La stimulation du point d'acupuncture P6 empêche les nausées et les vomissements postopératoires avec peu d'effets secondaires

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les nausées et les vomissements postopératoires (NVPO) sont deux des complications les plus fréquentes après une anesthésie et une intervention chirurgicale. Les médicaments ne sont que partiellement efficaces dans la prévention des NVPO et peuvent provoquer des effets indésirables. Les méthodes alternatives, telles que la stimulation d'un point d'acupuncture sur le poignet (stimulation du point d'acupuncture P6), ont été étudiées dans de nombreux essais. L'utilisation de la stimulation du point d'acupuncture P6 peut réduire le risque de nausées et de vomissements après une intervention chirurgicale, avec des effets secondaires minimes. Les risques de nausées et de vomissements postopératoires étaient similaires après la stimulation du point d'acupuncture P6 et l'administration de médicaments antiémétiques.

Conclusions des auteurs : 

La stimulation du point d'acupuncture P6 a permis de prévenir les NVPO. Il n'a été trouvé aucune preuve fiable de différences en ce qui concerne les risques de nausées ou de vomissements postopératoires après la stimulation du point d'acupuncture P6 par rapport aux médicaments antiémétiques.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les nausées et les vomissements postopératoires (NVPO) sont des complications courantes après une intervention chirurgicale et une anesthésie. Les médicaments pour prévenir les NVPO ne sont que partiellement efficaces. Une approche alternative consiste à stimuler le point d'acupuncture P6 sur le poignet. Ceci est une mise à jour d’une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2004.

Objectifs : 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de la stimulation du point d'acupuncture P6 dans la prévention des NVPO.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans CENTRAL (The Cochrane Library, numéro 3, 2008), MEDLINE (de janvier 1966 à septembre 2008), EMBASE (de janvier 1988 à septembre 2008), ISI Web of Science (de janvier 1965 à septembre 2008), la liste des publication d'études sur l'acupuncture de la Bibliothèque Nationale de Médecine et les bibliographies des articles.

Critères de sélection : 

Tous les essais randomisés de techniques qui stimulaient le point d'acupuncture P6 comparées à un traitement fictif (placebo) ou un traitement médicamenteux pour la prévention des NVPO. Les interventions utilisées dans ces essais comprenaient l'acupuncture, l'électro-acupuncture, la stimulation transcutanée des nerfs, la stimulation au laser, l'emplâtre au piment de Cayenne (Capsicum), un dispositif d'acu-stimulation, et l'acupression chez les patients subissant une intervention chirurgicale. Les principaux critères de jugement étaient les risques de nausées et de vomissements. Les critères de jugement secondaires étaient la nécessité d'un traitement antiémétique de secours et les effets indésirables.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données. Nous avons recueilli les informations relatives aux effets indésirables dans les essais. Nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires et rapporté le risque relatif (RR) avec intervalle de confiance à 95 % (IC à 95 %) associé.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 40 essais impliquant 4 858 participants ; quatre essais signalaient une assignation secrète adéquate. Douze essais n'ont pas rapporté tous les résultats. Par comparaison avec un traitement fictif (placebo), la stimulation du point d'acupuncture P6 a considérablement réduit : les nausées (RR 0,71, IC à 95 % 0,61 à 0,83) ; les vomissements (RR 0,70, IC à 95 % 0,59 à 0,83), et la nécessité d'antiémétiques de secours (RR 0,69, IC à 95 % 0,57 à 0,83). L'hétérogénéité entre les essais était modérée. Aucune différence nette n'a été constatée en termes d'efficacité de la stimulation du point d'acupuncture P6 chez les adultes et les enfants ; ou pour la stimulation invasive et non invasive du point d'acupuncture. Il n'a été trouvé aucune preuve d'une différence entre la stimulation du point d'acupuncture P6 et les médicaments antiémétiques quant au risque de nausées (RR 0,82, IC à 95 % 0,60 à 1,13), de vomissements (RR 1,01, IC à 95 % 0,77 à 1,31), ou concernant la nécessité d'antiémétiques de secours (RR 0,82, IC à 95 % 0,59 à 1,13). Les effets secondaires associés à la stimulation du point d'acupuncture P6 étaient mineurs. Il n'y avait aucune preuve d'un biais de publication des diagrammes en entonnoir à contours accentués.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.