La kétansérine est un médicament qui a été étudié dans le traitement du phénomène de Raynaud et des affections associées. Toutefois, il n’est pas beaucoup utilisé.

Le phénomène de Raynaud est une maladie qui entraîne une baisse du flux et de la circulation sanguine vers les extrémités. Les symptômes comprennent la décoloration, la douleur et dans certains cas graves l’ulcération des mains et des pieds. Il est la plupart du temps déclenché par le froid, le stress et l'angoisse émotionnelle. Le phénomène de Raynaud primaire n’est associé à aucune maladie sous-jacente. Le phénomène de Raynaud secondaire est souvent associé à la sclérodermie, mais peut également être lié au lupus érythémateux disséminé, à une affection des tissus connectifs mixte, au syndrome de Sjorgen, à la dermatomyosite ou à la polyarthrite rhumatoïde. La sclérodermie est une affection des tissus connectifs entraînant un durcissement et touche généralement la peau et les organes internes comme la voie GI, les poumons, les reins et le cœur.

Six essais étudiant l’effet de la kétansérine sur 146 patients atteints soit du phénomène de Raynaud primaire, soit du phénomène de Raynaud secondaire à la sclérose systémique ont été inclus (Cadranel 1986 ; Dormandy 1988 ; Kirch 1987 ; Lukac 1985 ; Ortonne 1989 ; Van de Wal 1987). Les patients traités par kétansérine ont connu une plus grande amélioration de leurs scores d’indice fonctionnel moyen et plus de patients ont connu une amélioration par rapport aux patients recevant le placébo ; en revanche, ils ont également eu plus d'effets secondaires et une augmentation de la fréquence et de la durée des crises.

Cette revue a évalué un nombre limité d’études et par conséquent, les conclusions obtenues doivent faire l’objet d’une étude plus poussée.

Conclusions des auteurs: 

La kétansérine peut être efficace dans le traitement du phénomène de Raynaud secondaire à la sclérodermie. En général, la kétansérine n’est pas significativement différente du placébo pour le traitement du phénomène de Raynaud hormis le fait qu’elle entraîne une certaine diminution de la durée des crises et que davantage de sujets aient connu une amélioration avec la kétansérine par rapport au placébo. Cependant, il y a eu plus d’effets secondaires et la fréquence des crises a été favorable au placébo. On peut conclure que le traitement par kétansérine du phénomène de Raynaud secondaire à la sclérodermie n’est pas avantageux au plan clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La sclérodermie est une affection des tissus connectifs entraînant une fibrose et touchant généralement la peau et les organes internes tels que la voie GI, les poumons, les reins et le cœur. La plupart des personnes atteintes de sclérodermie ont également le phénomène de Raynaud (PR). L’une des options de traitement du PR en sclérodermie est la kétansérine.

Objectifs: 

Évaluer les effets et la toxicité de la kétansérine par rapport au placébo pour le traitement du phénomène de Raynaud (PR) en sclérodermie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le Registre Cochrane des essais contrôlés et dans Medline jusqu'au 1er août 2007 en utilisant la stratégie de recherche de Cochrane Collaboration mise au point par Dickersin et al. (1994). Les mots clés incluaient : Raynaud ou vasospasme, sclérodermie ou sclérose systémique progressive ou affection des tissus connectifs ou maladie auto-immune. Des contenus actuels ont également été recherchés jusqu’au 1er août 2007, inclus. Toutes les bibliographies des articles trouvés ont été examinées et de grands experts du domaine ont été contactés pour trouver des données supplémentaires non publiées. La stratégie de recherche documentaire initiale a inclus toutes les langues.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant la kétansérine et le placébo ont été éligibles à condition qu'ils rapportent des résultats cliniques d'intérêt. Les essais dont les taux d’abandon étaient supérieurs à 30% ont été exclus.

Recueil et analyse des données: 

Toutes les données ont été extraites par deux réviseurs indépendants et formés (SH, PT) et vérifiées par un troisième relecteur (JP). La qualité de chaque essai a été évaluée indépendamment par les deux mêmes réviseurs à l’aide d’un outil d’évaluation de la qualité validée (Altman 2001).

Les rapports des cotes Peto ont été calculés pour tous les résultats dichotomiques et une différence moyenne pondérée a été calculée pour tous les résultats continus. Un modèle à effets fixes ou à effets aléatoires a été utilisé si les données étaient homogènes ou hétérogènes, respectivement.

Résultats principaux: 

Six essais et 146 patients ont été inclus. La proportion d'amélioration a été significativement meilleure dans le groupe sous kétansérine avec un rapport des cotes (RC) Peto de 2,74 (IC à 95% 1,42 à 5,11) (Cadranel 1986 ; Dormandy 1988 ; Kirch 1987 ; Lukac 1985 ; Van de Wal 1987). Dans la comparaison de la kétansérine et du placébo, la diminution de la fréquence des crises du PR est favorable au placébo et a été statistiquement significative [DMP (fixe) 25,20 (CI à 95% 22,55 à 27,85)] (Kirch 1987). Les effets secondaires ont été significativement plus communs dans le groupe suivant le traitement actif [RC de Peto 2,63 (CI à 95% 1,42 à 4,88)] (Cadranel 1986 ; Kirch 1987 ; Lukac 1985 ; Ortonne 1989 ; Van de Wal 1987). La durée des crises a été significativement favorable au groupe témoin par rapport au traitement actif [DMP (fixe) 4,10 (IC à 95% 3,57 à 4,63)] (Kirch 1987).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.