Le citrate de clomifène pour l'hypofertilité inexpliquée chez la femme

Le citrate de clomifène est un médicament contre la stérilité capable d'accroitre le nombre d'ovules libérés pour une possible fécondation. Il est utilisé par les femmes qui n'ovulent pas de manière régulière ou qui simplement ne parviennent pas à tomber enceintes. Le citrate de clomifène ne semble pas accroitre les chances de grossesse chez les femmes qui ovulent régulièrement mais ne sont pas parvenues à concevoir après plus d'un an de rapports sexuels non protégés et sont donc considérées comme hypofertiles. Un risque de grossesse multiple est associé au traitement par citrate de clomifène avec une probabilité de 10 %. Les résultats de cette revue d'essais doivent être utilisés avec prudence en raison de l'hétérogénéité existant entre certaines des études.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a aucune preuve d'un bénéfice clinique du citrate de clomifène pour la fertilité inexpliquée. Le choix de ce traitement doit intégrer la prise en compte des effets secondaires potentiels. Il s'agit notamment du risque accru de grossesse multiple et du fait que l'utilisation pendant plus de 12cycles ait été associée à une multiplication par trois du risque de cancer de l'ovaire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'efficacité du citrate de clomifène a été démontrée dans le traitement de l'hypofertilité associée à une ovulation peu fréquente ou irrégulière. Les effets physiologiques et les bénéfices cliniques sont moins clairs concernant les femmes ovulatoires à hypofertilité inexpliquée. Le médicament est associé à un risque accru de grossesse multiple et à des signes de possible augmentation du risque de cancer de l'ovaire. Compte tenu de ces inquiétudes, il est extrêmement important de déterminer l'efficacité du citrate de clomifène chez les femmes ovulatoires à hypofertilité inexpliquée.

Objectifs: 

Afin de déterminer l'efficacité du citrate de clomifène, en dose de 50 à 250 mg pendant un maximum de 10 jours, dans l'amélioration des résultats des grossesses chez les femmes à hypofertilité inexpliquée, le critère de jugement principal était les naissances vivantes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité (en juin 2009), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2009, numéro 2), MEDLINE (de 1966 à juin 2009), EMBASE (de 1980 à juin 2009) et dans les références bibliographiques d'articles.

Critères de sélection: 

Seuls des essais contrôlés randomisés ont été inclus. Les essais quasi-randomisés ont été exclus.

Recueil et analyse des données: 

Quatorze essais potentiellement pertinents ont été identifiés dont sept ont été inclus dans cette revue. Les risques de biais de tous les essais ont été évalués au moyen de la méthodologie standardisée du groupe sur les troubles menstruels et l'hypofertilité.

Résultats principaux: 

Les données relatives à 1159 participants de sept essais ont été rassemblées. Il n'y avait aucune preuve que le citrate de clomiphène ait été plus efficace que l'absence de traitement ou le placebo pour ce qui concerne les naissances vivantes (rapport des cotes (RC) 0,79 ; IC à 95% 0,45 à 1,38 ; P = 0,41) ou les grossesses cliniques par femme randomisée, que ce soit avec insémination intra-utérine (IIU) (RC 2,40 ; IC à 95% 0,70 à 8,19 ; P = 0,16), sans IIU (RC 1,03 ; IC à 95% 0,64 à 1,66 ; P = 0,91) ou sans IIU mais avec utilisation de gonadotrophine chorionique humaine (hCG) (RC 1,66 ; IC à 95% 0,56 à 4,80 ; P = 0,35). Il est à noter que l'hétérogénéité entre les études variait de 34 % à 58 % après traitement statistique I2.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.