Coronavirus (COVID-19) : données probantes pertinentes pour les soins intensifs

L’épidémie de coronavirus de 2019 a été déclarée « urgence de santé publique mondiale » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 30 janvier 2020.

Afin d’assurer un accès immédiat aux revues systématiques pertinentes, la présente Collection spéciale de la Bibliothèque Cochrane réunit les Revues Cochrane identifiées comme les plus directement utiles dans la prise en charge des patients hospitalisés pour des infections respiratoires aiguës sévères. Elle inclut des revues qui concordent avec les lignes directrices provisoires de l’OMS sur l’épidémie de coronavirus de 2019-2020 (28 janvier 2020) et d’autres identifiées par le groupe de travail « Soins aigus et d’urgence » de Cochrane.

Afin de rester pertinente, la Collection spéciale sera actualisée au fil de l’évolution de la situation et de l’ajustement des orientations de l’OMS et intègrera les connaissances des groupes Cochrane des régions affectées. Une collection de revues consacrée aux mesures de prévention et de lutte contre l’infection sera réalisée séparément.

Bien que les revues de la présente Collection spéciale évaluent des interventions référencées dans les orientations provisoires de l’OMS, leurs données probantes peuvent ne pas être directement exploitables en raison de la faible proportion de patients souffrant d’infections virales inclus dans les études sources.

Cette Collection spéciale inclut des Revues Cochrane sur les sujets suivants : supplémentation hydrique et traitement vasopresseur, assistance respiratoire et ventilation mécanique, sevrage de la ventilation mécanique, prise en charge de l’hypoxémie, traitement médicamenteux et nutrition en soins intensifs.

Il est important de noter que les revues incluses dans cette collection résument les données probantes ; leur inclusion ne signifie pas qu'elles concluent sur un traitement efficace. Un certain nombre de revues présentées ici mettent en évidence le manque de données probantes de bonne qualité pour éclairer la prise de décision médicale, dans un contexte de crise, sur les infections respiratoires aiguës sévères (IRAS).

Une collection de revues portant sur les mesures de prévention et de contrôle des infections sera élaborée séparément.

Remplissage vasculaire et traitement vasopresseur

La réanimation initiale en cas d’hypotension consiste typiquement en l’administration de fluides par voie intraveineuse, suivie de la mise en place de vasopresseurs si l’hypotension persiste.

Différentes stratégies de remplissage vasculaire pour la septicémie et le choc septique (2018)

DOI : 10.1002/14651858.CD010593.pub2

La septicémie et le choc septique sont des complications potentiellement mortelles d’une infection qui sont associées à une morbidité et une mortalité élevées chez les adultes et les enfants. Le remplissage vasculaire est considéré comme une intervention cruciale pendant le traitement initial de la septicémie. Nous ne savons pas si le remplissage vasculaire conservateur ou libéral peut améliorer les résultats cliniques chez les patients atteints de septicémie et de choc septique. Cette revue détermine si un remplissage vasculaire libéral ou conservateur améliore l’issue clinique chez les adultes et les enfants au début du traitement d’un sepsis ou d’un choc septique.

Colloïdes ou cristalloïdes pour le remplacement liquidien chez les personnes en état critique (2018)

DOI : 10.1002/14651858.CD000567.pub7

Les patients en état critique peuvent perdre de grandes quantités de fluides corporels à cause d’une maladie grave, d’une infection (par exemple d’un sepsis), de blessures ou de brûlures. Ils ont besoin d’une supplémentation en liquides pour éviter déshydratation et insuffisance rénale. On peut utiliser pour cela des solutés de colloïdes ou de cristalloïdes. Les cristalloïdes sont des solutés de petites molécules, peu coûteux, faciles à utiliser, mais qui peuvent favoriser les œdèmes. Les colloïdes contiennent de plus grosses molécules, sont plus coûteux et permettent peut-être une augmentation plus rapide du volume dans l’espace intravasculaire, mais ils peuvent provoquer des réactions allergiques, des troubles de la coagulation et une insuffisance rénale. Cette revue compare l’effet de l’utilisation de colloïdes et de cristalloïdes sur la mortalité, le besoin de transfusion sanguine ou de traitement de suppléance rénale et les événements indésirables chez des patients en état critique nécessitant une reconstitution du volume de fluides corporels.

