Échographie endoscopique comparée à la cholangio-pancréatographie par résonance magnétique pour le diagnostic de calculs du cholédoque

Contexte

Produite dans le foie et stockée temporairement dans la vésicule biliaire, la bile est libérée dans l'intestin grêle lors de la consommation d'aliments gras. Le canal cholédoque est le conduit par lequel la bile passe de la vésicule biliaire dans l'intestin grêle. Les calculs du cholédoque se forment généralement dans la vésicule biliaire avant de migrer dans le canal cholédoque. Ils peuvent obstruer l'écoulement de la bile et entraîner une jaunisse (décoloration jaunâtre de la peau et du blanc des yeux, urines foncées), une infection biliaire (cholangite) et une inflammation du pancréas (pancréatite), qui peut être mortelle. Différents tests de diagnostic peuvent être effectués pour diagnostiquer les calculs du cholédoque. En fonction des ressources disponibles, ces calculs sont éliminés par endoscopie (habituellement), ou ils peuvent être retirés dans le cadre de l'opération effectuée pour enlever la vésicule biliaire (cette ablation de la vésicule biliaire est importante car des calculs continuent à s'y former et peuvent occasionner des problèmes de santé récurrents). La présence de calculs dans le cholédoque peut être confirmée avant leur ablation par des examens invasifs tels que la cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) ou la cholangiographie peropératoire (CPO). Toutefois, avant d'effectuer ces examens invasifs pour diagnostiquer les calculs du cholédoque, des tests non invasifs tels que l'écho-endoscopie (EUS, de l'anglais « endoscopic ultrasound », qui combine des ultrasons à l'endoscope) et la cholangio-pancréatographie par résonance magnétique (CPRM) sont utilisés pour identifier les personnes à risque élevé de calculs du cholédoque, de sorte que seules les personnes à haut risque seront soumises à des tests supplémentaires.

Caractéristiques des études

Nous avons effectué une recherche approfondie d'études rendant compte de la précision de l'EUS ou de la CPRM pour le diagnostic de calculs du cholédoque. Nous avons inclus un total de 18 études portant sur 2 532 participants. Onze études évaluaient l'EUS seule, cinq études évaluaient la CPRM seule, et deux études évaluaient les deux tests. Un total de 1 537 participants sont inclus dans les 13 études ayant évalué l'EUS et 995 participants sont inclus dans les sept études ayant évalué la CPRM. La plupart des études portaient sur des patients chez qui la présence de calculs du cholédoque était soupçonnée sur la base d'examens sanguins ou échographiques anormaux, de symptômes comme la jaunisse ou la pancréatite, ou d'une combinaison de ces facteurs. La proportion de participants ayant subi précédemment une ablation de la vésicule biliaire variait dans les études.

Principaux résultats

Sur la base d'une sensibilité moyenne de 95 % pour l'EUS, en moyenne 95 personnes sur 100 présentant des calculs du cholédoque seraient effectivement détectées, tandis que les 5 personnes restantes seraient manquées et ne recevraient donc pas un traitement approprié. Le nombre moyen de personnes présentant des calculs du cholédoque détectés par l'EUS peut varier de 91 à 97 personnes sur 100. La spécificité moyenne de 97 % pour l'EUS signifie que, en moyenne, 97 personnes sur 100 sans calculs du cholédoque seraient correctement identifiées comme n'ayant pas de calculs ; 3 personnes sur 100 obtiendraient un faux positifs et ne recevraient pas un traitement approprié. Le nombre moyen de faux positifs pourrait varier entre 1 et 6 personnes sur 100. Pour la CPRM, une sensibilité moyenne de 93 % signifie que, en moyenne, 93 personnes sur 100 présentant des calculs du cholédoque seraient effectivement détectées, tandis que les 7 autres personnes seraient manquées et ne recevraient donc pas un traitement approprié. Le nombre moyen de personnes présentant des calculs du cholédoque détectés par la CPRM peut varier de 87 à 96 personnes sur 100. Avec une spécificité moyenne de 96 % pour la CPRM, 96 personnes sur 100 sans calculs du cholédoque seraient correctement identifiées comme n'ayant pas de calculs ; 4 personnes sur 100 obtiendraient un faux positif et ne recevraient pas un traitement approprié. Le nombre moyen de faux positifs pourrait varier entre 2 et 10 personnes sur 100. Cela signifie que l'EUS et la CPRM peuvent manquer certaines personnes présentant des calculs du cholédoque. Bien que la plupart des personnes ayant eu un résultat négatif à un examen par EUS ou CPRM n'aient pas besoin de subir des tests plus invasifs, en présence de symptômes persistants, il peut être indiqué de réaliser un nouvel examen par CPRM (si le patient avait déjà subi un examen par EUS) ou par EUS (si le patient avait déjà subi un examen par CPRM), ou par CPRE ou CPO. Peu de différences existent entre l'EUS et la CPRM en termes de précision diagnostique.

