Collection spéciale : Sevrage tabagique pendant la pandémie de Coronavirus (COVID-19)

Publiée pour la première fois le 1er avril 2020 et mise à jour en permanence ; dernière mise à jour le 11 mai 2020 (changements détaillés ci-dessous).

Cette collection spéciale fait partie d'une série de collections sur le COVID-19. Cette collection est également disponible en chinois simplifié, tchèque, farsi, français, allemand, japonais, malaisien, portugais, russe et espagnol.

On sait que le tabagisme et la fumée secondaire sont des facteurs de risque d'infections respiratoires aiguës[1]. Les conclusions sur l'association entre le tabagisme et la COVID-19 sont mitigées, et un examen rapide des études existantes a révélé que les preuves d'une relation entre les deux ne sont pas concluantes[2]

Toutefois, l'Organisation mondiale de la santé exhorte les gens à arrêter de fumer afin de minimiser les risques associés à la pandémie actuelle de coronavirus, tant chez les fumeurs que chez les personnes exposées à la fumée secondaire[3]

Pour de nombreuses personnes, il n'est pas facile d'arrêter de fumer ; cependant, il existe un certain nombre de revues évaluant les interventions visant à aider les gens à arrêter de fumer. Des données probantes suggèrent que les fumeurs devraient recourir à une combinaison de « médicaments pour le sevrage tabagique » et de soutien comportemental pour leur donner les meilleures chances de réussite[4]. Les options à cet égard sont peut-être plus limitées que d'habitude à l'heure actuelle, mais il existe encore des moyens fondés sur des données probantes disponibles pour aider les gens à réussir. Le Groupe Cochrane sur le Tabagisme a rassemblé dans cette collection spéciale les meilleures données probantes disponibles pour répondre à ce besoin pendant la pandémie actuelle de COVID-19. De nombreuses revues de la collection ont associé des Réponses Cliniques de Cochrane (disponibles en anglais).

Cette collection spéciale comprend des revues Cochrane sur les sujets suivants : les médicaments, le soutien comportemental et le sevrage tabagique progressif. Les interventions qui imitent l'acte de fumer, notamment les cigarettes électroniques, ont été exclues de cette collection car les risques associés à leur utilisation en relation avec la pandémie actuelle ne sont pas clairs. Le Groupe Cochrane sur le Tabagisme travaille pour rester à jour sur toutes les informations pertinentes, afin d'apporter un soutien aux personnes qui tentent d'arrêter de fumer pendant cette période difficile.

Mise à jour le 11 mai 2020 : édition de l’introduction de la section « sevrage tabagique progressive ».

 

Traitements

La thérapie de substitution nicotinique (TSN) consiste à remplacer temporairement la majeure partie de la nicotine contenue dans les cigarettes afin de réduire l’envie de fumer et les symptômes de sevrage nicotinique, facilitant ainsi la transition du tabagisme à l'abstinence totale. La TSN est un traitement non dangereux et efficace qui peut être facilement acheté en vente libre dans les supermarchés et les pharmacies. Elle se présente sous forme de patchs, de chewing-gums, de pastilles et de sprays. Les données probantes suggèrent que les gens sont plus aptes à arrêter de fumer s'ils utilisent une combinaison de TSN (c'est-à-dire en utilisant un patch et une forme de TSN à action rapide, comme un chewing-gum ou une pastille, en même temps), et que l'utilisation de TSN de cette manière est tout aussi susceptible d'aider les gens à arrêter de fumer que les médicaments du sevrage tabagique qu'un médecin peut fournir[5]

Thérapie de substitution nicotinique par rapport au contrôle du sevrage tabagique

Cette revue détermine l'efficacité et l'innocuité de la thérapie de substitution nicotinique (TSN), y compris le chewing-gum, les patchs transdermiques, les vaporisateurs intranasaux et les préparations par inhalation et par voie orale, pour arrêter de fumer à long terme, comparativement au placebo ou aux interventions « sans TSN ». Réponses Cliniques de Cochrane associées Comment les thérapies de substitution nicotinique (TSN) en vente libre se comparent-elles aux placebo ou à l’absence de TSN ?

Différentes doses, durées et modes d’administration de substituts nicotiniques pour le sevrage tabagique

Bien que l’efficacité de la TSN utilisée après l’abandon du tabac soit clairement démontrée, il n’est pas clair si des doses plus élevées, des durées de traitement plus longues ou l’utilisation de la TSN avant l’abandon du tabac renforcent leur efficacité. Cette revue détermine l’efficacité et l’innocuité de différentes formes, modes d’administration, doses, durées et fréquences de TSN pour le sevrage tabagique à long terme. Réponses Cliniques de Cochrane associées Comment la combinaison des thérapies de substitution nicotinique (TSN) se compare-t-elle à la monothérapie pour les personnes qui tentent d'arrêter de fumer ?

