Pansements et agents topiques pour les ulcères artériels de jambe

Quelle est la question de recherche ?

Le choix des agents topiques (crèmes ou pommades) ou des pansements a-t-il une incidence sur la cicatrisation des ulcères artériels de jambe ?

Contexte

Les personnes ayant des problèmes de circulation sanguine dans les jambes peuvent développer des ulcères de jambe, un adulte ayant environ 1 % de chances de souffrir d'un ulcère de jambe à un moment donné dans sa vie. La majorité des ulcères (environ 70 %) résultent d'une mauvaise circulation sanguine dans les veines et sont appelés ulcères veineux de jambe. Ceux-ci sont généralement traités par compression. Les ulcères artériels de jambe (environ 22 % des ulcères) surviennent en raison d'une mauvaise irrigation sanguine des jambes, lorsqu'il y a un blocage dans une artère de la jambe ou un rétrécissement des artères (athérosclérose). Sans traitement de la mauvaise circulation sanguine artérielle sous-jacente, les ulcères mettent beaucoup de temps à guérir ou peuvent même ne jamais guérir. Ces ulcères sont traités, pour favoriser la guérison et protéger des infections, en les recouvrant de pansements ou en utilisant des agents topiques, ou les deux. Différents types de pansements peuvent être utilisés, selon que l'objectif principal est de traiter l'infection, de réduire la douleur de l'ulcère ou de gérer le liquide qui peut s'écouler de ces ulcères (exsudat), et ainsi favoriser la guérison.

Caractéristiques des études et principaux résultats

Nous avons trouvé deux petites études présentant des données pour 49 participants souffrant d'ulcères artériels de jambe (recherche effectuée en janvier 2019). Les études ont également inclus des participants souffrant d'autres types d'ulcères, et la proportion exacte de participants diabétiques est incertaine. Aucune des deux études ne décrit complètement les méthodes, toutes deux présentent des résultats limités pour les participants souffrant d'un ulcère artériel, et une étude ne fournit pas d'informations sur le nombre de participants souffrant d'un ulcère artériel dans le groupe témoin. Les périodes de suivi (six et huit semaines) étaient trop courtes pour mesurer la guérison. Par conséquent, les données disponibles étaient incomplètes et ne peuvent être généralisées à l'ensemble de la population souffrant d'ulcères artériels de jambe.

Une étude a randomisé les participants pour recevoir soit une pommade à base de cétansérine à 2% dans du polyéthylène glycol (PEG) soit du PEG seul, administré deux fois par jour pendant huit semaines. Cette étude a révélé une meilleure cicatrisation des plaies dans le groupe cétansérine, par rapport au groupe témoin. Il convient de noter que l'utilisation de la cétansérine chez l'homme n'est pas autorisée dans tous les pays.

La deuxième étude a randomisé les participants pour recevoir soit des facteurs de croissance appliqués localement et isolés du propre sang du participant (facteurs de croissance concentrés (en anglais : concentrated growth factors, CGF)), soit un pansement standard ; les deux étant appliqués chaque semaine pendant six semaines. Cette étude a révélé que 66,6 % des ulcères artériels diabétiques traités par les CGF présentaient une diminution de plus de 50 % de la taille de l'ulcère, contre 6,7 % des ulcères non cicatrisants traités par un pansement standard.

Une seule étude a mentionné des effets secondaires, et a rapporté qu'aucun participant n'a présenté d'effet secondaire pendant le suivi (six semaines). Aucune des deux études n'a fait état de la durée nécessaire à la guérison des ulcères, de la satisfaction des patients ou des mesures de qualité de vie.

Qualité des données probantes

Les données probantes sont insuffisantes pour déterminer si le choix de l'agent topique ou du pansement affecte la guérison des ulcères artériels de jambe. Nous avons abaissé la certitude globale des données probantes disponibles à "très faible" et "faible", car les études rapportaient mal leurs méthodes, il n'y avait que deux études et peu de participants atteints de maladies artérielles, et les études étaient courtes et rapportaient peu de résultats. Il était donc impossible de déterminer s'il y avait une réelle différence dans le nombre d'ulcères guéris entre les groupes.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes sont insuffisantes pour déterminer si le choix de l'agent topique ou du pansement affecte la guérison des ulcères artériels de jambe.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

On estime que jusqu'à 1 % des habitants des pays à revenu élevé souffrent d'un ulcère de jambe à un moment ou à un autre de leur vie. La majorité des ulcères de jambe sont associés à des problèmes de circulation ; un mauvais retour du sang dans les veines provoque des ulcères veineux (environ 70 % des ulcères) et un mauvais apport sanguin dans les jambes provoque des ulcères artériels (environ 22 % des ulcères). Le traitement des ulcères artériels de jambe vise à corriger un mauvais apport sanguin artériel, par exemple en corrigeant les blocages artériels (soit chirurgicalement, soit pharmacologiquement). Si l'apport sanguin a été rétabli, ces ulcères artériels peuvent guérir en suivant les principes d'un bon traitement des plaies. Les pansements et les agents topiques font partie d'un bon traitement des plaies d’ulcères artériels, mais il existe de nombreux produits et leur impact sur la guérison des ulcères reste incertain. Il s'agit de la troisième mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2003.

