L'héparine pour le traitement du nouveau-né souffrant de thrombose (formation de caillots sanguins)

Question de la revue : l'administration d'héparine permet-elle d'améliorer la survie et d'autres critères de jugement importants chez les nouveau-nés qui présentent des signes de thrombose (formation de caillots sanguins)?

Contexte : Parmi les patients pédiatriques, les nouveau-nés sont les plus à risque en ce qui concerne la thrombose en raison de différences dans le système hémostatique néonatal (système qui aide à arrêter les saignements). Il est possible que la formation anormale de caillots sanguins commence dans une artère (sang qui s'éloigne du cœur) ou dans une veine (sang qui se dirige vers le cœur). Différentes stratégies de prise en charge ont été décrites, allant de l'attitude « attentiste » à la prise en charge active qui vise à dissoudre les caillots (fibrinolytiques) et empêcher la formation de caillots (anticoagulant). Les effets secondaires potentiels de la prise en charge active incluent l'hémorragie secondaire. Cependant, dans certains cas, la thrombose peut être un événement potentiellement mortel nécessitant une prise en charge active. Malgré les preuves limitées dont on dispose sur le traitement anticoagulant chez les nouveau-nés, l'héparine est devenue un traitement standard. Les recommandations actuelles et les schémas posologiques pour les traitement anticoagulants sont fondés sur des études non contrôlées et ont été adaptés de données issues de rapports sur des patients adultes et pédiatriques. Les preuves sont à jour en mai 2016.

Caractéristiques des études et résultats : nous n'avons inclus aucune étude dans cette revue, et nous n'avons pas identifié d'études en cours.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune étude répondant à nos critères d'inclusion et aucune preuve issue d'essais contrôlés randomisés pour recommander ou déconseiller l'utilisation d'héparine pour le traitement des nouveau-nés souffrant de thrombose.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Parmi les patients pédiatriques, les nouveau-nés sont les plus à risque de développer une thromboembolie. Les événements thromboemboliques néonatals (ET) peuvent être de nature veineuse et de nature artérielle et comportent souvent des complications iatrogènes (par exemple, un cathétérisme central). Les directives de traitement pour les patients pédiatriques atteints d'ET sont le plus souvent extrapolées à partir de la littérature sur le sujet concernant les adultes. Les options disponibles pour la prise en charge des événements ET néonatals comprennent la prise en charge non interventionniste ; la pommade nitroglycérine ; la thérapie thrombolytique ou le traitement par anticoagulants, ou encore une combinaison des deux ; et la chirurgie. Depuis les années 1990, l'héparine de bas poids moléculaire (HBPM) est devenue l'anticoagulant néonatal de choix. Si elle est aussi utilisée, c'est parce que que l'on peut prévoir la dose-réponse, elle ne nécessite pas d'avoir un accès veineux, et l'exigence en terme de surveillance est très limitée. Le taux global de complications majeures est d'environ 5 %. ll n'est pas certain que les nouveau-nés prématurés ne soient pas à risque accru. Aucune donnée n'est disponible concernant la fréquence de l'ostéoporose, la thrombocytopénie induite par l'héparine (TIH), ou d'autres réactions hypersensibles chez les enfants et chez les nouveau-nés exposés à l'HBPM.

Objectifs: 

Évaluer si le traitement à l'héparine (héparine non fractionnée [HNF] et l'HBPM) réduit les taux de mortalité et de morbidité chez les nouveau-nés prématurés et chez les bébés nés à terme diagnostiqués sujets à la thrombose. L'intervention est comparée à un placebo ou à l'absence de traitement. De même, évaluer l'innocuité du traitement par héparine (HNF et HBPM) pour les effets délétères potentiels.

Les analyses en sous-groupe devaient examiner l'âge gestationnel, le poids de naissance, le mode de diagnostic de thrombose, la présence d'une voie centrale, les antécédents familiaux positifs pour les troubles génétiques (thrombophilie, carence en protéine S et en protéine C, mutation du gène MTHFR qui mène à une méthylènetétrahydrofolate réductase), la voie d'administration de l'héparine, le type d'héparine utilisé, et l'emplacement du thrombus (voir "l'analyse en sous-groupe et l'exploration de l'hétérogénéité").

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie pour consulter le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2016, numéro 4), MEDLINE via PubMed (de 1966 au 9 mai 2016), Embase (de 1980 au 9 mai 2016), et le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL ; 1982 à mai 9, 2016). Nous avons effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, les actes de conférence et les références bibliographiques d'articles trouvés pour les essais contrôlés randomisés et les essais quasi-randomisés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés, quasi-randomisés et randomisés en grappes comparant l'héparine à un placebo ou à l'absence de traitement chez les nouveau-nés prématurés et nés à terme présentant un diagnostic de thrombose.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie. Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études identifiées par la stratégie de recherche pour l'inclusion.

Résultats principaux: 

Notre stratégie de recherche a permis d'identifier 1160 références. Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué toutes les références pour l'inclusion. Nous n'avons trouvé aucune étude achevée et aucun essai en cours pour l'inclusion.

Notes de traduction: 

Post-édition : Justine Marcoux (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.