Aucune preuve ne permet de recommander l'utilisation de progestagènes adjuvants pour prévenir la récidive du cancer de l'endomètre après une chirurgie.

Le cancer de l'endomètre (muqueuse de l'utérus) est le cancer de l'appareil génital le plus courant dans les pays développés. Un traitement à base de progestagènes (une hormone) est parfois administré après la chirurgie initiale afin de réduire le risque de récidive. Néanmoins, il a été établi que les progestagènes réduisaient l'un des facteurs de protection contre la cardiopathie et pourraient également rendre les tumeurs plus résistantes à la radiothérapie. Cette revue n'a identifié aucune preuve permettant de recommander l'utilisation de progestagènes en plus de la chirurgie dans le cancer de l'endomètre nouvellement diagnostiqué. Les progestagènes peuvent néanmoins prévenir ou différer la récidive du cancer chez certaines patientes.

Conclusions des auteurs: 

Aucune preuve ne permet de recommander l'utilisation de progestagènes adjuvants dans le traitement primaire du cancer de l'endomètre. Il ya maintenant eu plusieurs essais qui n'ont pas réussi à établir un rôle pour la thérapie de progestatif adjuvant après le traitement primaire du cancer de l'endomètre et donc, d'autres essais dans ce domaine ne sont probablement pas justifiées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le cancer de l'endomètre est le carcinome de l'appareil génital féminin le plus courant dans les pays développés, et les femmes se présentent pour la plupart avec une maladie de stade 1. Un traitement adjuvant à base de progestagènes a été recommandé après la chirurgie primaire afin de réduire le risque de récidive de la maladie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des progestagènes adjuvants dans le traitement du cancer de l'endomètre.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), numéro 2, 2009, MEDLINE et EMBASE jusqu'en avril 2009.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur un traitement à base de progestagènes chez des femmes ayant subi une chirurgie pour cause de cancer de l'endomètre.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, de façon indépendante, extrait les données et évalué les risques de biais. Les risques relatifs (RR) permettant de comparer la survie des femmes ayant et n'ayant pas reçu de progestagènes ont été combinés dans des méta-analyses à effets aléatoires. .

Résultats principaux: 

Sept essais évaluant 4 556 femmes ont été identifiés. Trois essais portaient uniquement sur des femmes atteintes d'une maladie de stade 1, tandis que quatre essais étudiaient des femmes atteintes d'une maladie plus avancée. La méta-analyse de quatre essais ne révélait aucune différence significative en termes de risque de décès à cinq ans entre le traitement adjuvant à base de progestagènes et l'absence de traitement postopératoire (RR = 1,00, IC à 95 %, entre 0,85 et 1,18). Cette conclusion est également solide dans les analyses des essais individuels à 4 et 7 ans et dans un essai à tous les points-temps en utilisant un hazard ratio (HR). De même, aucune différence significative n'était observée entre le traitement à base de progestagènes et le contrôle en termes de risque de décès par cancer de l'endomètre, maladie cardio-vasculaire et maladie intercurrente. La récidive de la maladie semblait diminuer sous progestagènes dans un essai (HR = 0,71, IC à 95 %, entre 0,52 et 0,97, et RR à 5 ans = 0,74, IC à 95 %, entre 0,58 et 0,96), mais aucune différence n'était observée en termes de récidive de la maladie dans un autre essai à 7 ans (RR = 1,34, IC à 95 %, entre 0,79 et 2,27).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.