Collection spéciale : COVID-19 : Anesthésie locorégionale pour réduire l’utilisation de médicaments en anesthésie et éviter la production d'aérosols.

Publiée pour la première fois le 23 mars 2020 et mise à jour en permanence ; dernière mise à jour le 14 mai 2020 (changements détaillés ci-dessous).

Cette collection spéciale fait partie d'une série de collections sur le COVID-19. Cette collection est également disponible en chinois simplifié, farsi, français, allemand, japonais, malaisien, portugais, russe et espagnol.

L'anesthésie locorégionale est le terme donné à une variété de techniques où un anesthésiste injecte un anesthésique local autour des nerfs périphériques ou de la moelle épinière pour créer une paresthésie ou une paralysie temporaire dans une certaine partie du corps. Ces techniques peuvent être si efficaces qu'elles permettent d'opérer des patients éveillés, et elles fournissent une excellente analgésie permettant d'éviter les opiacés forts et les options anesthésiques pour les patients chez qui l'anesthésie générale peut être particulièrement dangereuse.

La pandémie de COVID-19 a créé des défis uniques pour l'anesthésie. L'anesthésie générale et la manipulation des voies respiratoires est une procédure génératrice d'aérosols, dont l'aérosolisation ultérieure peut potentiellement infecter le personnel de santé. Un autre aspect de la pandémie de COVID-19 est la demande sans précédent de médicaments anesthésiques pour les soins intensifs, qui a réduit l'offre de médicaments pour l'anesthésie générale. Le Collège royal des anesthésistes du Royaume Uni a suggéré l'anesthésie locorégionale comme solution à ces problèmes dans ses recommandations pressantes sur les interventions chirurgicales d'urgence pour des procédures, telles que les fractures de la hanche, ainsi que dans ses recommandations pour limiter l'utilisation de médicaments en salle d'opération[1]. Par conséquent, la pratique de l'anesthésie locorégionale sans risque et fondée sur des données probantes est de plus en plus importante pour maintenir des services d'anesthésie fiables et pour limiter l'exposition du personnel de santé au COVID-19.

Indépendamment de la pandémie de COVID-19, l'anesthésie locorégionale présente d'autres avantages dans la pratique de l'anesthésie standard. Elle offre une excellente analgésie après l'opération, ce qui permet d'éviter les opiacés forts, et constitue une alternative anesthésique pour les patients chez qui l'anesthésie générale peut être particulièrement dangereuse. L'anesthésie locorégionale pourrait également améliorer la récupération et limiter certaines complications courantes de l'opération, comme les nausées, les vomissements et l'iléus, mais les données probantes de certains de ces critères de jugement sont moins certaines.

Parmi les anesthésistes des nombreux débats se sont instaurés sur le moment où il convient d'utiliser l'anesthésie locorégionale, les techniques les plus efficaces pour la pratiquer, l'innocuité et l'efficacité des anesthésiques locaux, des opiacés et des adjuvants qui peuvent être injectés, la valeur des blocs nerveux périphériques par rapport au blocage neuraxial, et les complications qui peuvent survenir.

Cette collection spéciale présente les données probantes disponibles des Revues Cochrane élaborées par le groupe Cochrane sur l’Anesthésie et vise à mieux informer ces débats et à soutenir la prise de décision lors de la planification d'une anesthésie locorégionale.

Mis à jour le 14 mai 2020 : ajout d'un lien vers la traduction en allemand.

 

Anesthésie locorégionale comparée aux techniques d'analgésie conventionnelles

Revues examinant l’ensemble des avantages et des risques de l'anesthésie régionale.

Blocage neuraxial pour la prévention de la mortalité postopératoire et de la morbidité élevée : un aperçu des revues systématiques Cochrane

Divers effets bénéfiques dérivés des blocs neuraxiaux ont été signalés, mais il n'est pas certain que ces effets aient une influence sur la mortalité périopératoire et les complications pulmonaires et cardiovasculaires majeures. Cet aperçu résume les revues Cochrane évaluant les effets du blocage neuraxial sur les taux de décès périopératoires, d'infection thoracique et d'infarctus du myocarde. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment le blocage neuraxial se compare-t-il à l'anesthésie générale et à l'analgésie systémique lorsqu'il est utilisé en postopératoire ?

