Les preuves sont insuffisantes pour recommander l'utilisation d'oxygène hyperbare dans le traitement des patients victimes d'une intoxication par le monoxyde de carbone.

Chaque année, de nombreuses personnes sont victimes d'une intoxication intentionnelle (ex. : tentatives de suicide) ou accidentelle par le monoxyde de carbone. Le monoxyde de carbone nuit au transport de l'oxygène dans l'organisme et peut également endommager directement plusieurs organes, y compris le cerveau. Le traitement habituel consiste à éloigner la personne affectée de la source de gaz, lui fournir un traitement symptomatique général et lui administrer de l'oxygène pour accélérer l'élimination du monoxyde de carbone présent dans l'organisme. L'oxygène à haute pression (oxygène hyperbare), uniquement disponible dans quelques hôpitaux, est parfois utilisé pour accélérer encore davantage ce processus. Néanmoins, la revue des essais publiés a identifié des preuves contradictoires, potentiellement biaisées et de qualité généralement faible concernant l'utilité de l'oxygène hyperbare dans la prévention des lésions neurologiques.

Conclusions des auteurs: 

Les essais randomisés existants ne permettent pas de déterminer si l'administration d'OHB chez les patients victimes d'intoxication par le monoxyde de carbone réduit l'incidence des résultats neurologiques indésirables. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de mieux définir le rôle potentiel de l'OHB dans le traitement des patients victimes d'intoxication par le monoxyde de carbone. Ce sujet de recherche est parfaitement adapté à la réalisation d'un essai contrôlé randomisé multicentrique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'intoxication par le monoxyde de carbone (CO) demeure une cause importante de lésions accidentelles et intentionnelles partout dans le monde. Plusieurs essais ouverts non randomisés ont suggéré que l'utilisation d'oxygène hyperbare (OHB) permettait de prévenir le développement de séquelles neurologiques. Cela a débouché sur une utilisation généralisée d'OHB dans la prise en charge des patients victimes d'intoxication par le monoxyde de carbone.

Objectifs: 

Examiner les essais randomisés portant sur l'efficacité de l'oxygène hyperbare (OHB) par rapport à l'oxygène normobare (ONB) dans la prévention des séquelles neurologiques chez les patients victimes d'intoxication aiguë par le monoxyde de carbone.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons cherché dans les bases de données électroniques suivantes : Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (recherche effectuée en juin 2010), le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane 2010, numéro 2), MEDLINE (Ovid SP) de 1950 à juin 2010, EMBASE (Ovid SP) de 1980 à juin 2010, ISI Web of Science : Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) de 1970 à juin 2010, ISI Web of Science : Conference Proceedings Citation Index - Science (CPCI-S) de 1990 à juin 2010.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant de l'OHB à de l'ONB chez des adultes (à l'exception des femmes enceintes) victimes d'intoxication aiguë par le monoxyde de carbone (indépendamment de la gravité).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment extrait de chaque essai des informations concernant : le nombre de patients randomisés, les catégories de participants, la dose et la durée de l'intervention, et la prévalence des symptômes neurologiques lors du suivi.

Résultats principaux: 

Sept essais contrôlés randomisés de qualité variable ont été identifiés ; un essai a été exclu car il n'évaluait pas les résultats cliniques. Sur les six essais restants (1 361 participants), deux rapportaient un effet bénéfique de l'OHB en termes de réduction des séquelles neurologiques à un mois, tandis que les quatre autres ne rapportaient aucun effet bénéfique. L'un de ces essais est une publication incomplète (le résumé d'une analyse intermédiaire). Bien que la méta-analyse combinée à effets aléatoires ne suggère aucun bénéfice significatif associé à l'OHB (rapport des cotes des déficits neurologiques de 0,78, IC à 95 %, entre 0,54 et 1,12), une hétérogénéité méthodologique et statistique significative était observée entre les essais, et ce résultat devrait être interprété avec précaution. De plus, des défauts liés au plan d'étude ou à l'analyse étaient évidents dans tous les essais. Il est important de souligner que les conclusions d'un essai positif pourraient avoir été influencées par l'absence d'ajustement pour tenir compte des multiples tests d’hypothèse, et que l'interprétation de l'autre essai positif est limitée par un risque de biais élevé introduit pendant l'analyse, y compris un changement apparent du critère de jugement principal. Les deux essais avaient également été arrêtés de manière prématurée après obtention d'un effet bénéfique, ce qui est susceptible d'avoir entraîné une surestimation de l'effet observé. Quant aux trois essais négatifs, leur puissance statistique était insuffisante pour détecter un effet bénéfique de l'OHB en raison de l'exclusion de plusieurs patients sévèrement intoxiqués dans deux essais, et du suivi très médiocre dans le troisième essai. Un essai achevé il y a environ huit ans n'a jamais rapporté son analyse finale.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.