Le soutien par les pairs ou par des leaders non professionnels pour les adolescents ayant de l'asthme

Contexte à la question

Les adolescents peuvent avoir besoin d'une prise en charge supplémentaire pour gérer leur asthme, car ils ont un risque plus élevé de ne pas utiliser leurs inhalateurs correctement et de s'engager dans des activités qui peuvent aggraver leur asthme (par exemple, fumer). Nous voulions découvrir si les séances conduites par des pairs ou par des leaders profanes (c'est-à-dire des meneurs qui ne sont pas des professionnels de la santé) aident à réduire ces risques et conduisent à un meilleur contrôle de l'asthme. Nous avons inclus les études comparant cette assistance par rapport à des soins habituels ou à un autre type d'aide. Nous avons effectué les recherches les plus récentes le 25 novembre 2016.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé cinq études incluant 1146 adolescents asthmatiques. Les études variaient en termes de conception, de durée (de 2,5 à 9 mois), de contexte (école, camp de jour, soins primaires) et dans la manière dont l'entraide ou les séances menées par les pairs étaient offertes. La gravité de l'asthme variait, de même que le nombre de fumeurs. Trois études utilisaient un programme appelé triple A (Adolescent Asthma Action), au travers duquel les adolescents plus âgés sont formés à offrir des séances à de plus jeunes élèves ; l'une de ces études portait sur l'ajout d'un engagement de s'arrêter de fumer ; une autre a offert les séances de groupe menées par des pairs ainsi que des messages inclus dans un lecteur MP3 pour encourager l'adhérence et la troisième comparait un camp de jour sur l'asthme mené par des pairs comparé à un camp mené par des infirmiers et des médecins.

Principaux résultats

Les adolescents ayant reçu l'entraide avaient une meilleure qualité de vie que ceux du groupe de contrôle, bien que cela variait selon la manière dont les résultats avaient été analysés, nous sommes ainsi incertains concernant cet effet. La plupart des autres résultats n'ont montré aucun bénéfice important de l'intervention. Ces études fournissaient très peu d'informations sur les crises d'asthme ou les visites non-planifiées chez un professionnel de la santé durant les études, et nous n'avons pas pu établir avec certitude si l'intervention était bénéfique en termes de contrôle de l'asthme. Les résultats de deux études dans lesquelles une grande quantité des adolescents fumaient étaient prometteurs et indiquaient que les adolescents se sentaient capables d'arrêter, mais dans l'ensemble la dépendance à la nicotine et les connaissances liées au tabagisme n'étaient que peu différentes par rapport au groupe témoin. Les études n'ont pas rapporté d'informations quant aux événements indésirables.

Qualité des preuves

Nous ne pouvons pas être sûrs des résultats car la plupart avaient été évalués par des personnes sachant le groupe dans lequel les adolescents avaient été assignés, et cela peut affecter la manière dont les personnes se comportent ainsi que leur manière de répondre aux questions. Certaines études n'ont pas rapporté tous les éléments qu'elles ont indiqué mesurer, ou n'ont pas rapporté des informations que nous pouvions analyser. Parfois, les résultats des études étaient en désaccord avec ceux d'autres études et nous n'avons que rarement pu déterminer avec certitude si les adolescents avaient obtenu un bénéfice. Pour ces raisons, nous avons faiblement confiance dans tous les résultats de l'étude.

Conclusions des auteurs: 

Bien que des preuves limitées suggèrent que l'entraide et les interventions de soutien menées par les pairs pourraient conduire à une légère amélioration de la qualité de vie liée à l'asthme pour les adolescents, les bénéfices pour le contrôle de l'asthme, les exacerbations et l'observance du traitement restent à prouver. Les preuves actuelles sont insuffisantes pour mettre en évidence si l'utilisation systématique de programmes d'entraide ou de soutien mené par les pairs sont bénéfiques pour les adolescents recevant des soins pour leur asthme.

Les recherches en cours et futures pourraient aider à identifier les populations cibles pour les interventions d'entraide et de soutien menées par les pairs ainsi que les caractéristiques des programmes fructueux.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les adolescents ayant de l'asthme présentent un risque élevé d'observance inadéquate de leur traitement. Cette situation peut être amplifiée par les activités aggravant l'asthme, en particulier le tabagisme. Un soutien supplémentaire, allant au-delà des soins standard a le potentiel d'encourager une bonne autogestion. Nous voulions découvrir si les séances conduites par les pairs des adolescents ou par des leaders profanes aident à réduire ces risques et à améliorer les résultats au niveau de l'asthme chez les adolescents.

