Le traitement de l'instabilité latérale chronique de la cheville peut être chirurgical ou non chirurgical.

Une instabilité chronique de la cheville est courante après une entorse latérale aiguë. Le traitement initial est conservateur et consiste à utiliser une attelle ou un entraînement neuromusculaire. Néanmoins, si les symptômes persistent et que les ligaments extérieurs de la cheville sont allongés ou déchirés, une chirurgie est généralement envisagée.

Cette revue inclut 10 petits essais de faible qualité portant sur un total de 388 patients atteints d'instabilité chronique de la cheville. Les limitations de ces essais en termes de plan d'étude, de réalisation et de notification ne permettent pas d'établir avec certitude la validité de leurs résultats.

Trois essais comparaient un entraînement neuromusculaire à une absence d'entraînement. Ces essais rapportaient qu'un programme d'entraînement neuromusculaire semblait améliorer la stabilité fonctionnelle à court terme. Un essai évaluant l'utilisation d'un vélo à pédales spécialement adaptées ne rapportait aucune différence importante en termes de fonction. Néanmoins, aucun de ces quatre essais n'effectuait de suivi après la fin du traitement.

Quatre essais comparaient différentes interventions chirurgicales. Les preuves étaient insuffisantes pour recommander clairement une intervention chirurgicale spécifique dans le traitement de l'instabilité chronique de la cheville. Deux essais rapportaient qu'une rééducation fonctionnelle précoce après la reconstruction chirurgicale permettait aux patients de reprendre le travail et les activités sportives plus rapidement qu'une immobilisation de six semaines.

Conclusions des auteurs: 

L'entraînement neuromusculaire seul semblait efficace à court terme, mais on ignore si ce bénéfice persiste lors d'un suivi à plus long terme. Bien que les preuves soient insuffisantes pour recommander une intervention chirurgicale par rapport à une autre dans l'instabilité chronique de la cheville, il est probable que le recours à la ténodèse dynamique présente des limitations. Après la reconstruction chirurgicale, une rééducation fonctionnelle précoce semble plus efficace qu'une immobilisation pendant six semaines pour rétablir rapidement la fonction.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une instabilité latérale chronique de la cheville se produit chez 10 à 20 % des patients après une entorse aiguë de la cheville. Le traitement initial est conservateur, mais une intervention chirurgicale est envisagée en cas d'échec du traitement et de laxité ligamentaire.

Objectifs: 

Comparer différents traitements, conservateurs ou chirurgicaux, dans l'instabilité latérale chronique de la cheville.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires, le registre Cochrane central des essais contrôlés, MEDLINE, EMBASE, CINAHL et les références bibliographiques des articles jusqu'en février 2010.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés identifiés examinant des interventions dans l'instabilité latérale chronique de la cheville ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué le risque de biais et extrait les données de chaque étude de manière indépendante. Lorsque cela était approprié, les résultats des études comparables ont été combinés.

Résultats principaux: 

Dix essais contrôlés randomisés ont été inclus. Ces essais présentaient un risque de biais indéterminé à élevé (assignation secrète, assignation en aveugle de l'évaluateur et documentation incomplète et sélective des critères de jugement) en raison de limitations imputables au plan d'étude, à la réalisation et à la notification. Très peu de données ont pu être combinées.

L'entraînement neuromusculaire constituait la base du traitement conservateur évalué dans quatre essais. Par rapport à l'absence d'entraînement, l'entraînement neuromusculaire entraînait une amélioration des scores de fonction de la cheville au bout de quatre semaines d'entraînement (échelle AJFAT (outil d'évaluation fonctionnelle de l'articulation de la cheville) : différence moyenne (DM) de 3,00, IC à 95 %, entre 0,3 et 5,70 ; 1 essai, 19 participants ; données de l'index FADI (incapacité du pied et de la cheville) : DM 8,83, IC à 95% entre 4,46 et 13,20 ; 2 essais, 56 participants). Le quatrième essai (19 participants) ne rapportait aucune différence significative en termes de résultat fonctionnel après un programme d'entraînement de six semaines sur une bicyclette ergométrique équipée de pédales bidirectionnelles par rapport à des pédales unidirectionnelles classiques. Ces quatre essais ne rapportaient aucune donnée de suivi à plus long terme.

Quatre études comparaient différentes interventions chirurgicales dans l'instabilité chronique de la cheville. Un essai (40 participants) rapportait davantage de lésions nerveuses après une ténodèse qu'après une reconstruction anatomique (risque relatif (RR) de 5,50, IC à 95 %, entre 1,39 et 21,71). Un essai (99 participants) comparant une ténodèse dynamique versus statique avait exclu 17 patients assignés à la ténodèse dynamique car leur tendon était trop fin. Le même essai rapportait que la ténodèse dynamique entraînait une augmentation du nombre de patients présentant une fonction insatisfaisante (RR de 8,62, IC à 95 %, entre 1,97 et 37,77, 82 participants). Un essai comparant différentes techniques de reconstruction des ligaments latéraux de la cheville (60 participants) rapportait que la technique de réinsertion était associée à une durée d'intervention plus courte que la méthode d'imbrication (DM de -9,00 minutes, IC à 95 %, entre -13,48 et -4,52).

Deux essais (70 participants) comparaient une mobilisation fonctionnelle à une immobilisation après la chirurgie. Ils rapportaient qu'une mobilisation précoce entraînait une reprise plus rapide du travail (DM de -2,00 semaines, IC à 95 %, entre -3,06 et -0,94 ; 1 essai) et des activités sportives (DM de -3,00 semaines, IC à 95 %, entre -4,49 et -1,51 ; 1 essai).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.