Anesthésie locale et locorégionale par rapport à l'analgésie conventionnelle pour prévenir la douleur postopératoire chronique chez l’adulte et l’enfant

L'anesthésie locorégionale pourrait réduire le taux de douleur postopératoire chronique, une affection fréquente et débilitante. Cette revue vise à comparer les anesthésies locales et locorégionales à l'analgésie conventionnelle pour prévenir la douleur postopératoire chronique au-delà de trois mois chez les adultes et les enfants subissant une intervention chirurgical élective. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment l'anesthésie locale et locorégionale se compare-t-elle à l'analgésie conventionnelle pour les femmes souffrant de douleurs persistantes après une opération du cancer du sein ?

Symptômes neurologiques transitoires (SNT) après une rachi-anesthésie avec de la lidocaïne par rapport à d'autres anesthésiques locaux chez des patients adultes ayant subi une intervention chirurgicale : une méta-analyse en réseau

La rachi-anesthésie a été considérée comme l'une des causes possibles de complications neurologiques suite à des interventions chirurgicales. Des symptômes neurologiques transitoires qui surviennent en postopératoire immédiat, sont généralement observés après l'utilisation de la lidocaïne en intrathécal. Cette dernière a cependant un profil pharmacocinétique bénéfique, en particulier dans le cas des interventions chirurgicales ambulatoires. Cette revue détermine la prévalence des symptômes neurologiques transitoires après une rachianesthésie avec de la lidocaïne. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment la lidocaïne et la bupivacaïne se comparent-elles l'une à l'autre et aux autres anesthésiques locaux pour les adultes sous anesthésie rachidienne ?

 

Comment pratiquer au mieux l'anesthésie locorégionale et quels anesthésiques locaux et adjuvants utiliser ?

Revues comparant différentes approches pour effectuer une anesthésie locorégionale ou comparant les médicaments utilisés.

L'air comparé à la solution saline dans la technique de la perte de résistance pour l'identification de l'espace péridural

L’anesthésie péridurale reste l'une des principales techniques d'anesthésie locorégionale, et son succès dépend de l'identification correcte de l'espace péridural. Depuis plusieurs décennies, la décision d'utiliser de l'air ou une solution saline lors de la technique de la perte de résistance pour l'identification de l'espace péridural a été régie par l'expérience personnelle de l'anesthésiste. Cette revue évalue l'efficacité et l’innocuité de l'air et de la solution saline dans la technique de perte de résistance pour identifier l'espace épidural, ainsi que l'évaluation des complications liées à l'air ou à la solution saline injecté. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment l'air se compare-t-il à la solution saline dans la technique de la perte de résistance pour identifier l'espace péridural

Guidage échographique pour l’anesthésie des membres supérieurs et inférieurs

Les blocs nerveux périphériques peuvent être réalisés sous guidage échographique. Il n'a pas encore été clairement établi si cette méthode de repérage des nerfs présente des avantages comparativement aux autres méthodes existantes. Cette revue évalue si l'utilisation du guidage échographique dans la réalisation d'un bloc nerveux périphérique présente des avantages par rapport à d'autres méthodes de repérage des nerfs périphériques.

La bupivacaïne hyperbare par rapport à l’isobare pour la rachianesthésie lors d’une césarienne

La bupivacaïne est un anesthésique local amide utilisé sous forme hyperbare et isobare. Elles sont administrées par voie intrathécale dans la colonne vertébrale afin de créer une anesthésie locorégionale pour la césarienne. Plusieurs essais ont comparé les bupivacaïnes hyperbare et isobare mais aucun n'a mis en évidence de façon concluante un avantage pour l'une d'elles. Cette revue vise à déterminer l'efficacité et l’innocuité de la bupivacaïne hyperbare par rapport à la bupivacaïne isobare pour la rachianesthésie chez les femmes subissant une césarienne.

Techniques d'injection simple, double ou multiple pour le bloc du plexus brachial par voie axillaire non guidé par échographie chez les adultes subissant une intervention chirurgicale de l’avant bras

L'anesthésie locorégionale comprenant un bloc du plexus brachial par voie axillaire est une technique anesthésique courante pour la chirurgie d'un membre supérieur distal. Cette revue vise à comparer les effets relatifs (bénéfiques et nocifs) de trois techniques d'injection (simple, double et multiple) pour le bloc du plexus brachial par voie axillaire lors d’une chirurgie du membre supérieur distal sans l'utilisation du guidage échographique. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Quels sont les effets des différentes techniques d'injection lors d'un bloc du plexus brachial par voie axillaire non guidé par échographie pour les adultes subissant une chirurgie du bras distal ?