Objectifs: 

Évaluer l'innocuité et l'efficacité des interventions menées par les pairs ainsi que de l'entraide pour les adolescents ayant de l'asthme.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les Voies Respiratoires, qui contient des rapports d'essais randomisés obtenus à partir de multiples sources électroniques et de recherches manuelles, et nous avons effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques et dans les références bibliographiques des études primaires. Nous avons effectué les recherches les plus récentes le 25 novembre 2016.

Critères de sélection: 

Les études éligibles avaient randomisé des adolescents ayant de l'asthme à une intervention conduite par des personnes profanes ou par des pairs ou à un groupe témoin. Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés d'individus en plan d'étude parallèle ainsi que ceux en grappes. Nous avons inclus les études rapportées sous forme de texte intégral, celles publiées uniquement sous forme de résumé ainsi que les données non publiées.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont passé au crible les recherches, extrait les données numériques et les caractéristiques des études et évalué le risque de biais de chaque étude. Les critères de jugement principaux étaient la qualité de vie liée à l'asthme et les exacerbations nécessitant au moins un traitement à base de stéroïdes par voie orale. Nous avons classé les analyses et les preuves présentées dans un tableau « Résumé des résultats ».

Nous avons analysé les données dichotomiques en tant que rapports des cotes, et les données continues sous forme de différences moyennes (DM) ou de différences moyennes standardisées, toutes avec un modèle à effets aléatoires. Nous avons évalué l'hétérogénéité clinique, méthodologique et statistique pour la réalisation de méta-analyses, et nous avons décrit les données asymétriques de manière narrative.

Résultats principaux: 

Cinq études portant sur un total de 1146 participants remplissaient les critères d'inclusion pour cette revue. Comme il est souvent le cas avec les revues systématiques d'interventions complexes, les études avaient des conceptions variées (randomisation d'individus ou de grappes), des durées (de 2,5 à 9 mois), des contextes (école, camp de jour, soins primaires) et des contenus d'intervention différents. La plupart des risques de biais et des préoccupations étaient liées à la mise en aveugle et à la documentation incomplète, ce qui a limité les méta-analyses pouvant être effectuées. De manière générale, les études étaient bien conçues pour contrôler les biais de sélection et d'attrition.

Tous les participants avaient entre 11 et 17 ans. Le diagnostic d'asthme et la gravité variaient, tout comme la prévalence du tabagisme. Trois études utilisaient le programme triple A ; l'une de ces études portait sur l'ajout d'un engagement à ne pas fumer ; une autre a offert l'entraide et les séances de groupe par messagerie MP3 pour encourager l'observance et la troisième comparait un camp de jour mené par des pairs à un camp équivalent mené par des professionnels de la santé.

Nous avons une faible confiance dans tous les résultats en raison du risque de biais, des incohérences et des imprécisions. Les résultats d'une analyse de la qualité de vie liée à l'asthme sur la base d'un modèle à effets aléatoires prédéfini étaient imprécis et n'ont montré aucune différence (DM de 0,40, intervalle de confiance à 95 % (IC) -0,02 à 0,81) ; une analyse de sensibilité sur la base d'un modèle à effets fixes et d'une analyse des répondeurs a suggéré qu'un léger bénéfice pourrait être retenu pour ce critère de jugement. La plupart des autres résultats ont été résumés de manière narrative et n'ont montré aucun bénéfice important de l'intervention ; les études n'ont pas fourni de données analysables concernant les exacerbations de l'asthme ou les visites non-planifiées (les données étaient faussées), et une étude mesurant l'observance a rapporté une baisse dans les deux groupes. Les effets sur le contrôle de l'asthme étaient en faveur de l'intervention, mais les résultats n'étaient pas statistiquement significatifs. Les résultats de deux études avec des niveaux élevés de tabagisme au commencement semblaient prometteurs quant au sentiment d'efficacité personnelle à pouvoir s'arrêter de fumer, mais, dans l'ensemble, la dépendance à la nicotine et les connaissances liées au tabagisme n'étaient pas significativement meilleures dans le groupe d'intervention. Les investigateurs n'ont pas rapporté d'événements indésirables.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.