 

Soutien comportemental

Le soutien comportemental pour arrêter de fumer fourni par des documents imprimés (tels que ceux fournis par les services de santé comme le NHS au Royaume-Uni ou le CDC aux États-Unis), le téléphone, les programmes Internet et les programmes de messagerie instantanée ont tous un effet positif sur les taux d'abandon. De nombreux pays ont mis en place des lignes téléphoniques d'aide aux fumeurs (cependant elles ne sont peut-être pas toutes dotées de personnel pendant la pandémie), ainsi que des programmes et des informations en ligne. Il est important de rechercher des sources d'information fiables, telles que celles fournies par les gouvernements ou les services ou prestataires de soins de santé.
Les quatre revues Cochrane de cette section fournissent des données probantes de ces méthodes de soutien à distance.

Interventions de sevrage tabagique basées sur Internet

Bien que de nombreuses personnes tentent d'arrêter de fumer par leurs propres moyens, les conseils d'un professionnel de la santé augmentent les chances d'arrêter. L'Internet, avec sa grande portée, est une plateforme potentielle pour aider les gens à arrêter de fumer. Cette revue vise à déterminer l'efficacité des interventions basées sur Internet pour le sevrage tabagique, si l'efficacité de l'intervention est modifiée par des caractéristiques personnalisées ou interactives, et s'il existe une différence d'efficacité entre les adolescents, les jeunes adultes et les adultes. Réponses Cliniques de Cochrane associées Comment les interventions personnalisées et non personnalisées basées sur Internet pour le sevrage tabagique chez les adultes se comparent-elles aux contrôles actifs et inactifs et entre eux ?

Envoi de messages sur téléphone mobile et interventions basées sur des applications pour le sevrage tabagique

Le soutien au sevrage tabagique par téléphone mobile (en anglais : mobile phone-based smoking cessation support, mCessation) offre la possibilité d’apporter un soutien comportemental à ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas de soutien en personne. De plus, mCessation peut être automatisé et donc fourni à un prix abordable, même dans des environnements pauvres en ressources. Cette revue détermine si les interventions de sevrage tabagique par téléphone mobile augmentent les taux d’arrêt du tabac chez les personnes qui fument. Réponses Cliniques de Cochrane associées Existe-t-il des données probantes d'essais contrôlés randomisés pour soutenir l'utilisation d'interventions de sevrage tabagique par téléphone mobile ?

Les méthodes utilisant des matériels imprimés d’autoassistance pour le sevrage tabagique

De nombreux fumeurs cessent de fumer par eux-mêmes, mais le matériel qui fournit un programme structuré à l'intention des fumeurs peut augmenter le nombre de ceux qui réussissent à cesser de fumer. Cette revue vise à déterminer l'efficacité de différentes formes de matériel d'auto-assistance imprimé qui fournissent un programme structuré que les fumeurs peuvent suivre, par rapport à l'absence de traitement et à d'autres stratégies de contact minimal, et de déterminer l'efficacité comparative de différentes composantes et caractéristiques de l'auto-assistance imprimé, comme le retour d’information produit par un ordinateur, le matériel supplémentaire, l'adaptation du matériel aux personnes et l'orientation du matériel sur certains groupes particuliers.

Le conseil téléphonique pour le sevrage tabagique

Les services téléphoniques peuvent apporter des informations et un soutien aux fumeurs. Le conseil peut être proposé de manière proactive ou réactive aux appels vers les services d'assistance téléphonique pour le sevrage tabagique. Cette revue évalue l'effet du soutien téléphonique pour aider les fumeurs à cesser de fumer, y compris le conseil proactif ou réactif, ou l’émission d'autres renseignements aux fumeurs qui appellent un service d'assistance téléphonique. Réponses Cliniques de Cochrane associées Quels sont les effets des conseils téléphoniques pour sevrage tabagique ?

 

Sevrage tabagique progressif

La pandémie COVID-19 est une situation sans précédent et stressante, et il pourrait sembler impossible d'apporter de grands changements de comportement pendant cette période. Pour les personnes qui ne peuvent pas essayer d'arrêter de fumer immédiatement, une option consiste à réduire le nombre de cigarettes fumées avant d'arrêter. Des données probantes suggèrent que les personnes qui réduisent leur consommation de tabac avant d'arrêter complètement ont autant de chances de réussir que celles qui arrêtent brusquement.

