Les acides gras polyinsaturés pour la prévention et le traitement des maladies du cœur et de la circulation

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Problématique de la revue

Nous avons examiné les essais randomisés (où les participants ont une chance égale d'être affectés à l'un ou l'autre traitement) examinant les effets de l'augmentation de la consommation d'acides gras polyinsaturés (AGPI) sur les décès et les maladies du cœur et de la circulation (maladies cardiovasculaires), y compris les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Contexte

Nous mangeons des AGPI dans nos aliments habituels, mais les quantités d'AGPI consommées varient. Il existe des preuves montrant qu'une augmentation de la quantité d'AGPI que nous consommons peut réduire notre taux de cholestérol sanguin et nous rend moins susceptibles de développer des maladies cardiovasculaires, en particulier si les AGPI sont consommés au lieu des graisses saturées (graisses animales comme la viande et le fromage). Mais manger plus d'AGPI peut augmenter notre poids corporel, et les acides gras oméga-6 (un composant de l'AGPI) peuvent aggraver le risque cardiovasculaire en augmentant l'inflammation. Les données probantes sur les avantages ou les inconvénients de l'augmentation de la consommation d'AGPI sur les maladies du cœur et de la circulation, ou sur d'autres résultats pour la santé, ne sont pas concluantes.

Caractéristiques des essais

Cette revue Cochrane est à jour jusqu'au 27 avril 2017. Nous avons inclus 49 essais ayant randomisé 24 272 participants, sur une durée de un à huit ans. Ces essais ont évalué les effets de manger plus, par rapport à moins d'AGPI, sur les maladies du cœur et de la circulation, ainsi que sur les décès. Douze essais sont très fiables (avec un faible risque de biais dans l'ensemble). Les participants sont des hommes et des femmes, certains souffrant de maladies existantes et d'autres non. Des essais ont eu lieu en Amérique du Nord, en Asie, en Europe et en Australie, et seize d'entre eux ont été financés uniquement par des organismes nationaux ou caritatifs.

Résultats principaux

L'augmentation de l'AGPI n’affecte probablement que peu ou pas (ni bénéfice ni dommage) le risque de décès (preuves de qualité moyenne), et peut faire peu ou pas de différence pour ce qui est du risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire (preuves de qualité médiocre). Cependant, l'augmentation de l'AGPI réduit probablement légèrement notre risque de maladies cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux et cardiaques combinés (preuves de qualité moyenne). Cinquante-trois personnes auraient besoin de manger plus d'AGPI pour prévenir une personne atteinte d'une maladie cardiaque et 63 personnes pour prévenir une personne atteinte d'une maladie cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral. L'augmentation de l'AGPI peut réduire très légèrement le risque de décès dû aux maladies cardiaques, ainsi qu'aux accidents vasculaires cérébraux, mais des dommages sont possibles (données probantes de faible qualité). L'AGPI réduit probablement légèrement les graisses circulant dans le sang (cholestérol, preuves de haute qualité et triglycérides, preuves de qualité modérée). L'augmentation de l'AGPI augmente probablement légèrement le poids corporel (preuves de qualité moyenne). Les preuves proviennent principalement d’essais impliquant des hommes vivant dans des pays à revenu élevé.

Conclusions des auteurs: 

