majorité des essais présentaient trop peu de détails méthodologiques. Le critère de jugement principal de toutes les études était la méningite. L'évaluation des cinq ECR inclus n'a mis en évidence aucune différence significative entre les groupes d'antibioprophylaxie et les groupes témoins en termes de réduction de la fréquence de la méningite, de mortalité toutes causes confondues, de mortalité liée à la méningite et de nécessité d'une correction chirurgicale chez les patients présentant une perte du LCR. Aucun effet indésirable dû à l'administration d'antibiotiques n'était signalé, mais l'un des cinq ECR rapportait un changement induit dans la flore naso-pharyngée postérieure se traduisant par un plus grand nombre d'agents pathogènes potentiellement résistants au régime antibiotique utilisé dans la prophylaxie. Une analyse en sous groupe a été effectuée afin d'évaluer le critère de jugement principal chez les patients connaissant ou non une perte du LCR. Nous avons aussi réalisé une méta-analyse de tous les essais contrôlés non randomisés identifiés (comprenant un total de 2 168 patients), dont les résultats étaient cohérents avec les données randomisées issues des études incluses.

Nous avons évalué la qualité des essais comme étant modérée selon l'approche GRADE.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.