La dexaméthasone comme adjuvant au bloc nerveux périphérique

Le bloc nerveux périphérique peut être utilisé pour l'anesthésie ou l'analgésie postopératoire. Une limitation de son utilisation pour l'analgésie postopératoire est que l'effet analgésique ne dure que quelques heures, après quoi une douleur modérée à forte au niveau du site chirurgical peut entraîner la nécessité de recourir à d'autres analgésiques. Plusieurs adjuvants ont été utilisés pour prolonger la durée du bloc nerveux périphérique, notamment la dexaméthasone périnéale ou intraveineuse. Cette revue évalue l'efficacité et l’innocuité de la dexaméthasone périnéale par rapport au placebo, de la dexaméthasone intraveineuse par rapport au placebo, et de la dexaméthasone périnéale par rapport à la dexaméthasone intraveineuse lorsqu'elle est ajoutée au bloc nerveux périphérique afin de soulager la douleur postopératoire. Réponses Cliniques de Cochrane associées : L'ajout de dexaméthasone périnéale ou intraveineuse aux blocs nerveux périphériques peut-il améliorer les résultats pour les adultes qui subissent une intervention chirurgicale ? et Comment la dexaméthasone périnéale se compare-t-elle à la dexaméthasone intraveineuse lorsqu'elle est utilisée en complément d'un bloc nerveux périphériques chez les adolescents et les adultes qui subissent une intervention chirurgicale ?

Adrénaline associée à la lidocaïne pour les blocs des nerfs digitaux

L'adrénaline associée à la lidocaïne peut prolonger le bloc du nerf digital et fournir un champ opératoire dépourvu de sang. Le soulagement prolongé de la douleur post-opératoire peut réduire le besoin d'analgésiques et faciliter la rééducation de la main. Classiquement, l'adrénaline est évitée sur les sites anatomiques pourvus d'artères terminales en raison de préoccupations au sujet de spasmes artériels, d'ischémie et de gangrène distales sur le site d'infiltration du médicament. Cette revue évalue l'innocuité et l'efficacité de l'utilisation de l'adrénaline associée à la lidocaïne pour les blocs des nerfs digitaux.

La bupivacaïne liposomale pour le bloc nerveux périphérique afin de traiter la douleur postopératoire

Il est considéré qu'une mauvaise gestion de la douleur postopératoire est associée à un risque accru de morbidité et de mortalité. La bupivacaïne liposomale est un analgésique qui offre une nouvelle méthode de libération prolongée. Cette revue vise à évaluer l'efficacité analgésique et les effets indésirables de l'infiltration de bupivacaïne liposomale sur le site chirurgical dans le traitement de la douleur postopératoire.

 

Chirurgie orthopédique

Revues relatives aux interventions chirurgicales des os et du système musculo-squelettique.

Analgésie locorégionale pour améliorer les résultats fonctionnels à long terme après une arthroplastie élective de grandes articulations

L'analgésie locorégionale est considérée comme plus efficace que l'analgésie conventionnelle pour contrôler la douleur et permet donc une mobilisation plus rapide après une arthroplastie majeure. Cependant, on ne sait pas si l'anesthésie locorégionale améliore les résultats fonctionnels à long terme après arthroplastie majeure. Cette revue vise à évaluer les effets de l'anesthésie locorégionale sur les résultats fonctionnels à long terme après une arthroplastie élective majeure.

Bloc fémoral pour la douleur postopératoire aiguë après une arthroplastie du genou

L'arthroplastie totale du genou est une opération courante qui nécessite une analgésie postopératoire importante. Le bloc du nerf fémoral est fréquemment utilisé comme option pour réduire la douleur et permettre la mobilisation postopératoire. Cette revue vise à évaluer les bénéfices et les risques du bloc du nerf fémoral utilisé comme technique analgésique postopératoire par rapport à d'autres techniques analgésiques chez les adultes subissant une arthroplastie totale du genou.

Les blocs nerveux ou l'absence de blocs nerveux pour le contrôle des douleurs après un remplacement de la hanche (arthroplastie) chez les adultes

Pour faciliter la réhabilitation postopératoire des prothèses de hanche, la douleur doit être traitée de manière adéquate. Des blocs de nerfs périphériques et des blocs neuraxiaux ont été proposés pour remplacer ou compléter l'analgésie systémique. Cette revue vise à comparer les effets relatifs (bénéfices et nocifs) des différents blocs nerveux pouvant être utilisés pour soulager les douleurs après un remplacement de hanche électif chez des adultes.

