Psychothérapies pour le traitement du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) chronique chez les adultes

Contexte : Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) peut survenir à la suite d'un événement traumatisant. Il se caractérise par les symptômes suivants : revécu du traumatisme (sous forme de cauchemars, de flashbacks et de pensées angoissantes), évitement de ce qui peut rappeler l'événement traumatique et changements négatifs dans les pensées et l'humeur, mais aussi par des symptômes d'hypervigilance (nervosité, réaction de sursaut exagérée, colère, difficultés à dormir et problèmes de concentration).

Des revues antérieures ont soutenu l'utilisation de la thérapie cognitivo-comportementale individuelle axée sur le trauma et de l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (EMDR) dans le traitement du SSPT. La thérapie cognitivo-comportementale axée sur le trauma est une variante de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), qui comprend un certain nombre de techniques pour aider une personne à surmonter un événement traumatique. Il s'agit d'une combinaison de thérapie cognitive, visant à modifier la façon dont une personne pense, et de thérapie comportementale, qui vise à modifier la façon dont une personne agit. Cette forme de TCC aide une personne à surmonter un traumatisme en l'exposant aux souvenirs de l'événement. L'EMDR est une thérapie psychologique qui vise à aider une personne à intégrer ses souvenirs d'un événement traumatisant. Elle consiste à évoquer les images, croyances et sensations corporelles éprouvantes liées au traumatisme, tandis que le thérapeute guide les mouvements oculaires bilatéraux du patient. Le but est d’identifier des perceptions plus positives des souvenirs du traumatisme, dans le but de remplacer celles qui causent des problèmes.

La TCC axée sur le trauma et l'EMDR sont actuellement considérées comme les meilleurs traitements selon certaines directives, comme celles publiées par le National Institute of Health and Clinical Excellence (NICE) du Royaume-Uni.

Caractéristiques des études : Cette revue rassemble les données probantes les plus récentes de 70 études, portant sur un total de 4 761 participants.

Principaux résultats : L'efficacité de la TCC individuelle axée sur le trauma, de l’EMDR, de la TCC non axée sur le trauma et de la TCC de groupe axée sur le trauma dans le traitement du SSPT chronique chez les adultes continue d’être soutenue. D'autres psychothérapies non axées sur le trauma n'ont pas réduit les symptômes du SSPT de manière aussi significative. Il y a des données probantes selon lesquelles la TCC individuelle axée sur le trauma, l’EMDR et la TCC non axée sur le trauma sont d’efficacité similaire dans le traitement du SSPT, telle que mesurée immédiatement après la fin de la thérapie. Certaines données probantes suggèrent que la TCC axée sur le trauma et l'EMDR sont supérieures à la TCC non axée sur le trauma entre un et quatre mois après le traitement, et que la TCC individuelle axée sur le trauma, l'EMDR et la TCC non axée sur le trauma sont plus efficaces que les autres thérapies. Aucun conflit d'intérêt spécifique n'a été identifié.

Qualité des preuves : Bien que nous ayons inclus un nombre important d'études dans cette revue, chacune d'entre elles ne portait que sur un petit nombre de personnes et certaines étaient mal conçues. Nous avons estimé la qualité globale des études comme très faible et les conclusions de cette revue doivent donc être interprétées avec prudence. Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour montrer si la psychothérapie est nocive ou non.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes pour chacune des comparaisons effectuées dans le cadre de cette revue ont été jugées de très faible qualité. Ces données probantes ont montré que la thérapie cognitico-comportementale (TCC) individuelle axée sur le trauma et l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (EMDR) étaient plus efficaces que la liste d'attente / les soins habituels pour réduire les symptômes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) évalués par le clinicien. Il y a des données probantes selon lesquelles la TCC individuelle axée sur le trauma, l’EMDR et la TCC non axée sur le trauma sont d’efficacité similaire dans le traitement du SSPT, telle que mesurée immédiatement après la fin de la thérapie. Certaines données probantes suggèrent que la TCC axée sur le trauma et l'EMDR sont supérieures à la TCC non axée sur le trauma entre un et quatre mois après le traitement, et que la TCC individuelle axée sur le trauma, l'EMDR et la TCC non axée sur le trauma sont plus efficaces que les autres thérapies. Il y a des preuves d’un taux d'abandon plus élevé dans les groupes de traitement actif. Bien qu'un nombre important d'études ait été inclus dans la revue, les conclusions sont compromises par des problèmes méthodologiques évidents dans certaines d'entre elles. Les échantillons étaient de petite taille et il est évident que beaucoup de ces études avaient une puissance statistique insuffisante. Les données de suivi étaient limitées, ce qui compromet les conclusions concernant les effets à long terme du traitement psychologique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est une affection pénible qui est souvent traitée par des psychothérapies. Des versions antérieures de cette revue, ainsi que d'autres méta-analyses, ont montré leur efficacité, les traitements centrés sur le trauma étant plus efficaces que les traitements non centrés sur le trauma. Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2005 et mise à jour en 2007.

