L'information pour inciter les femmes enceintes à tenter la naissance par voie basse ne s'est pas avérée changer le taux de naissances par césarienne.

Les naissances par césarienne sont devenues plus courantes dans de nombreux pays. Les femmes ont besoin d'informations pour savoir à quoi s'attendre après l'intervention chirurgicale et pour les aider à prendre des décisions. Les choix des femmes sont censés contribuer à l'augmentation du nombre de naissances par césarienne. L'information donnée aux femmes enceintes peut avoir une incidence sur leurs choix. Les lacunes dans les études incluses signifient que les preuves sont peu concluantes, bien que les essais aient constaté que l'information pour inciter les femmes à tenter l'accouchement par voie basse n'affecte pas les taux de naissances par césarienne. Des recherches supplémentaires devront être réalisées sans délai.

Conclusions des auteurs: 

Les recherches se sont concentrées sur l'encouragement des femmes à tenter un accouchement par voie basse. Les essais portant sur des interventions visant à encourager les femmes à tenter une naissance par voie basse n'ont montré aucun effet, mais les lacunes dans la conception des études signifient que les preuves ne sont pas concluantes.

De nouvelles recherches sur ce thème sont nécessaires de façon urgente.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Des informations sont systématiquement données aux femmes enceintes, mais les informations sur une naissance par césarienne peuvent être insuffisantes.

Objectifs: 

Examiner l'efficacité des informations en ce qui concerne la naissance par césarienne.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance, CENTRAL (26 novembre 2002), MEDLINE [en ligne via PubMed 1966-] et la base de données de références Web of Science [1995-] (20 septembre 2002), et les bibliographies des articles pertinents.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés, les essais cliniques non-randomisés et les études avant-après contrôlées portant sur l'information donnée aux femmes enceintes concernant la naissance par césarienne.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données de manière indépendante. Les données manquantes et des données supplémentaires ont été recherchées auprès des auteurs des essais, en vain. Les analyses ont été effectuées « en intention de traiter ». Le risque relatif et les intervalles de confiance ont été calculés et rapportés.

Les relecteurs pour les consommateurs ont commenté l'adéquation de l'information rapportée dans chaque étude.

Résultats principaux: 

Deux essais contrôlés randomisés impliquant 1 451 femmes remplissaient les critères d'inclusion. Les deux études visaient à réduire les naissances par césarienne en encourageant les femmes à tenter un accouchement par voie basse. L'une utilisait un programme d'éducation et de soutien prénatal, et l'autre, une thérapie cognitive afin de réduire la crainte. Les résultats n'ont pas été combinés en raison de différences dans les populations des études. Des résultats non cliniques ont été établis dans les deux études au moyen de questionnaires, mais ils étaient soumis à des taux de perte de suivi dépassant 10 %.

Un certain nombre de résultats importants ne peuvent être signalés : les connaissances ou la compréhension ; le conflit décisionnel ; et la perception qu'ont les femmes : de leur capacité à discuter des soins avec les cliniciens ou la famille/les amis, quant à savoir si les informations répondaient aux besoins, et la satisfaction concernant la prise de décisions.

Aucune étude n'a évalué la perception des femmes quant à la participation à la prise de décision concernant une naissance par césarienne, mais Fraser 1997, qui a examiné l'effet de la participation à l'étude sur la prise de décision, a constaté que les femmes du groupe d'intervention étaient plus susceptibles de considérer que la tentative d'accouchement par voie basse était plus facile (51 % contre 28 % dans le groupe témoin), ou plus difficile (10 % contre 6 %). Ces résultats pourraient être affectés par le taux d'attrition de 11 %, et sont peut-être susceptibles de biais.

Aucune intervention utilisée dans ces essais n'a fait de différence dans les résultats cliniques. Environ 70 % de femmes ou plus ont tenté un accouchement par voie basse dans les deux essais, les taux d'accouchement par césarienne dépassaient encore 40 %, au moins 10 % plus élevés que ce que l'on espérait. Il n'y avait aucune différence significative entre les groupes témoin et d'intervention pour tous les résultats mesurés : naissance par voie basse, césarienne de convenance/programmée, et tentative d'accouchement par voie basse.

Les données des résultats, bien que semblables pour les deux groupes, n'étaient pas suffisantes pour comparer la morbidité maternelle et néonatale ou la mortalité néonatale.

Il n'y avait aucune différence dans les conséquences psychologiques pour les groupes d'intervention et témoin, signalée par l'un ou l'autre des essais inclus.

Les relecteurs pour les consommateurs ont déclaré que l'information pour les femmes envisageant une naissance par voie basse après une césarienne (VBAC) devraient inclure : les risques de VBAC et de la césarienne de convenance ; les signes avant-coureurs du travail ; la philosophie et la politique de l'hôpital et du personnel ; les stratégies pour améliorer les chances de succès ; et les informations sur la probabilité de réussite avec des aidants spécifiques.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.