Solutions tamponnées comparées au sérum salé à 0,9 % pour la réanimation chez l’adulte et l’enfant en situation critique (2019)

DOI : 10.1002/14651858.CD012247.pub2

Parmi les solutés cristalloïdes, le sérum salé à 0,9 % est le plus couramment administré. Les solutés tamponnés peuvent présenter certains avantages théoriques (moins d’acidose métabolique, moins de déséquilibres électrolytiques), mais leur pertinence clinique reste inconnue. Cette revue évalue les effets des solutés tamponnés par rapport au sérum salé à 0,9 % pour la réanimation des adultes et enfants en état critique.

Les vasopresseurs en cas de choc hypotensif (2016)

DOI : 10.1002/14651858.CD003709.pub4

Bien que les vasopresseurs aient une action hémodynamique immédiate évidente, leurs effets sur les résultats pertinents pour les patients restent sujets à controverse. Cette revue compare l’effet sur la mortalité d’un régime de vasopresseurs (vasopresseur seul ou en combinaison) par rapport à un autre vasopresseur chez des participants en état de choc.

Assistance respiratoire et ventilation mécanique

Les patients souffrant d’une infection respiratoire aiguë peuvent avoir besoin d’une supplémentation en oxygène et d’une assistance respiratoire mécanique.

L’utilisation de canules nasales à haut débit pour l’assistance respiratoire chez les patients adultes en soins intensifs (2017)

DOI : 10.1002/14651858.CD010172.pub2

Les canules nasales à haut débit (CNHD) fournissent un mélange d’air et d’oxygène humidifié à haut débit via des canules nasales de grand diamètre. Elles pourraient être utiles pour assurer une assistance respiratoire aux patients adultes souffrant d’insuffisance respiratoire aiguë en unité des soins intensifs (USI). Cette revue évalue la sécurité et l’efficacité des CNHD par rapport à des interventions de comparaison en ce qui concerne l’échec du traitement, la mortalité, les effets indésirables, la durée de l’assistance respiratoire, la durée du séjour à l’hôpital et en soins intensifs, les effets respiratoires, les critères rapportés par les patients et le coût du traitement.

Tests d’examen au chevet pour détecter à l'avance les adultes qui sont susceptibles d'être difficiles à intuber (2018)

DOI : 10.1002/14651858.CD008874.pub2

Les difficultés d’accès aux voies respiratoires sont associés à une morbidité grave et une mortalité. Elles sont définies selon quatre descripteurs : ventilation avec masque facial difficile, laryngoscopie difficile, intubation trachéale difficile et intubation ratée. Plusieurs tests de dépistage au chevet des patients sont utilisés en pratique clinique pour identifier les personnes à risque élevé de difficultés d’accès aux voies respiratoires. Leur exactitude et leur utilité restent toutefois incertaines. Cette revue caractérise et compare l’exactitude diagnostique de la classification de Mallampati et d’autres tests des voies respiratoires couramment utilisés pour évaluer l’état physique des voies respiratoires chez les patients adultes sans anomalies anatomiques apparentes des voies respiratoires.

