Accouchement provoqué des femmes ayant une grossesse de jumeaux sans complications à partir de 37 semaines de gestation

Le moment optimal d'accouchement pour les femmes enceintes de jumeaux est incertain, des preuves cliniques existant tant en soutien de l'accouchement provoqué à 37 semaines de gestation (par déclenchement du travail ou césarienne), que de l'attente d'un début de travail spontané (prise en charge non interventionniste).

Deux essais contrôlés randomisés ont été inclus dans cette revue portant sur un total de 271 femmes enceintes de jumeaux à 37 semaines de gestation. L'un des deux essais (portant sur 235 femmes) était de haute qualité, et la qualité du deuxième essai (portant sur 36 femmes) était imprécise. Aucune différence n'a été observée entre le groupe de femmes qui avaient un accouchement provoqué à 37 semaines de gestation et le groupe de femmes ayant attendu que le travail commence spontanément pour les critères de jugement suivants : accouchement par césarienne, décès périnatal (fœtal ou néonatal) ou morbidité périnatale grave, et mortalité maternelle ou morbidité maternelle grave. Aucune autre différence entre les deux groupes de femmes n'a été démontrée pour d'autres complications de la grossesse et de l'accouchement ou pour les complications pour le nourrisson.

Pour les femmes avec une grossesse de jumeaux sans complications, l'accouchement provoqué à 37 semaines de gestation, par rapport à la poursuite de la prise en charge non interventionniste, ne semble pas être associé à un risque accru d'effets nocifs.

Conclusions des auteurs: 

Pour les femmes ayant une grossesse gémellaire sans complications, l'accouchement précoce à 37 semaines de gestation, par rapport à la poursuite de la prise en charge non interventionniste, ne semble pas être associé à un risque accru d'effets nocifs, ces résultats étant cohérents avec les recommandations de la National Institute for Health and Care Excellence (NICE) du Royaume-Uni qui préconise l'accouchement à 37 + 0 semaines de gestation chez les femmes ayant une grossesse gémellaire dichorionique. Il est peu probable qu'il existe une équilibre clinique suffisant pour permettre la randomisation des femmes à un âge gestationnel plus avancé à l'accouchement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le moment optimal d'accouchement pour les femmes ayant une grossesse gémellaire à terme sans autres complications est incertain, des preuves cliniques existant tant en soutien de l'accouchement provoqué à 37 semaines que de la prise en charge non interventionniste (attente d'un début de travail spontané).

Objectifs: 

Évaluer une politique d'accouchement provoqué à partir de 37 semaines de gestation par rapport à une approche non interventionniste chez les femmes ayant une grossesse gémellaire sans autres complications.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (12 décembre 2013).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés avec des données documentées comparant, dans la grossesse gémellaire, les résultats des mères et des bébés ayant subi un accouchement provoqué à partir de 37 semaines de gestation aux résultats des groupes témoins avec une prise en charge non interventionniste.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et la qualité des essais et extrait les données des essais inclus.

Résultats principaux: 

Deux essais contrôlés randomisés comparant l'accouchement provoqué à 37 semaines chez les femmes ayant une grossesse gémellaire sans complications à la prise en charge non interventionniste ont été inclus, portant sur 271 femmes et 542 nourrissons. Un de ces essais avait un risque de biais globalement faible, et l'autre était à risque incertain pour les biais de sélection, de performance et de détection.

Aucune différence statistiquement significative n'a été identifiée entre une politique d'accouchement provoqué à 37 semaines de gestation et la prise en charge non interventionniste en ce qui concerne l'accouchement par césarienne (deux études ; 271 participants ; risque relatif (RR) 1,05 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,83 à 1,32) ; le décès périnatal ou la morbidité périnatale grave (deux études ; 542 nourrissons ; RR 0,34 ; IC à 95 % 0,01 à 8,35) ; et la mortalité maternelle ou la morbidité maternelle grave (une étude ; 235 femmes ; RR 0,29 ; IC à 95 % 0,06 à 1,38).

Aucune différence statistiquement significative n'a été identifiée entre les deux politiques de traitement sur les critères de jugement secondaires prédéfinis de la revue relatifs à la mère et aux nourrissons rapportés dans ces deux essais (y compris : hémorragie nécessitant une transfusion sanguine ; accouchement par voie basse avec assistance instrumentale ; liquide amniotique méconial ; score Apgar inférieur à sept à cinq minutes ; admission en unités néonatales de soins intensifs ; poids de naissance inférieur à 2 500 g ; encéphalopathie néonatale ; et syndrome de détresse respiratoire). Bien qu'il ne s'agisse pas d'un critère de jugement prédéfini de la revue, il a été démontré que l'accouchement provoqué à 37 semaines, par rapport à la prise en charge non interventionniste, réduisait significativement le risque de nourrissons avec un poids de naissance inférieur à la troisième centile (une étude ; 470 nourrissons ; RR 0,30 ; IC à 95 % 0,13 à 0,68).

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.