Supplémentation en vitamines et minéraux pour prévenir la démence ou retarder le déclin cognitif chez les personnes atteintes de troubles cognitifs légers

Problématique de la revue

Cette revue visait à déterminer si les personnes atteintes d'une déficience cognitive légère peuvent réduire leur risque de développer la démence ou empêcher leur mémoire ou d'autres capacités de réflexion de se détériorer davantage, en prenant des suppléments de vitamines ou de minéraux.

Contexte

De légers changements dans la mémoire et les capacités de raisonnement sont courants à mesure que les gens vieillissent. Lorsque ces changements sont pires que ceux auxquels on peut s'attendre dans le cadre d'un vieillissement normal, mais qu'ils ne sont pas assez graves pour rendre les activités habituelles d'une personne difficiles à gérer, on dit que cette personne présente une déficience cognitive légère (DCL). Les personnes atteintes de DCL courent un risque accru de développer une démence à l'avenir.

Les vitamines et les minéraux sont des substances naturellement présentes dans l'alimentation qui sont nécessaires au maintien de la santé. Ils ont beaucoup de fonctions différentes dans le corps et beaucoup sont essentiels au bon fonctionnement du cerveau. Il a été suggéré qu'une supplémentation du régime alimentaire normal d'une personne avec des doses supplémentaires de ces vitamines ou minéraux pourrait aider à maintenir les capacités de raisonnement ou à prévenir la démence.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons trouvé huit essais contrôlés randomisés (ECRs) qui ont porté sur quatre types différents de comprimés de vitamines ou de minéraux en les comparant à un placebo (une pilule factice). Les vitamines testées étaient les vitamines B (vitamine B6, vitamine B12 et acide folique), vitamine E et vitamines E et C administrées ensemble. Le seul minéral testé était le chrome.

Principaux résultats et qualité des données probantes

Combinaison de vitamine B et placebo

Cinq essais avec un total de 879 participants ont comparé les vitamines B avec un placebo. Quatre combinaisons de vitamine B6, de vitamine B12 et d'acide folique ont été utilisées ; une petite étude a testé l'acide folique seul. Aucune de ces études n'indiquait si les participants avaient ou non développé une démence. Ces études n'ont pas révélé que la mémoire ou les capacités de réflexion différaient entre le groupe de personnes qui prenaient des suppléments de vitamine B et celles qui prenaient un placebo après un traitement de six mois à deux ans. Notre confiance dans les résultats des différents tests utilisés dans les études variait de modérée à très faible. Deux années de suppléments de vitamine B ont semblé aider la mémoire d'un petit sous-groupe de participants d'une étude qui ont pu être identifiés par une analyse sanguine particulière au début de l'essai. Une étude a révélé qu'il n'y avait probablement aucun effet sur la qualité de vie des participants. Une étude a examiné le cerveau de certains participants et a révélé que les vitamines B pouvaient ralentir le rétrécissement du cerveau.

Des effets nocifs et des décès ont été signalés chez très peu de participants et nous ne pouvons pas conclure s'il y a ou non des méfaits de la prise de ces vitamines B ou de combinaisons similaires.

Vitamine E versus placebo.

Une étude menée auprès de 516 participants a comparé une dose relativement élevée de vitamine E (2000 UI par jour) à un placebo chez des personnes qui prenaient également une multivitamine contenant 15 UI de vitamine E (les besoins quotidiens en vitamine E sont d'environ 30 UI). Le risque de développer une démence due à la maladie d'Alzheimer (la forme la plus courante de démence) n'est probablement pas affecté par trois années de traitement à forte dose de vitamine E. La qualité des données probantes sur les autres résultats était inférieure, mais cette dose de vitamine E peut aussi n'avoir aucun effet sur la mémoire ou la capacité de penser ou sur la capacité des gens à gérer leurs activités quotidiennes.

Vitamine E et C versus placebo

Une étude menée auprès de 256 participants a comparé une combinaison de vitamines C et E avec un placebo. Elle n'a trouvé aucun effet sur la mémoire globale et les capacités de réflexion, mais nous avons peu confiance en ce résultat en raison de la qualité des données probantes.

Picolinate de chrome versus placebo

Seule une très petite étude menée auprès de 26 participants a porté sur l'effet des suppléments de chrome. Cette étude était trop petite pour que nous puissions en tirer des conclusions.

Conclusions

La quantité et la qualité des données de recherche sur les suppléments de vitamines et de minéraux pour le traitement du DCL chez les personnes ne souffrant pas de carences nutritionnelles sont limitées. Actuellement, il n'est pas possible d'identifier des suppléments qui peuvent réduire le risque de démence chez les personnes atteintes de DCL ou qui peuvent traiter efficacement leurs symptômes. D'autres recherches sont nécessaires avant que nous puissions répondre à notre question de la revue.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes sur les suppléments de vitamines et de minéraux comme traitements de l'ICM sont très limitées. Trois années de traitement avec de fortes doses de vitamine E ne réduisent probablement pas le risque de progression vers la démence, mais nous ne disposons pas de données sur ce critère de jugement pour les autres suppléments. Seules les vitamines B ont été évaluées dans plus d'un ECR. Il n'existe aucune preuve d'effets bénéfiques sur la cognition de la supplémentation en vitamines B pendant six à 24 mois. Les résultats d'une seule étude portant sur la réduction du taux d'atrophie cérébrale chez les participants prenant de la vitamine B et sur l'effet bénéfique de la vitamine B sur la mémoire épisodique chez ceux dont le tHcy est plus élevé au départ justifient une tentative de réplication.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les vitamines et les minéraux ont de nombreuses fonctions dans le système nerveux qui sont importantes pour la santé du cerveau. Il a été suggéré que différents suppléments de vitamines et de minéraux pourraient être utiles pour maintenir les fonctions cognitives et retarder l'apparition de la démence. Dans cette revue, nous avons cherché à examiner les données probantes à l'appui de cette hypothèse chez les personnes qui présentaient déjà une déficience cognitive légère (DCL).