Manœuvres de recrutement comme stratégie de ventilation pour les adultes souffrant d'une insuffisance respiratoire aiguë due à une lésion pulmonaire (2016)

DOI : 10.1002/14651858.CD006667.pub3

Une manœuvre de recrutement consiste à élever de façon transitoire la pression de ventilation mécanique afin d’ouvrir (de « recruter ») les alvéoles pulmonaires collabés et d’augmenter le nombre d’unités alvéolaires participant au volume de ventilation. Elle est souvent utilisée sur les patients en soins intensifs atteints d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), mais son effet sur les paramètres cliniques n’est pas encore bien établi. Cette revue cherche à déterminer les effets des manœuvres de recrutement sur la mortalité, ainsi que sur l’oxygénation et sur les événements indésirables (par ex. fréquence des barotraumatismes), chez des adultes atteints d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë.

La surélévation de la tête de lit par rapport au lit horizontal pour prévenir la pneumopathie infectieuse sous ventilation assistée (PIVA) chez les adultes nécessitant une ventilation mécanique (2016)

DOI : 10.1002/14651858.CD009946.pub2

La pneumopathie infectieuse sous ventilation assistée (PIVA) est associée à une mortalité accrue, des hospitalisations prolongées et une augmentation du coût des soins des patients en état critique. Afin de la prévenir, les lignes directrices préconisent une surélévation (de 30° à 45°) de la tête du lit des patients nécessitant une ventilation mécanique. Toutefois, les limites méthodologiques des revues systématiques existantes n’ont pas permis de lever les incertitudes relatives au bénéfice et aux effets délétères de cette position pour la prévention de la PIVA. Cette revue évalue l’efficacité et la sécurité de la position demi‐assise par rapport à la position horizontale dans la prévention de la PIVA chez les patients adultes qui ont besoin d’une ventilation mécanique.

Comparaison de la ventilation à pression contrôlée par rapport à la ventilation à volume contrôlé pour le traitement de l’insuffisance respiratoire aiguë due à une lésion pulmonaire aiguë (LPA) ou au syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) (2015)

DOI : 10.1002/14651858.CD008807.pub2

Les lésions pulmonaires aiguës (LPA) et le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) représentent un quart des cas d’insuffisance respiratoire aiguë dans les unités de soins intensifs (USI). La ventilation mécanique des patients qui en sont atteints laisse aux poumons du temps pour récupérer, mais elle est invasive et peut elle-même entraîner des lésions pulmonaires. On ne sait pas s’il y aurait moins de lésions causées par la ventilation si la pression délivrée par le ventilateur à chaque respiration était contrôlée, ou si le volume d’air délivré à chaque respiration était limité. Cette revue compare la ventilation à pression contrôlée et la ventilation à volume contrôlé chez les patients adultes atteints de LPA/SDRA afin de déterminer si la ventilation à pression contrôlée peut réduire la mortalité et la morbidité à l’hôpital chez les adultes intubés et ventilés.

Niveaux élevés versus bas de pression expiratoire positive (PEP) pour les patients adultes sous ventilation mécanique présentant une lésion pulmonaire aiguë et un syndrome de détresse respiratoire aiguë (2013)

DOI : 10.1002/14651858.CD009098.pub2

La mortalité des patients atteints de lésions pulmonaires aiguës (LPA) et du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) demeure élevée. Ces patients nécessitent une ventilation mécanique, mais cette modalité est associée à des lésions pulmonaires induites par la ventilation elle‐même. L’application d’une pression expiratoire positive (PEP) élevée pourrait réduire ces lésions et améliorer la survie des patients. Cette revue compare les avantages et les inconvénients des niveaux élevés ou bas de PEP chez des patients atteints de LPA et du SDRA.

Stratégie de ventilation protectrice des poumons dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë (2013)

DOI : 10.1002/14651858.CD003844.pub4

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë et les lésions pulmonaires aiguës peuvent se compliquer de lésions respiratoires induites par la ventilation mécanique. Des stratégies de ventilation « d’épargne pulmonaire » peuvent aider à améliorer la survie. Cette revue évalue les effets d’une ventilation avec un volume courant plus faible sur la morbidité et la mortalité de patients âgés de 16 ans ou plus atteints d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë ou de lésions pulmonaires aiguës. Elle cherche également à déterminer si la comparaison entre un volume courant réduit et conventionnel était différente si l'on utilisait une pression de plateau de 30 à 35 cm H2O.