Objectifs: 

Évaluer les effets des psychothérapies pour le traitement des adultes souffrant d'un syndrome de stress post-traumatique chronique (SSPT).

Stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (études CCDANCTR et références CCDANCTR) sur toutes les années jusqu'au 12 avril 2013. Ce registre contient des essais contrôlés randomisés pertinents issus de : The Cochrane Library (toutes les années), MEDLINE (de 1950 à aujourd’hui), EMBASE (de 1974 à aujourd'hui), et PsycINFO (de 1967 à aujourd'hui). En outre, nous avons effectué une recherche manuelle dans le Journal of Traumatic Stress, contacté des experts du domaine, recherché les bibliographies des études incluses et effectué des recherches de citations des articles identifiés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés portant sur la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) individuelle axée sur le trauma, l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (EMDR), la TCC non axée sur le trauma, ou d'autres thérapies (psychothérapie de soutien, psychothérapie non directive, thérapie psychodynamique et thérapie centrée sur le présent), la TCC de groupe axée sur le trauma ou la TCC de groupe non axée sur le trauma, comparées les unes aux autres, ou à une liste d'attente, ou à un groupe de soins habituels pour le traitement du SSPT chronique. Le critère de jugement principal était la gravité des symptômes de stress traumatique évaluée par le clinicien.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les données et les avons saisies dans le logiciel Review Manager 5. Nous avons contacté les auteurs afin d’obtenir les données manquantes. Deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment des évaluations du « risque de biais ». Nous avons mis en commun les données lorsque nécessaire et avons analysé les effets globaux.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus dans la revue 70 études portant sur un total de 4 761 participants. Le principal critère de jugement de cette revue était la réduction de la gravité des symptômes du SSPT, évaluée par un clinicien à l’aide d’une mesure standardisée. Pour ce critère de jugement, la TCC individuelle axée sur le trauma et l’EMDR ont été plus efficaces que la liste d'attente / les soins habituels (différence moyenne standardisée (DMS) de -1,62 ; IC à 95 % -2,03 à -1,21 ; 28 études ; n = 1 256 et DMS de -1,17 ; IC à 95 % -2,04 à -0,30 ; 6 études ; n = 183 respectivement). Il n'y a pas eu de différence statistiquement significative entre la TCC individuelle axée sur le trauma, l'EMDR et la gestion du stress immédiatement après le traitement, bien qu'il y ait des données probantes selon lesquelles la TCC individuelle axée sur le trauma et l'EMDR étaient supérieures à la TCC non axée sur le trauma lors du suivi, et que la TCC individuelle axée sur le trauma, l'EMDR et la TCC individuelle non axée sur le trauma étaient plus efficaces que les autres thérapies. La TCC non axée sur le trauma était plus efficace que la liste d'attente / les soins habituels et que les autres thérapies. Les autres thérapies, tout comme la TCC de groupe axée sur le trauma, étaient supérieures au groupe témoin de la liste d'attente / des soins habituels. Certaines preuves indiquent un taux d'abandon plus élevé (le deuxième critère de jugement principal de cette revue) dans les groupes de traitement actif. Nous avons jugé que de nombreuses études présentaient un risque de biais « élevé » ou « peu clair » dans de multiples domaines, en plus d’une hétérogénéité considérable inexpliquée. En outre, nous avons évalué la qualité des données probantes pour chaque comparaison comme étant très faible. Les résultats de cette revue doivent donc être interprétés avec prudence.

Notes de traduction: 

Post-édition : Floria Cophignon - Révision : Camille Singlis-Maguer (M2 ILTS, Université de Paris)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.