La prémédication pour l'anxiété chez l'adulte en chirurgie ambulatoire ne retarde pas la sortie de l'hôpital des patients.

La chirurgie ambulatoire, qui permet aux patients de rentrer chez eux le jour même de l'opération, est une pratique clinique courante qui n'est plus limitée aux procédures simples. Une prémédication avec des médicaments pour réduire l'anxiété avant l'anesthésie générale peut être refusée à des patients en raison des inquiétudes soulevées parce qu'ils pourraient retarder la récupération après l'intervention chirurgicale. Ceci peut réduire le bon fontionnement des unités de chirurgie ambulatoire et soulève d'importantes questions d'ordre économique. Elle peut également conduire à une admission imprévue à l'hôpital qui peut être inacceptable pour les patients. Cependant, certains patients aimeraient quand même bénéficier de l'option d'une médication pour réduire l'anxiété.

Nous avons identifié 17 études ayant comparé une prémédication avec un placebo avant une intervention chirurgicale en ambulatoire. Douze études impliquaient les benzodiazépines (sédatifs), deux impliquaient les opiacés (analgésiques), deux impliquaient les bêta-bloquants, une comparait une benzodiazépine avec un bêta-bloquant et une impliquait un traitement à base de plantes. En général, les études étaient de mauvaise qualité et un grand nombre utilisaient des techniques anesthésiques qui ne sont plus courantes. Seulement sept études mesuraient directement le délai jusqu'à l'ambulation ou la sortie de l'hôpital et ont constaté que celui-ci n'était pas affecté par l'utilisation d'une prémédication. Certaines études ont utilisé des tests spécifiques pour évaluer des effets résiduels de la prémédication. Bien qu'ils aient souvent été altérés après l'intervention chirurgicale, cela ne semblait pas retarder la sortie de l'hôpital.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune preuve d'une différence dans le délai de sortie de l'hôpital, évalué par des critères cliniques, chez les patients qui ont reçu une prémédication anxiolytique. Toutefois, compte tenu de l'ancienneté et de la variété des techniques anesthésiques utilisées et de l'hétérogénéité clinique entre les études, les déductions pour la pratique ambulatoire actuelle devraient être faites avec prudence.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Depuis le début des années 1980, il est devenu de plus en plus courant d'effectuer des interventions chirurgicales sur une base ambulatoire. De nombreux patients sont anxieux avant une intervention chirurgicale et pourtant, il y a parfois une réticence à prescrire un médicament sédatif parce qu'on pense qu'il retarde la sortie de l'hôpital. Ceci est une version mise à jour de la revue publiée pour la première fois en 2000 (mises à jour précédentes 2003 ; 2006).

Objectifs: 

Évaluer l'effet de la prémédication anxiolytique sur le délai de sortie de l'hôpital chez des patients adultes subissant une intervention chirurgicale en ambulatoire sous anesthésie générale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais par des recherches informatisées dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2009, numéro 1) ; MEDLINE (de 1980 à janvier 2009) ; EMBASE (de 1980 à janvier 2009). Nous avons également vérifié les bibliographies des essais et des articles de revue et effectué des recherches manuelles dans les trois principaux journaux d'anesthésie.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés identifiés comparant un(des) médicament(s) anxiolytique(s) avec un placebo avant l'anesthésie générale chez les patients adultes faisant l'objet d'une intervention chirurgicale en ambulatoire.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons recueilli des données sur les médicaments anesthésiques utilisés ; les résultats des tests de la fonction psychomotrice lorsque ceux-ci ont été utilisés pour évaluer l'effet résiduel de la prémédication ; et sur les délais depuis la fin de l'anesthésie jusqu'à la récupération de la capacité de marcher sans aide ou la disposition à sortir de l'hôpital. Une synthèse statistique formelle des essais individuels n'a pas été effectuée compte tenu de la variété des médicaments étudiés.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 17 études. La qualité méthodologique des études incluses était médiocre. Parmi ces 17 études, seules sept abordaient spécifiquement la question de la sortie de l'hôpital ; aucune n'a trouvé de retard chez les patients sous prémédication. Deux autres études ont utilisé des critères cliniques pour évaluer l'aptitude à la sortie de l'hôpital, même si les délais n'étaient pas donnés. Encore une fois, il n'y avait aucune différence par rapport au placebo. Onze études ont utilisé des tests de la fonction psychomotrice, avec ou sans mesures cliniques, comme indicateurs de la récupération de l'anesthésie. Dans aucune de ces études la prémédication n'a semblé retarder la sortie de l'hôpital, bien que les performances lors des tests de la fonction psychomotrice étaient parfois encore diminuées. Trois études n'ont montré aucune altération de la fonction psychomotrice, six ont montré une certaine altération qui s'était dissipée dans les trois heures ou au moment de la sortie de l'hôpital et deux ont révélé une importante dégradation.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.