Interruption quotidienne de la sédation par rapport à l’absence d’interruption quotidienne de la sédation pour les patients adultes en phase critique nécessitant une ventilation mécanique invasive (2014)

DOI : 10.1002/14651858.CD009176.pub2

On pense que l’interruption quotidienne de la sédation (IQS) limite la bioaccumulation du médicament, favorise un état plus éveillé et réduit ainsi la durée de la ventilation mécanique. Les données disponibles ont montré que l’IQS soit réduisait, soit ne modifiait pas, soit prolongeait la durée de la ventilation mécanique. L’objectif principal de cette revue est de comparer la durée totale de la ventilation mécanique invasive chez les adultes en état critique nécessitant une sédation intraveineuse dont le protocole prévoyait des IQS par rapport à ceux qui n’avaient pas d’IQS. Un autre objectif est de déterminer si l’IQS influe sur la mortalité, la durée du séjour en soins intensifs et à l’hôpital, les effets indésirables, les doses totales de sédatifs administrées et la qualité de vie.

Sevrage de la ventilation mécanique

Il est préférable de réduire la durée du sevrage afin de limiter les complications potentielles de la ventilation mécanique.

Facteurs influant sur l’utilisation de protocoles de sevrage de la ventilation mécanique chez les adultes et les enfants en état critique : synthèse qualitative des données probantes (2016)

DOI : 10.1002/14651858.CD011812.pub2

Les procédures de sevrage du ventilateur doivent être améliorées car la ventilation mécanique prolongée est associée à une plus longue durée du séjour en soins intensifs et à une mortalité plus élevée. Avec la prise de conscience de l’intérêt des facteurs contextuels influant sur l’efficacité, l’intégration de synthèses qualitatives des données probantes dans les revues d’efficacité est aujourd’hui encouragée. Cette revue a pour objectif d’examiner les facteurs qui influent sur la manière dont les professionnels de la santé utilisent les protocoles de sevrage de la ventilation mécanique chez les adultes et les enfants.

Sevrage protocolisé versus sevrage non protocolisé pour réduire la durée de la ventilation mécanique chez les patients adultes en phase critique (2014)

DOI : 10.1002/14651858.CD006904.pub3

Les protocoles de sevrage standardisés sont destinés à réduire le temps passé sous ventilation mécanique. Les preuves à l’appui de leur utilisation dans la pratique clinique manquent toutefois de cohérence. Cette revue compare la durée totale de la ventilation mécanique chez les adultes en état critique qui ont été sevrés en appliquant des protocoles et suivant la pratique habituelle (non protocolisée). Elle détermine également des différences entre le sevrage protocolisé et non protocolisé en termes de critères mesurant la durée du sevrage, les effets délétères (événements indésirables) et l’utilisation des ressources (durée du séjour en soins intensifs et à l’hôpital, coût).

La ventilation non invasive en pression positive comme stratégie de sevrage des patients adultes intubés en insuffisance respiratoire aiguë (2013)

DOI : 10.1002/14651858.CD004127.pub3

La ventilation non invasive en pression positive non invasive (VNIPP) apporte une assistance respiratoire sans nécessiter de sonde endotrachéale. Son utilisation suscite l’intérêt car elle peut faciliter une extubation plus précoce et réduire les complications associées à l’intubation prolongée. Cette revue avait pour but de déterminer si la VNIPP peut réduire la mortalité toutes causes par rapport au sevrage sous ventilation invasive en pression positive. Elle a également recherché les différences entre les stratégies en ce qui concerne la proportion d’échecs du sevrage et de pneumonies acquises sous ventilation mécanique, la durée du séjour en soins intensifs et à l’hôpital, la durée totale de la ventilation mécanique, la durée de l’assistance respiratoire mécanique au cours du sevrage, la durée de la ventilation mécanique endotrachéale, la fréquence des événements indésirables (liés au sevrage) et la qualité de vie globale.

