La prophylaxie antibiotique au cours des deuxième et troisième trimestres pour réduire les issues défavorables de la grossesse et la morbidité

Des antibiotiques sont administrés aux femmes enceintes au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse (avant l'accouchement) afin de prévenir toute bactérie dans le vagin et le col affectant la grossesse. L'infection par certains organismes infectieux dans le tractus génital d'une femme peut causer des problèmes de santé pour la mère et son bébé, et a été associée à des accouchements prématurés. Cette revue de huit essais randomisés incluait environ 4300 femmes dans leur deuxième ou troisième trimestre. Nous avons constaté que les antibiotiques ne réduisaient pas le risque de rupture prématurée des membranes avant terme (un essai, données probantes de faible qualité), ou le risque d'accouchement prématuré (six essais, donnés probantes de qualité élevée). L'accouchement prématuré a été réduit chez les femmes enceintes qui avaient déjà connu un accouchement prématuré et qui avaient un déséquilibre de bactéries dans le vagin (vaginose bactérienne) pendant la grossesse en cours. Il n'y a pas eu de réduction de l'accouchement prématuré chez les femmes enceintes ayant déjà accouché prématurément mais qui n'avaient pas de déséquilibre bactérien pendant la grossesse actuelle (deux essais). L'endométrite post-partum, ou infection de l'utérus après la naissance, a globalement été réduite (trois essais,preuves de qualité modérée), ainsi que dans un essai sur les femmes à risque élevé qui avaient déjà eu un accouchement prématuré (un essai, preuves de qualité modérée). Aucune réduction de la maladie néonatale n' a été observée. Des résultats présentant un intérêt étaient disponibles dans les essais avec les pertes de suivi élevées. Nous n'avons pas pu estimer les effets secondaires des antibiotiques puisque les effets secondaires étaient rares; cependant, les antibiotiques peuvent encore avoir de graves effets secondaires sur les femmes et leurs bébés.

Il n' y a donc aucune raison de donner des antibiotiques à toutes les femmes enceintes au cours du deuxième ou troisième trimestre pour prévenir les effets infectieux indésirables sur l'issue de la grossesse.

Conclusions des auteurs: 

La prophylaxie antibiotique n' a pas réduit le risque de rupture prématurée des membranes avant terme ou d'accouchement prématuré (sauf dans le sous-groupe des femmes ayant déjà eu une naissance prématurée et présentant une vaginose bactérienne). La prophylaxie antibiotique administrée au cours du deuxième ou du troisième trimestre de la grossesse a réduit le risque d'endométrite postpartum, de grossesse à terme avec rupture des membranes avant le travail et d'infection gonococcique lorsqu'elle est habituellement administrée à toutes les femmes enceintes. Il est possible que les résultats de l'analyse présentent un biais important en raison d'un taux élevé de perte de suivi et du petit nombre d'études incluses dans chacune de nos analyses. On ne dispose pas non plus de données suffisantes sur les effets indésirables infectieux possibles sur le bébé. Par conséquent, nous concluons qu'il n' y a pas suffisamment de données probantes à l'appui de l'utilisation systématique d'antibiotiques pendant la grossesse pour prévenir les effets nocifs sur les issues de grossesse

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Plusieurs études suggèrent que les antibiotiques prophylactiques administrés pendant la grossesse ont amélioré les résultats maternels et périnatals, tandis que d'autres n'ont montré aucun bénéfice et que d'autres ont rapporté des effets indésirables.

Objectifs: 

Déterminer l'effet des antibiotiques prophylactiques sur les issues maternelles et périnatales au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse pour toutes les femmes ou les femmes à risque d'accouchement prématuré.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait une recherche dans le registre des essais du Groupe “Grossesse et Naissance” de Cochrane (30 avril 2015) et dans les listes de références des articles récupérés.

Critères de sélection: 

Essais randomisés contrôlés comparant un traitement antibiotique prophylactique avec placebo ou aucun traitement pour les femmes au cours du deuxième ou troisième trimestre de la grossesse avant l'accouchement.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons évalué la qualité des essais et extrait les données.

Résultats principaux: 

L'analyse comprenait huit essais randomisés contrôlés. Environ 4 300 femmes ont été recrutées pour détecter les effets de l'administration d'antibiotiques prophylactiques sur les issues de la grossesse.

Les principaux critères de jugement

La prophylaxie antibiotique n'a pas réduit le risque de rupture prématurée des membranes avant terme (risque relatif (RR) 0,31; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,06 à 1,49 (un essai, 229 femmes), preuves de faible qualité) ou d'accouchement prématuré (RR 0,88; IC à 95 % de 0,72 à 1,09 (six essais, 3663 femmes), données probantes de grande qualité). Cependant, l'accouchement prématuré a été réduit dans le sous-groupe des femmes enceintes ayant déjà eu un accouchement prématuré qui présentaient une vaginose bactérienne (VB) pendant la grossesse en cours (RR 0,64 ; IC à 95 % de 0,47 à 0,88 (un essai, 258 femmes), mais il n'y a pas eu de réduction dans le sous-groupe des femmes enceintes avec une naissance prématurée préalable sans VB au cours de la grossesse (RR 1,08 ; IC à 95 % de 0,66 à 1,77 (deux essais, 500 femmes). On a observé une réduction du risque d'endométrite postpartum (RR 0,55 ; IC à 95 % de 0,33 à 0,92 (un essai, 196 femmes) chez les femmes enceintes à risque élelvé (les femmes ayant des antécédents d'accouchement prématuré, de faible poids de naissance, mortinaissance ou de mortalité périnatale précoce) et chez toutes les femmes (RR 0,53 ; IC à 95 % de 0,35 à 0,82 (trois essais, 627 femmes),preuves de qualité modérée). Aucune différence n'a été observée concernant le faible poids à la naissance (RR 0,86 ; IC à 95 % de 0,53 à 1,39 (quatre essais ; 978 femmes)) ou sur la septicémie néonatale (RR 11,31 ; IC à 95 % 0,64 à 200,79) (un essai, 142 femmes) ; et aucune étude n'a rapporté de septicémie confirmée par culture sanguine.

Les critères de jugement secondaires

La prophylaxie antibiotique a réduit le risque de rupture prématurée des membranes (RR 0,34 ; IC à 95 % de 0,15 à 0,78 (un essai, 229 femmes), preuves de faible qualité) et l'infection gonococcique (RR 0,35 ; IC à 95 % de 0,13 à 0,94) (un essai, 204 femmes). Aucune différence n'a été observée dans les autres critères secondaires (anomalies congénitales; petite taille pour l'âge gestationnel; mortalité périnatale), tandis que de nombreux autres critères secondaires (par ex. la fièvre intrapartum nécessitant un traitement antibiotique) n'ont pas été rapportés dans les essais inclus.

En ce qui concerne la voie d'administration des antibiotiques, la prophylaxie par antibiotiques vaginaux pendant la grossesse n' a pas empêché les issues infectieuses de la grossesse. Le risque global de biais était faible, sauf que des données incomplètes sur les résultats ont produit un risque élevé de biais dans certaines études. La qualité des données évaluée à l'aide de GRADE a été jugée faible pour la rupture des membranes durant le travail avant terme, élevée pour l'accouchement prématuré, modérée pour l'endométrite postpartum, faible pour la rupture des membranes avant le travail et très faible pour la chorioamnionite. La fièvre intrapartum nécessitant un traitement antibiotique n' a été signalée dans aucune des études incluses.

Notes de traduction: 

Post-édition : Yuxuan Guo (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.