Objectifs: 

Évaluer les effets de la supplémentation en vitamines et minéraux sur la fonction cognitive et l'incidence de la démence chez les personnes atteintes de troubles cognitifs légers.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans ALOIS, le registre spécialisé du Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group (CDCIG), ainsi que dans MEDLINE, Embase, PsycINFO, CENTRAL, CINAHL, LILACs, Web of Science Core Collection, ClinicalTrials.gov et le portail OMS/ICTRP, de la création au 25 janvier 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés ou quasi-randomisé contrôlés par placebo, qui ont évalué des suppléments de vitamines ou de minéraux administrés par voie orale chez des participants ayant reçu un diagnostic de déficience cognitive légère et qui ont évalué l'incidence de la démence ou des critères de jugement cognitifs, ou les deux. Nous nous sommes intéressés aux études applicables à la population générale des personnes âgées et avons donc exclu les études dans lesquelles les participants présentaient de graves carences en vitamines ou en minéraux.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons cherché à obtenir des données sur nos principaux critères de jugement concernant l'incidence de la démence et la fonction cognitive globale et sur les critères de jugement secondaires concernant la mémoire épisodique, la fonction exécutive, la vitesse d’intégration, la qualité de vie, la performance fonctionnelle, l'impression clinique globale, les événements indésirables et la mortalité. Nous avons effectué la collecte et l'analyse des données selon les méthodes standard des revues systématiques Cochrane. Nous avons évalué le risque de biais des études incluses à l'aide de l'outil d'évaluation Cochrane " Risque de Biais". Nous avons regroupé les vitamines et les minéraux en fonction de leur mécanisme d'action supposé et, lorsque nous l'avons jugé cliniquement approprié, nous avons combiné les données en utilisant des méthodes à effets aléatoires. Nous avons utilisé les méthodes GRADE pour évaluer la qualité globale des données probantes pour chaque comparaison et chaque résultat.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais avec 879 participants qui ont étudié les suppléments de vitamine B. Dans quatre essais, l'intervention consistait en une combinaison de vitamines B6, B12 et d'acide folique ; dans un essai, il s'agissait uniquement d'acide folique. Les doses variaient. Nous avons considéré qu'il y avait des risques de biais de performance et d'attrition et de rapports sélectifs sur les critères de jugement parmi ces essais. Nos principaux critères de jugement sur le plan de l'efficacité étaient l'incidence de la démence et les scores sur les mesures de la fonction cognitive globale. Aucun des essais n'a fait état de l'incidence de la démence et les données probantes sur la fonction cognitive globale étaient de très faible qualité. Il y a probablement eu peu ou pas d'effet des vitamines B prises pendant six à 24 mois sur la mémoire épisodique, la fonction exécutive, la vitesse du traitement ou la qualité de vie. Les données probantes sur nos autres critères de jugement cliniques secondaires, y compris les méfaits, étaient très rares ou de très faible qualité. Une étude a démontré qu'il pourrait y avoir une atrophie cérébrale plus lente sur une période de deux ans chez les participants qui prennent des vitamines B. La même étude a rapporté des analyses de sous-groupes basées sur le taux d'homocystéine sérique (tHcy) au départ et a trouvé des preuves que les vitamines B peuvent améliorer la mémoire épisodique chez ceux dont le tHcy est supérieur à la médiane au départ.

Nous avons inclus un essai (n = 516) de supplémentation en vitamine E. La vitamine E a été administrée sous forme de 1000 UI d'alpha-tocophérol deux fois par jour. Nous avons considéré que cet essai risquait d'être marqué par l'attrition et par un biais de rapport sélectif. La vitamine E n'a probablement eu aucun effet sur la probabilité de progression de l'évolution du DCL vers la démence d'Alzheimer sur une période de trois ans (HR 1,02 ; IC à 95 % : 0,74 à 1,41 ; n = 516 ; 1 étude, données probantes de qualité moyenne). De plus, rien n'indique qu'il y ait eu un effet à des moments intermédiaires. Les données disponibles ne nous ont pas permis d'effectuer des analyses, mais les auteurs n'ont signalé aucun effet significatif de trois années de supplémentation en vitamine E sur la fonction cognitive globale, la mémoire épisodique, la rapidité d’intégration, l'impression clinique globale, la performance fonctionnelle, les événements indésirables ou la mortalité (cinq décès dans chaque groupe). Nous avons considéré qu'il s'agissait de données probantes de très faible qualité.

Nous avons inclus un essai (n = 256) de supplémentation combinée en vitamine E et vitamine C et un essai (n = 26) de supplémentation en picolinate de chrome. Dans les deux cas, il n'y avait qu'un seul résultat cognitif éligible, mais nous avons considéré que les données probantes étaient de très faible qualité et ne pouvions donc pas être certains de l'existence d'effets.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.