Il s'agit de la revue systématique la plus exhaustive des ECR menés à ce jour pour évaluer les effets de l'augmentation des AGPI sur les maladies cardiovasculaires, la mortalité, les lipides ou l'adiposité. L'augmentation de la consommation d'AGPI réduit probablement légèrement le risque de maladies coronariennes et d'événements cardiovasculaires, peut réduire légèrement le risque de mortalité due aux maladies coronariennes et aux accidents vasculaires cérébraux (sans toutefois exclure les préjudices), mais n'a que peu ou pas d'effet sur la mortalité due à toutes les causes ou aux maladies cardiovasculaires. Le mécanisme peut agir par réduction lipidique, mais l'augmentation de l'AGPI augmente probablement légèrement le poids.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les données probantes sur les effets sur la santé des acides gras polyinsaturés (AGPI) sont équivoques. Les huiles de poisson sont riches en AGPI oméga-3 et les huiles végétales en AGPI oméga-6. Les données probantes suggèrent qu'une augmentation des aliments riches en AGPI, des suppléments ou des compléments alimentaires peut réduire le cholestérol sérique, mais peut aussi augmenter le poids corporel, de sorte que les effets cardiovasculaires globaux ne sont pas clairs.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'augmentation de l'apport total d'AGPI sur les maladies cardiovasculaires et la mortalité toutes causes confondues, les lipides et l'adiposité chez les adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et Embase jusqu'en avril 2017 et dans clinicaltrials.gov et dans le registre international des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé jusqu'en septembre 2016, sans restrictions linguistiques. Nous avons vérifié les essais inclus dans les revues systématiques pertinentes.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des apports plus élevés et des apports plus faibles en AGPI chez des adultes atteints ou non d'une maladie cardiovasculaire qui ont évalué les effets sur une période de 12 mois ou plus. Nous avons inclus les textes intégraux, les résumés, les inscriptions au registre des essais et les données non publiées. Les résultats sont les suivants : mortalité toutes causes confondues, mortalité et événements cardiovasculaires, facteurs de risque (lipides sanguins, adiposité, tension artérielle) et événements indésirables. Nous avons exclu les essais pour lesquels nous ne pouvions pas séparer les effets de l'ingestion d'AGPI des autres interventions liées à l'alimentation, au mode de vie ou aux médicaments.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont examiné indépendamment les titres et les résumés, évalué les essais en vue de leur inclusion, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons écrit aux auteurs des essais inclus pour obtenir des données supplémentaires. Les méta-analyses ont utilisé l'analyse des effets aléatoires, les analyses de sensibilité ont inclus les effets fixes et la limitation à un faible risque sommaire de biais. Nous avons évalué la qualité des données probantes en utilisant l’approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 49 ECR ayant randomisé 24 272 participants, pendant une durée de un à huit ans. Onze des essais inclus présentent un faible risque sommaire de biais et 33 études ont recruté des participants sans maladie cardiovasculaire. L'apport de base en AGPI n'était pas clair dans la plupart des essais, mais des proportions entre 3,9 % et 8 % de l'apport énergétique total ont été déclarées. La plupart des essais ont fourni des capsules supplémentaires, mais huit ont donné des conseils diététiques, huit ont donné des aliments complémentaires tels que des noix ou de la margarine, et trois ont utilisé une combinaison de méthodes pour augmenter l'AGPI.

L'augmentation de la consommation d'AGPI a probablement peu ou pas d'effet sur la mortalité toutes causes confondues (risque 7,8% vs 7,6%, rapport de risque (RR) 0,98, intervalle de confiance à 95% (IC) 0,89 à 1,07, 19 290 participants à 24 essais), mais réduit probablement légèrement le risque d'événements coronariens de 14.2% à 12,3% (RR 0,87, IC à 95% 0,72 à 1,06, 15 essais, 10 076 participants) et les événements cardiovasculaires de 14,6% à 13,0% (RR 0,89, IC à 95% 0,79 à 1,01, 17 799 participants à 21 essais), résultats tous basés sur des données probantes de qualité moyenne. L'augmentation de l'AGPI peut réduire légèrement le risque de décès par coronaropathie (6,6% à 6,1%, RR 0,91, IC à 95% 0,78 à 1,06, 9 essais, 8810 participants) et d'accident vasculaire cérébral (1,2% à 1,1%, RR 0,91, IC à 95% 0,58 à 1.44, 11 essais, 14 742 participants, bien que les intervalles de confiance comprennent des méfaits importants), mais n'a que peu ou pas d'effet sur la mortalité cardiovasculaire (RR 1,02, IC à 95%, 0,82 à 1,26, 16 essais, 15 107 participants). Les effets de l'augmentation de l'AGPI sur les événements cardiaques et cérébrovasculaires indésirables majeurs et la fibrillation auriculaire ne sont pas clairs, car les données probantes sont de très faible qualité.

L'augmentation de l'apport en AGPI réduit légèrement le cholestérol total (différence moyenne (DM) -0,12 mmol/L, IC à 95% -0,23 à -0,02, 26 essais, 8072 participants) et diminue probablement légèrement les triglycérides (MD -0,12 mmol/L, IC à 95% -0,20 à -0,20.04, 20 essais, 3905 participants), mais a peu ou pas d'effet sur les lipoprotéines de haute densité (HDL) (MD -0,01 mmol/L, IC à 95% -0,02 à 0,01, 18 essais, 4674 participants) ou les lipoprotéines de basse densité (LDL) (MD -0,01 mmol/L, IC à 95% -0,09 à 0,06, 15 essais, 3362 participants). L'augmentation de l'AGPI entraîne probablement un léger gain de poids (MD 0,76 kg, IC à 95% 0,34 à 1,19, 12 essais, 7100 participants).

Les effets de l'augmentation de l'AGPI sur les événements indésirables gravescomme l'embolie pulmonaire et les saignements ne sont pas clairs, car les données probantes sont de très faible qualité.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.