Anesthésie pour opération du col du fémur chez l'adulte

La fracture de la hanche chez l'adulte entraîne une morbidité et une mortalité importantes si le traitement chirurgical est retardé. Il existe un véritable débat quant à la question de savoir si l'anesthésie locorégionale ou générale offre les meilleurs résultats pour la réparation d'une fracture de la hanche. Cette revue se concentre sur la comparaison des résultats de l'anesthésie régionale et de l'anesthésie générale pour la réparation des fractures fémorales proximales chez l'adulte. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment un bloc neuraxial se compare-t-il à l'anesthésie générale chez l'adulte qui subit une opération pour une fracture de la hanche ?

Les blocs nerveux périphériques pour les fractures de la hanche

Divers blocs nerveux avec des agents anesthésiques locaux ont été utilisés pour l'analgésie après une fracture de la hanche et une intervention chirurgicale ultérieure. Cette revue se concentre sur l'utilisation de blocs nerveux périphériques comme analgésie préopératoire, comme analgésie postopératoire ou comme complément à l'anesthésie générale pour la chirurgie de la fracture du col du fémur. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Quels sont les effets des blocs de nerveux périphériques chez les personnes ayant subi une fracture de la hanche ?

Blocs du canal des adducteurs pour le traitement postopératoire de la douleur chez les adultes ayant subi une opération du genou

Les techniques d'anesthésie locorégionale périphérique sont bien établies pour le traitement de la douleur postopératoire après une opération du genou. Le bloc du canal des adducteurs est une technique qui peut être appliquée en une seule fois ou par cathéter pour une analgésie locorégionale continue. Cette revue compare l'efficacité analgésique et les effets indésirables du blocage du canal des adducteurs par rapport à d'autres techniques d'analgésie régionale ou à l'analgésie systémique pour les adultes subissant une opération du genou. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment le blocage du canal des adducteurs se compare-t-il au traitement fictif ou au blocage du nerf fémoral pour les adultes subissant une opération du genou ?

Bloc continu du plexus brachial par voie interscalénique par rapport à l’analgésie par voie parentérale dans le soulagement de la douleur postopératoire après une chirurgie majeure de l'épaule

Une chirurgie majeure de l'épaule est associée à une douleur postopératoire sévère. De nombreuses techniques analgésiques différentes sont utilisées pour permettre le confort du patient et une mobilisation efficace des articulations en postopératoire. Ces techniques comprennent des analgésiques opioïdes et non opioïdes, des anesthésiques locaux infiltrés dans et autour de l'articulation de l'épaule, et une anesthésie locorégionale. Cette revue évalue l'efficacité analgésique d'un bloc interscalénique du plexus brachial en continu par rapport à l'analgésie par opiacés parentéraux dans le soulagement de la douleur après une chirurgie majeure de l'épaule.

 

Chirurgie générale et chirurgie vasculaire

Revues relatives à la chirurgie des organes de l'abdomen et des principaux vaisseaux sanguins.

Analgésie péridurale par rapport à l’analgésie systémique aux opiacés pour la chirurgie de l'aorte abdominale

Il est considéré que l'analgésie péridurale apporte un plus grand soulagement de la douleur comparé aux médicaments opiacés systémiques, mais son effet sur la morbidité et la mortalité reste inconnu. Cette revue évalue les bénéfices et les préjudices de l'analgésie péridurale postopératoire comparé au soulagement de la douleur à l'aide d'opiacés systémiques après l'opération pour les patients adultes ayant subi une chirurgie élective de l'aorte abdominale. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment le soulagement de la douleur épidurale se compare-t-il au soulagement de la douleur à base d'opioïdes systémiques chez les personnes subissant une chirurgie de l'aorte abdominale ?

Anesthésiques locaux épiduraux par rapport aux analgésiques à base d'opioïdes pour la paralysie gastro-intestinale postopératoire, les vomissements et les douleurs après une chirurgie abdominale

La paralysie gastro-intestinale transitoire, les nausées, les vomissements et les douleurs sont des problèmes cliniques importants à la suite d'une chirurgie abdominale. Les techniques anesthésiques et analgésiques qui réduisent la douleur et les nausées et vomissements postopératoires, tout en prévenant ou en réduisant l'iléus postopératoire, pourraient réduire la morbidité postopératoire, la durée d'hospitalisation et les coûts hospitaliers. Cette revue compare les effets de l'analgésie épidurale postopératoire avec des anesthésiques locaux par rapport aux opioïdes systémiques ou épiduraux postopératoires. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment les anesthésiques locaux épiduraux se comparent-ils à l'analgésie opiacée pour améliorer les résultats chez les adultes subissant une chirurgie abdominale ?