Gestion de l’hypoxémie

L’hypoxémie aiguë ou chronique est un motif fréquent d’admission en soins intensifs et de placement sous ventilation mécanique. De nombreux perfectionnements ou adjuvants à la ventilation mécanique sont mis en œuvre pour améliorer l’issue du traitement pour les patients.

Valeurs cibles supérieures ou inférieures de fraction inspirée en oxygène ou d'oxygénation artérielle pour les adultes admis en unité de soins intensifs (2019)

DOI : 10.1002/14651858.CD012631.pub2

Le traitement principal de l’hypoxémie est l’oxygénothérapie, qui est administrée à la plupart des adultes admis en soins intensifs. L’administration d’oxygène est souvent généreuse, ce qui peut entraîner une hyperoxémie. Or certaines études (mais pas certaines autres) suggèrent qu’il pourrait exister un lien entre hyperoxémie et mortalité. La supplémentation en oxygène est fréquemment recommandée dans les recommandations de bonnes pratiques cliniques internationales, bien qu’il n’existe pas de corpus solide de données probantes en sa faveur. Son bénéfice potentiel doit être mis en balance avec les effets potentiellement délétères de l’hyperoxémie. Cette revue évalue les bénéfices et effets indésirables de fractions inspirées en oxygène ou d’objectifs d’oxygénation artérielle plus ou moins élevés pour les adultes admis en soins intensifs.

Position couchée sur le ventre pour la ventilation mécanique des adultes atteints d’insuffisance respiratoire aiguë (2015)

DOI : 10.1002/14651858.CD008095.pub2

La mortalité liée au syndrome de détresse respiratoire aiguë, qui est l’une des principales raisons du recours à la ventilation mécanique pour une hypoxémie, reste d’environ 40 %. La ventilation en position couchée sur le ventre pourrait améliorer la mécanique pulmonaire et les échanges gazeux et améliorer l’issue du traitement. Cette revue détermine si la ventilation en position couchée sur le ventre apporte un avantage en termes de mortalité, par rapport aux positions habituelles de décubitus dorsal ou semi-assise, chez les patients en insuffisance respiratoire aiguë sévère qui ont besoin d’une ventilation artificielle invasive conventionnelle.

Oxygénation par membrane extracorporelle des adultes en état critique (2015)

DOI : 10.1002/14651858.CD010381.pub2

L’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO) est une forme de soutien des fonctions vitales cardiopulmonaires dont l’utilisation comporte de nombreux risques. Dans les cas d’insuffisance respiratoire aiguë sévère, le sang est extrait du circuit veineux puis y est renvoyé après un échange gazeux extrapulmonaire. Les effets indésirables affectant le patient comprennent l’hémorragie ou l’ischémie des extrémités. Les événements indésirables au niveau du circuit peuvent être une panne de la pompe, une panne de l’oxygénateur ou la formation d’un thrombus. Cette revue cherche à déterminer si l’utilisation de l’ECMO veino-veineuse ou veino-artérielle chez l’adulte est plus efficace que l’assistance respiratoire et cardiaque conventionnelle pour améliorer la survie. 

Traitement pharmacologique

Bien que la réanimation par supplémentation hydrique et l’assistance respiratoire constituent les deux piliers du traitement des patients souffrant d’une IRAS et nécessitant des soins en phase critique, de nombreuses interventions médicamenteuses ont aussi été proposées ; leurs bénéfices et leurs effets indésirables sont cependant encore mal définis.

Agents pharmacologiques pour les adultes ayant un syndrome de détresse respiratoire aiguë (2019)

DOI : 10.1002/14651858.CD004477.pub3

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est une pathologie potentiellement mortelle causée par des lésions pulmonaires directes ou indirectes. Cette revue évalue l’efficacité des médicaments employés pour le traitement du SDRA chez l’adulte sur la mortalité, la ventilation mécanique et l’aptitude à reprendre le travail à 12 mois.

