Une revue des façons d'aider les professionnels de santé à mieux impliquer leurs patients dans le processus de prise de décision médicale

Lorsque plusieurs traitements sont possibles, les professionnels de santé peuvent impliquer les patients dans le processus de prise de décisions concernant leurs soins, de sorte que les patients peuvent choisir des soins qui répondent à leurs besoins et reflètent ce qui est important pour eux. C'est ce que l'on appelle une « prise de décision partagée ». Bien que les résultats soient meilleurs lorsque les patients sont impliqués, il est rare que les professionnels de santé leur donnent l'occasion de participer à ces décisions. Nous voulions en savoir plus sur ce qui peut être fait pour encourager les professionnels de santé à partager la prise de décision avec leurs patients. Dans cette revue, nous avons identifié 39 études ayant évalué quelles méthodes marchaient pour aider les professionnels de santé à impliquer davantage leurs patients dans le processus de prise de décision. Nous avons appris que toute méthode de ce genre était mieux que rien, et que les méthodes impliquant les professionnels de santé et les patients ensemble marchaient un peu mieux que les activités juste pour les patients ou pour les professionnels de santé. Toutefois, étant donné le petit nombre d'études et les différences entre celles-ci, il est difficile de savoir quelles sont les méthodes qui marchent le mieux. Dans cette revue, nous avons suggéré des façons de mieux évaluer dans quelle mesure les professionnels de santé impliquent les patients dans les décisions de soins afin que nous puissions mieux comprendre ce processus à l'avenir.

Conclusions des auteurs : 

Compte tenu de la faible qualité des preuves, nous ne pouvons dire avec certitude si les interventions visant à améliorer l'adoption de la PDP sont efficaces. Cependant, toute intervention qui cible activement les patients, les professionnels de santé ou les deux, est mieux que rien. Par ailleurs, les interventions ciblant ensemble les patients et les professionnels de santé s'avèrent plus prometteuses que celles ciblant uniquement l'un ou l'autre.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La prise de décision partagée (PDP) respecte les droits des patients et peut réduire le recours excessif à des options qui ne sont pas associées à des bénéfices pour tous. Pourtant, elle n'a pas encore été largement adoptée dans la pratique.

Objectifs : 

Déterminer l'efficacité des interventions visant à améliorer l'adoption de la PDP par les professionnels de santé.

Stratégie de recherche documentaire : 

Pour cette mise à jour, nous avons recherché des études originales dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'efficacité des pratiques et l'organisation des soins (EPOC) et PsycINFO, du mars 2009 à août 2012. Nous avons consulté le registre ClinicalTrials.gov ainsi que les actes de la Conférence internationale sur la prise de décision partagée. Nous avons également passé au crible les références bibliographiques des études et articles pertinents. Enfin, nous avons contacté des experts de ce domaine afin d'identifier des articles publiés après août 2012.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés et non randomisés, études contrôlées avant-après et études de séries chronologiques interrompues évaluant toute intervention visant à améliorer l'adoption de la PDP par les professionnels de santé et dans lesquels les critères de jugement principaux étaient évalués à l'aide de mesures de résultats recueillis par un observateur (OBOM pour « observer-based outcome measures ») ou rapportés par les patients (PROM pour « patient-reported outcome measures »).

Recueil et analyse des données : 

Les trois grandes catégories étaient : interventions ciblant les patients, interventions ciblant les professionnels de santé et interventions ciblant les deux. Les études comprises dans chaque catégorie ont été comparées aux autres études dans la même catégorie, aux études dans les deux autres catégories et aux soins habituels, ce qui a donné neuf groupes de comparaison. À l'analyse statistique, les résultats primaires catégoriels et continus ont été examinés séparément. Nous avons calculé la médiane de la différence moyenne standardisée (DMS), ou la différence de risque, et la plage d'effet pour l'ensemble des études et des catégories d'intervention. Nous avons aussi évalué le risque de biais.

Résultats principaux : 

Trente-neuf études ont été incluses, dont 38 essais contrôlés randomisés et un essai contrôlé non randomisé. Les mesures catégorielles n'ont mis en évidence aucun effet pour une intervention donnée. Dans les études utilisant des mesures OBOM, les interventions ciblant à la fois les patients et les professionnels de la santé ont eu un effet positif comparativement aux soins habituels (DMS de 2,83) et aux interventions ciblant les patients seuls (DMS de 1,42). Les études ayant comparé des interventions ciblant les patients avec d'autres interventions similaires avaient eu un effet positif, tout comme les études ayant comparé des interventions ciblant les professionnels de santé avec les soins habituels (DMS respectivement de 1,13 et 1,08). Dans les études utilisant des mesures PROM, seulement trois comparaisons ont montré un effet, les interventions patient par rapport aux soins habituels (DMS de 0,21), les interventions patient par rapport aux autres interventions patient (DMS de 0,29) et les interventions professionnel de santé par rapport aux autres interventions professionnel de santé (DMS de 0,20). Pour toutes les comparaisons, l'interprétation des résultats doit tenir compte du petit nombre d'études, de l'hétérogénéité et de certains problèmes méthodologiques. La qualité globale des preuves en soutien des résultats, évaluée avec l'outil GRADE, allait de faible à très faible.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.