Analgésie péridurale par rapport à l’analgésie intraveineuse contrôlée par le patient pour la douleur à la suite d’une chirurgie intra-abdominale chez l'adulte

L'analgésie intraveineuse contrôlée par le patient avec opioïdes et l'analgésie péridurale utilisant soit l'administration péridurale continue, soit l'administration contrôlée par le patient sont des méthodes répandues pour l'analgésie à la suite d’une chirurgie intra-abdominale. Malgré plusieurs tentatives de comparaison des risques et des effets bénéfiques, la forme optimale d'analgésie pour ces interventions fait toujours l'objet de débats. Cette revue vise à comparer et évaluer les deux formes d'analgésie épidurale à l'analgésie intraveineuse contrôlée par le patient Réponses Cliniques de Cochrane associées: Pour les adultes souffrant de douleurs après une chirurgie intra-abdominale, comment l'analgésie épidurale se compare-t-elle à l'analgésie intraveineuse contrôlée par le patient ?

 

Chirurgie cardiothoracique

Revues relatives à des interventions chirurgicales impliquant le cœur et la poitrine.

Analgésie péridurale pour adultes subissant une intervention de chirurgie cardiaque avec ou sans circulation extracorporelle

L'anesthésie générale combinée à l'analgésie péridurale pourrait avoir un effet bénéfique sur les résultats cliniques. Toutefois, l'utilisation de l'analgésie péridurale pour la chirurgie cardiaque est controversée en raison d'un risque théorique accru d'hématome épidural associé à une héparinisation générale durant l’intervention. Cette revue vise à déterminer l'impact de l'analgésie péridurale périopératoire chez les adultes subissant une intervention de chirurgie cardiaque, avec ou sans circulation extracorporelle sur la mortalité périopératoire et la morbidité cardiaque, pulmonaire ou neurologique. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment l'analgésie périopératoire épidurale se compare-t-elle à l'analgésie systémique pour les adultes subissant une chirurgie cardiaque ?

Le bloc paravertébral par rapport à la péridurale thoracique pour les patients subissant une thoracotomie

La chirurgie thoracique entraîne souvent de fortes douleurs postopératoires dues à la dissection à travers les côtes et les muscles intercostaux. Une analgésie inadéquate après une opération peut entraver la guérison et augmenter les risques de développer des complications telles que l'atélectasie, la pneumonie et la thrombose, en raison d'une respiration inefficace, de l'évacuation des sécrétions et d'une mauvaise mobilisation. Une gestion efficace de la douleur aiguë après une thoracotomie peut prévenir ces complications et réduire la probabilité de développer une douleur chronique. Cette revue compare les deux techniques régionales de bloc thoracique épidural et paravertébral chez les adultes subissant une thoracotomie élective. Réponses Cliniques de Cochrane associées: Comment un bloc paravertébral se compare-t-il à une péridurale thoracique chez les personnes subissant une thoracotomie ?

 

Références

1. Royal College of Anaesthetists and Association of Anaesthetists. Guidance on potential changes to anaesthetic drug usage and administration during pandemic emergency pressures. https://icmanaesthesiacovid-19.org/drug-demand-supply-guidance (consulté le 16/4/2020)

Remerciements

Cette collection spéciale a été développée par Michael McEvoy et Muataz Amare (équipe de diffusion du groupe Cochrane sur l’Anesthésie), Andrew Smith (Rédacteur en chef adjoint, groupe Cochrane sur l’Anesthésie), Janne Vendt (Spécialiste de l'information, groupe Cochrane sur l’Anesthésie) et Teo Quay (Rédacteur en chef du groupe Cochrane sur les soins intensifs et urgences, et du groupe Cochrane sur l’Anesthésie), en collaboration avec Monaz Mehta (Rédacteur, département Edition et Méthodes de Cochrane).

Traduction

Cette collection spéciale a été traduite en français par Cochrane France le 5 avril 2020. Dernière mise à jour le 12 mai 2020 La collection spéciale en anglais est disponible dans la Bibliothèque Cochrane : Special Collection: Coronavirus (COVID-19): regional anaesthesia to reduce drug use in anaesthesia and avoid aerosol generation.

Crédit image

Karrastock/GettyImages

Nous contacter

Cochrane Editorial and Methods Department (emd@cochrane.org)

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.