Objectifs: 

Déterminer si les agents topiques et les pansements affectent la guérison des ulcères artériels. Comparer les taux de guérison et les critères de jugement centrés sur le patient entre les pansements et les agents topiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le Cochrane Vascular Information Specialist a effectué des recherches dans les bases de données suivantes : Cochrane Vascular Specialised Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials, MEDLINE, Embase, Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature et Allied and Complementary Medicine, la plate-forme de l'Organisation mondiale de la santé pour le registre international des essais cliniques et le registre des essais ClinicalTrials.gov jusqu'au 28 janvier 2019.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ou les essais cliniques contrôlés (ECC) évaluant les pansements et les agents topiques dans le traitement des ulcères artériels de jambe étaient éligibles à l'inclusion. Nous avons inclus les participants souffrant d'ulcères artériels de jambe, indépendamment de la méthode de diagnostic. Les essais incluant des participants atteints de maladies artério-veineuses mixtes et de diabète étaient éligibles s'ils présentaient des résultats séparés pour les différents groupes. Tous les pansements et agents topiques pouvaient être inclus dans cette revue. Nous avons exclu les essais ne rapportant pas au moins un des critères de jugement principaux (durée de la guérison, proportion de personnes complètement guéries ou changement dans la zone de l'ulcère).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait des informations sur les caractéristiques des participants, sur les interventions et sur les critères de jugement, en utilisant un formulaire standardisé d'extraction de données. Les auteurs de la revue ont résolu tout désaccord par la discussion. Nous avons présenté les données de manière narrative en raison des différences entre les essais inclus. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes.

Résultats principaux: 

Deux essais répondaient aux critères d'inclusion. L’un a comparé une pommade à base de cétansérine à 2% dans du polyéthylène glycol (PEG) à du PEG seul, utilisé deux fois par jour par 40 participants souffrant d'ulcères artériels de jambe, pendant huit semaines ou jusqu'à guérison, selon ce qui se produisait le plus tôt. L'un a comparé l'application topique de facteur de croissance concentré (en anglais : concentrated growth factor, CGF) dérivé du sang à un pansement standard (film ou mousse de polyuréthane) ; les deux étant appliqués chaque semaine pendant six semaines par 61 participants souffrant d'ulcères ne guérissant pas (veineux, artériel diabétique, neuropathique, traumatique ou vasculaire). Les deux essais étaient de petite taille, rapportaient les résultats de façon inadéquate et avaient une qualité méthodologique faible. En raison des courtes durées du suivi (six et huit semaines), il était difficile de saisir suffisamment d'événements de guérison pour nous permettre de faire des comparaisons entre les traitements.

Un essai a démontré une guérison accélérée des blessures dans le groupe cétansérine par rapport au groupe témoin. Dans l'essai ayant comparé les CGF aux pansements standard, le nombre de participants souffrant d'ulcères artériels diabétiques n'a été rapporté que dans le groupe CGF (9/31), et le nombre de participants souffrant d'ulcères artériels diabétiques et leurs données n'ont pas été rapportés séparément pour le groupe des pansements standard. Dans le groupe CGF, 66,6% (6/9) des ulcères artériels diabétiques ont montré une diminution de plus de 50% de la taille de l'ulcère, contre 6,7% (2/30) des ulcères non cicatrisants traités par un pansement standard. Nous avons estimé qu'il s'agissait de données probantes de très faible certitude en raison du petit nombre d'études et de participants avec ulcère artériel, du rapport inadéquat de la méthodologie et des données, et de la courte période de suivi.

Un seul essai a fait état d'effets secondaires (complications), en précisant qu'aucun n’est survenu au cours du suivi (six semaines, données probantes de faible certitude). Il convient également de noter que la cétansérine n'est pas autorisée dans tous les pays pour une utilisation chez l'homme. Aucune des deux études n'a fait état de la durée nécessaire à la guérison des ulcères, de la satisfaction des patients ou de la qualité de vie.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.