Les corticoïdes comme traitement d’appoint de la grippe (2019)

DOI : 10.1002/14651858.CD010406.pub3

Il existe des données probantes à l’appui d’un bénéfice des corticoïdes dans le sepsis et les pathologies de même nature, probablement en raison de leurs propriétés anti-inflammatoires et immunomodulatrices. Bien qu’ils soient couramment prescrits dans les cas de grippe sévères, il existe des incertitudes quant à leurs effets bénéfiques ou néfastes potentiels. Cette revue évalue de façon systématique l’efficacité et les effets indésirables potentiels des corticoïdes en traitement d’appoint de la grippe, compte tenu des différences de moment d’administration et de dosage.

L'immunonutrition pour le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) chez l'adulte (2019)

DOI : 10.1002/14651858.CD012041.pub2

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est un processus inflammatoire systémique critique associé à une morbidité et une mortalité importantes. Les pharmacothérapies qui modèrent l'inflammation des SDRA font défaut. Plusieurs essais ont évalué les effets des pharmaconutriments, administrés dans le cadre d'une préparation alimentaire ou d'un supplément nutritionnel, sur les résultats cliniques des maladies graves et des SDRA. Cette revue fait l’analyse critique des données probantes disponibles sur les effets de l’immunonutrition par rapport à une préparation alimentaire standard sans immunonutrition, chez les adultes souffrant d’un SDRA et sous ventilation mécanique.

Antibiothérapie de courte et longue durée contre les pneumonies nosocomiales chez les adultes en état critique (2015)

DOI : 10.1002/14651858.CD007577.pub3

La pneumonie est l’infection nosocomiale la plus fréquente parmi les patients en soins intensifs. Cela dit, les recommandations nationales en vigueur pour le traitement de la pneumonie nosocomiale datent de plusieurs années et le diagnostic de pneumonie chez les patients sous ventilation mécanique fait depuis peu l’objet d’une attention considérable. La durée optimale de l’antibiothérapie contre les pneumonies nosocomiales chez les patients en état critique n’est pas déterminée avec certitude. Cette revue examine l’efficacité des antibiothérapies de courte et longue durée contre la pneumonie nosocomiale chez des patients adultes en état critique, notamment sous assistance respiratoire.

Antibiotiques pour la pneumonie acquise en communauté chez l'enfant (2013)

DOI : 10.1002/14651858.CD004874.pub4

Les pneumonies bactériennes sont la première cause de mortalité infantile dans les pays à faible revenu. L’administration rapide d’antibiotiques améliore leur issue. Cette revue compare différents antibiotiques dans le but d’identifier les antibiothérapies efficaces contre les pneumonies aquises en communauté de divers degrés de gravité affectant les enfants.

Traitement antibiotique initial pour la couverture des pathogènes atypiques de la pneumonie d'origine extra-hospitalière, chez l'adulte hospitalisé (2012)

DOI : 10.1002/14651858.CD004418.pub4

La pneumonie extra‐hospitalière (PEH) est causée par divers agents pathogènes, traditionnellement divisés en « typiques » et « atypiques ». Le traitement antibiotique initial de la PEH est habituellement empirique et couvre à la fois les agents pathogènes typiques et atypiques. Cette revue a pour but d’estimer la mortalité et la proportion d’échecs thérapeutiques avec des traitements comportant une couverture antibiotique atypique par rapport à ceux ne réalisant qu’une couverture typique.

Association des plantes médicinales chinoises aux médicaments occidentaux contre le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) (2012)

DOI : 10.1002/14651858.CD004882.pub3

Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est une affection respiratoire aiguë causée par un nouveau coronavirus apparu pour la première fois dans la ville de Foshan, en Chine, le 22 décembre 2002. Des plantes médicinales chinoises ont été utilisées pour son traitement. Cette revue évalue l’efficacité potentielle et l’innocuité des plantes médicinales associées aux médicaments occidentaux chez les patients atteints du SRAS, en comparaison avec les médicaments occidentaux seuls. 

