Quels sont les effets des interventions éducatives destinées aux enfants et/ou à leur famille pris en charge dans un service d'urgences pour cause d'asthme au cours des 12 mois précédents ?

Dans nos sociétés, la prise en charge de l'asthme infantile est courante et coûteuse. Des preuves indiquent aujourd'hui que les interventions éducatives destinées aux enfants admis aux urgences pour cause d'asthme réduisent le risque de futures visites aux urgences et hospitalisations. Cette revue a examiné des études comparant des soins habituels à des programmes éducatifs plus intensifs dans la prise en charge de l'asthme, qui montraient une réduction statistiquement significative des visites aux urgences ou des hospitalisations ultérieures dans les groupes de traitement. Nous n'avons pas pu déterminer quelles étaient les interventions, la durée et l'intensité permettant d'obtenir les meilleurs résultats chez les enfants asthmatiques.

Conclusions des auteurs: 

La formation en matière d'asthme pour les enfants et leurs soignants qui se présentent dans un service d'urgences pour cause d'exacerbations aiguës peut réduire le risque de futures visites aux urgences et hospitalisations. Des incertitudes subsistent concernant les effets à long terme de la formation pour d'autres marqueurs de la morbidité de l'asthme, tels que la qualité de vie, les symptômes et la fonction pulmonaire. À ce jour, on ignore quels sont les programmes de formation, la durée et l'intensité les plus efficaces pour limiter le recours à des soins actifs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'asthme est la maladie chronique infantile la plus courante et l'une des premières causes d'admission pédiatrique à l'hôpital. La prise en charge des enfants asthmatiques est associée à des coûts substantiels. Des preuves suggèrent que le fait d'offrir une formation efficace aux parents et aux enfants concernant l'asthme et sa prise en charge pourrait réduire les hospitalisations.

Objectifs: 

Mener une revue systématique de la littérature et mettre à jour la revue précédente afin de déterminer si la formation en matière d'asthme permet d'améliorer les résultats cliniques des enfants admis aux urgences pour cause d'asthme.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, y compris les bases de données MEDLINE, EMBASE et CINAHL, ainsi que les références bibliographiques des essais et articles de revue (dernière recherche effectuée en mai 2008).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés portant sur une formation en matière d'asthme pour des enfants admis aux urgences pour cause d'asthme, avec ou sans hospitalisation, au cours des 12 mois précédents.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Les auteurs des études ont été contactés afin d'obtenir des informations supplémentaires. Les données dichotomiques ont été combinées avec un risque relatif à effets fixes. Un risque relatif à effets aléatoires a été utilisé pour l'analyse de sensibilité des données hétérogènes.

Résultats principaux: 

38 études portant sur 7 843 enfants ont été incluses. Suite à l'intervention éducative destinée aux enfants et/ou à leurs parents, on observait une réduction significative du risque de nouvelles visites aux urgences (RR de 0,73, IC à 95 %, entre 0,65 et 0,81, N = 3 008) et d'hospitalisations (RR de 0,79, IC à 95 %, entre 0,69 et 0,92, N = 4 019) par rapport au contrôle. Une diminution des visites médicales non planifiées était également rapportée (RR de 0,68, IC à 95 %, entre 0,57 et 0,81, N = 1 009). Très peu de données étaient disponibles pour d'autres critères de jugement (VEMS, DEP, utilisation de médicaments de secours, qualité de vie ou symptômes) et aucune différence statistiquement significative n'était observée entre la formation et le contrôle.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.