Toutefois, il est toujours bénéfique d'arrêter le plus rapidement possible pour réduire autant que possible les risques liés au tabagisme car il n’existe pas des données probantes indiquant que la réduction du nombre de cigarettes fumées, sans arrêter complètement, a un quelconque effet bénéfique sur la santé. Par conséquent, les personnes qui souhaitent réduire leur consommation de tabac avant d'arrêter devraient idéalement veiller à ce que la période de réduction soit aussi brève que possible, c'est-à-dire des jours ou des semaines plutôt que des mois. Pour un plan à court terme, il peut être utile de fixer un jour d'arrêt et des objectifs de réduction spécifiques (par exemple, réduire d'un tiers les cigarettes habituelles pendant la première semaine, de deux tiers pendant la deuxième semaine et de zéro pendant la troisième semaine), car il n’y a pas des données probantes dans les revues Cochrane montrant que cette méthode est moins efficace que d'autres approches de sevrage progressif. L'utilisation d'une forme de TSN à action rapide, telle que le chewing-gum ou la pastille, pour remplacer les cigarettes améliore les chances de réussite, et il est possible de l'utiliser sans danger tout en continuant à fumer.

Interventions de réduction du tabagisme pour le sevrage tabagique

On conseille en général à la plupart des gens de cesser de fumer en arrêtant brusquement un jour prévu à cette fin. Toutefois, de nombreuses personnes qui fument ont essayé d'arrêter de fumer à de nombreuses reprises et voudraient essayer une autre méthode. Réduire le tabagisme avant d'arrêter de fumer pourrait être une méthode de sevrage tabagique. Toutefois, il est important de s'assurer que l'abandon brutal n'est pas plus efficace que la réduction de la consommation avant le sevrage, et de déterminer s'il existe des moyens d'optimiser les méthodes de réduction de la consommation tabagique pour augmenter les chances de sevrage. Cette revue évalue l'effet des interventions de réduction pour cesser de fumer sur le sevrage tabagique à long terme. Réponses Cliniques de Cochrane associées Comment se comparent les différentes interventions de réduction du tabagisme en termes de sevrage tabagique à long terme (≥ 6 mois) ?

 

Références

1. Centers for Disease Control and Prevention. Health effects of secondhand smoke, 27 February 2020. www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/fact_sheets/secondhand_smoke/health_effects
2. Simons D, Shahab L, Brown J, Perski O. (2020). The association of smoking status with SARS-CoV-2 infection, hospitalisation and mortality from COVID-19: A living rapid evidence review. Qeios. https://doi.org/10.32388/UJR2AW
3. Organisation Mondiale de la Santé Initiative pour un monde sans tabac : Tobacco and waterpipe use increases the risk of suffering from COVID-19. www.emro.who.int/tfi/know-the-truth/tobacco-and-waterpipe-users-are-at-increased-risk-of-covid-19-infection.html (consulté le 19 mars 2020).
4. Stead LF, Koilpillai P, Fanshawe TR, Lancaster T. Combined pharmacotherapy and behavioural interventions for smoking cessation. Base de données Cochrane des revues systématiques (Cochrane Database of Systematic Reviews) 2016;(3):CD008286. https://doi.org/10.1002/14651858.CD008286.pub3
5. Cahill K, Stevens S, Perera R, Lancaster T. Pharmacological interventions for smoking cessation : an overview and network meta-analysis. Base des revues systématiques Cochrane 2013, Numéro 5. Art. No.: CD009329. https://doi.org/10.1002/14651858.CD009329.pub2

Remerciements

Cette collection spéciale a été élaborée par Jamie Hartmann-Boyce et Nicola Lindson (Groupe Cochrane sur le Tabagisme), en collaboration avec Toby Lasserson (rédacteur en chef adjoint) et Monaz Mehta (rédacteur) du département des méthodes éditoriales de Cochrane.

Traduction

Cette collection spéciale a été traduite en français par Cochrane France le 5 avril 2020. Dernière mise à jour le 12 mai 2020 La collection spéciale en anglais est disponible dans la Bibliothèque Cochrane : Effective options for quitting smoking during the COVID-19 pandemic.

Crédit image

Science Photo Library / Getty Images

Nous contacter

Cochrane Editorial and Methods Department (emd@cochrane.org)

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.