Interventions non pharmacologiques pour la douleur chronique dans la sclérose en plaques

Problématique de la revue

Les traitements non médicamenteux améliorent-ils la douleur chronique dans la sclérose en plaques (SEP) comparativement aux traitements inactifs ?

Contexte

La douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP est fréquente, le traitement médicamenteux peut être lié et limité par des effets secondaires tels que la confusion, les chutes, les étourdissements et la somnolence. De nombreux traitements non médicamenteux sont utilisés pour traiter la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP, notamment l'exercice, la psychologie, la thérapie par électrostimulation, la réflexologie et autres.

Date des recherches

Nous avons inclus tous les essais cliniques randomisés (études cliniques dans lesquelles des personnes sont réparties au hasard dans un ou plusieurs groupes d'intervention), qui ont été publiés jusqu'en décembre 2017.

Caractéristiques des études

Dans l'ensemble, nous avons trouvé 10 études évaluant différents traitements non médicamenteux pour traiter la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP. Les traitements évalués comprenaient : la stimulation nerveuse électrique transcutanée, la stimulation transcrânienne directe, la stimulation transcrânienne par bruit aléatoire, la réflexologie, la psychothérapie et l'hydrothérapie. Ces études ont été menées auprès de 565 participants et ont utilisé différentes méthodes pour mesurer la douleur et d'autres critères d’évaluation. Les groupes témoins variaient également.

Résultats principaux

Les résultats de ces études révèlent des données de très faible valeur probante en ce qui concerne l'utilisation de tout traitement non médicamenteux pour la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP.

Qualité des preuves

Nous avons estimé que la qualité globale des études était très faible, car de nombreuses études ne portaient que sur un petit nombre de participants et comportaient d'autres problèmes méthodologiques. Pour déterminer l'efficacité de ces traitements, il faut davantage de recherches de bonne qualité méthodologique et un plus grand nombre de participants.

Conclusions des auteurs: 

Malgré l'utilisation d'un large éventail d'interventions non pharmacologiques pour le traitement de la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP, les données probantes relatives à ces interventions sont encore limitées ou insuffisantes, ou les deux. D'autres études avec une méthodologie robuste et un plus grand nombre de participants sont nécessaires pour justifier l'effet de ces interventions pour le traitement de la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La douleur chronique est courante et a des répercussions importantes sur la vie des personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP). Divers types d'interventions non pharmacologiques sont largement utilisés, tant en milieu hospitalier qu'en milieu ambulatoire, pour améliorer le contrôle de la douleur chez les personnes atteintes de SEP, mais l'efficacité et l'innocuité de nombreux traitements non pharmacologiques demeurent inconnues.

Objectifs: 

Cette revue visait à examiner l'efficacité et l'innocuité des traitements non pharmacologiques pour la prise en charge de la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP. Les questions spécifiques qui seront abordées dans le cadre de cette revue sont les suivantes.

Les interventions non pharmacologiques (réadaptation unidisciplinaire et/ou multidisciplinaire) sont-elles efficaces pour réduire la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP?

Quels sont les types d'interventions non pharmacologiques (réadaptation unidisciplinaire et/ou multidisciplinaire) efficaces (les moins efficaces et les plus efficaces) et dans quel contexte, pour réduire la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP?

La stratégie de recherche documentaire: 

Une recherche documentaire a été effectuée à l'aide du registre spécialisé du Groupe de revue Cochrane sur la SEP et les maladies rares du système nerveux central (Cochrane MS and Rare Diseases of the Central Nervous System Review Group), du registre d’essais du groupe de travail Cochrane sur la SEP qui contient CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, LILACUS, Clinical trials.gov et du système d’enregistrement international des essais cliniques de l'OMS le 10 décembre 2017. Des recherches manuelles ont été effectuées dans les revues pertinentes et des références bibliographiques d'études pertinentes ont été passées au crible.

Critères de sélection: 

Tous les essais cliniques contrôlés randomisés (ECR) et toutes les études croisées publiés qui comparaient les traitements non pharmacologiques à une intervention de contrôle pour la prise en charge de la douleur chronique chez les personnes atteintes de SEP ont été inclus. Les essais cliniques contrôlés (ECC) étaient éligibles à l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Les trois auteurs de l'étude ont sélectionné les études de façon indépendante, extrait des données et évalué la qualité méthodologique des études à l'aide de l'outil GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation) pour la synthèse des meilleures données probantes. Le regroupement des données pour la méta-analyse n'a pas été possible en raison de l'hétérogénéité méthodologique, clinique et statistique des études incluses.

Résultats principaux: 

Dans l'ensemble, 10 ECR comptant 565 participants et portant sur différentes interventions non pharmacologiques pour la prise en charge de la douleur chronique dans la SEP ont remplis les critères d'inclusion de la revue. Les interventions non pharmacologiques évaluées comprenaient : la neurostimulation transcutanée des nerfs (TENS), la psychothérapie (autogestion par téléphone, hypnose et neurofeedback), la stimulation transcrânienne par bruit aléatoire (tRNS), la stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS), l'hydrothérapie (Ai Chi) et la réflexologie.

Il existe des données de très faible valeur probante pour l'utilisation d'interventions non pharmacologiques pour la douleur chronique comme le TENS, l'Ai Chi, la tDCS, la tRNS, le programme d'autogestion par téléphone, le biofeedback EEG et la réflexologie sur l'intensité de la douleur chez les patients atteints de SEP. Bien qu'il y ait eu une amélioration des scores de douleur et des critères de jugement secondaires (comme la fatigue, les symptômes psychologiques, les spasmes dans certaines interventions), ces changements ont été limités par des biais méthodologiques dans les études.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Pauline COUTAULT et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.