Prise en charge du delirium

Le delirium est défini comme une perturbation de l’attention, de la conscience et de la cognition avec réduction de la capacité de diriger, concentrer, maintenir et transférer l’attention et une désorientation par rapport à l’environnement.

Interventions médicamenteuses pour le traitement du delirium chez les adultes en état critique (2019)

DOI : 10.1002/14651858.CD011749.pub2

Le delirium type est un trouble cognitif aigu et réversible qui peut avoir un impact dévastateur sur l’issue à court et long terme des maladies en phase critique. Les bénéfices relatifs et l’innocuité des interventions médicamenteuses disponibles pour ces patients sont encore très incertains. Cette revue évalue les effets des interventions médicamenteuses pour le traitement du delirium sur la durée de celui-ci chez les adultes en état critique présentant un risque élevé de delirium, confirmé ou documenté.

Interventions pour prévenir le delirium chez les adultes en unité de soins intensifs (2018)

DOI : 10.1002/14651858.CD009783.pub2

Les patients en phase critique en soins intensifs développent fréquemment un delirium pendant leur séjour en USI. Celui-ci peut les affecter profondément, eux-mêmes et leur famille, parce qu’il est associé à une mortalité accrue, à une durée plus longue de la ventilation mécanique, à un séjour plus long à l’hôpital et en soins intensifs et à des déficits cognitifs persistants. Cette revue évalue les données probantes existantes sur l’effet des interventions de prévention du delirium en soins intensifs, la mortalité à l’hôpital, le nombre de jours sans delirium ni coma, le nombre de jours sans ventilation, la durée du séjour en soins intensifs et les handicaps cognitifs. 

Nutrition en soins intensifs

Les patients en état critique courent un risque accru de malnutrition. Leur maladie, blessure ou inflammation, aiguë ou chronique, peut induire un catabolisme lié au stress. Par ailleurs, les effets secondaires des médicaments peuvent entraîner une diminution de l’appétit ou des nausées et des vomissements. En outre, la prise en charge des patients en unité de soins intensifs peut aussi perturber les habitudes alimentaires.

Administration de nutriments (aliments) à des adultes en phase critique par une autre voie que la mastication et la déglutition des aliments/nutriments (2018)

DOI : 10.1002/14651858.CD012276.pub2

Les méthodes pour répondre aux besoins nutritionnels comprennent la nutrition entérale (NE), la nutrition parentérale (NP), ou une combinaison des deux (NE et NP). Chacune de ces méthodes a des inconvénients. Cette revue vise à déterminer la voie d’administration qui optimise l’absorption des nutriments. Elle compare les effets sur la mortalité, le nombre de jours sans soins intensifs et les événements indésirables de la nutrition entérale par rapport à la nutrition parentérale, ainsi que les effets de la nutrition entérale par rapport à une combinaison de nutrition entérale et parentérale chez des adultes en état critique. 

Remerciements

Cette Collection spéciale a été élaborée par Michael Brown (rédacteur en chef du groupe « Soins aigus et d’urgence » et du groupe « Circulation et respiration » de Cochrane) et Harald Herkner (rédacteur coordinateur du groupe « Soins aigus et d’urgence » de Cochrane), avec le concours de Toby Lasserson (rédacteur en chef adjoint), Liz Bickerdike (rédactrice adjointe), Robin Featherstone (informaticienne) et Monaz Mehta (rédactrice), du département Edition et Méthodes de Cochrane.

Traduction

Cochrane France, Suzanne Assénat et bénévoles

Contact

Cochrane Editorial and Methods Department (emd@cochrane.org)

Crédit image

Stocktrek Images/Getty Images

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.