Qualité des preuves

Toutes les études étaient de faible qualité méthodologique, ce qui peut remettre en question la validité de nos résultats.

Recherches futures

D'autres études de qualité méthodologique élevée sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

L'écho-endoscopie et la cholangio-pancréatographie par résonance magnétique ont toutes les deux une précision diagnostique élevée pour la détection de calculs du cholédoque. Les personnes obtenant un résultat positif à l'examen par EUS ou CPRM devraient subir une extraction endoscopique ou chirurgicale des calculs, tandis que celles obtenant un résultat négatif à un de ces examens n'ont pas besoin d'autres tests invasifs. Toutefois, si les symptômes persistent, d'autres investigations seront indiquées. Les deux examens sont similaires en termes de précision de diagnostic et le choix du test à utiliser sera orienté par la disponibilité et les contre-indications de chacun. Il convient cependant de noter que ces résultats sont basés sur des études de faible qualité méthodologique et doivent donc être interprétés avec prudence. D'autres études qui sont de haute qualité méthodologique sont nécessaires pour déterminer la précision diagnostique de l'EUS et de la CPRM dans le diagnostic de calculs du cholédoque.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'écho-endoscopie (EUS, de l'anglais « endoscopic ultrasound ») et la cholangio-pancréatographie par résonance magnétique (CPRM) sont des examens utilisés dans le diagnostic de calculs du cholédoque en cas de soupçon avant un traitement invasif. L'exactitude de l'EUS et de la CPRM dans le diagnostic de lithiase cholédocienne n'a pas fait l'objet d'une revue systématique antérieure à l'aide de normes de référence appropriées.

Objectifs: 

Déterminer et comparer la précision de l'EUS et de la CPRM dans le diagnostic de lithiase cholédocienne.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, BIOSIS et Clinicaltrials.gov jusqu'à septembre 2012. Pour identifier des études supplémentaires, nous avons parcouru les références des études incluses et des revues systématiques identifiées à partir de diverses bases de données (base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE), Health Technology Assessment (HTA), Medion et ARIF (Aggressive Research Intelligence Facility)). Nous n'avons pas limité les études d'après la langue ou le statut de publication, ni selon que les données aient été recueillies de façon prospective ou rétrospective.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les études qui ont fourni le nombre de vrais positifs, faux positifs, faux négatifs et vrais négatifs pour l'EUS ou la CPRM. Nous n'avons accepté que les études dans lesquelles, en cas de test positif, la présence de calculs cholédociens était confirmée par l'extraction des calculs (que cela ait été fait par des méthodes chirurgicales ou endoscopiques) et, en cas de test négatif, l'absence de calculs cholédociens était confirmée par une exploration chirurgicale ou endoscopique du canal cholédoque négative ou un suivi d'au moins six mois sans symptôme, la norme de référence chez les personnes soupçonnées d'avoir des calculs du cholédoque. Nous avons inclus les participants avec ou sans diagnostic préalable de lithiase biliaire, avec ou sans symptômes et complications de la lithiase du cholédoque, avec ou sans traitement préalable pour calculs cholédociens, et avant ou après une cholécystectomie. Au moins deux auteurs travaillant de façon indépendante ont évalué les résumés et choisi les études pour l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait indépendamment les données de chaque étude. Nous avons utilisé le modèle bivarié pour obtenir des estimations de sensibilité et de spécificité globales.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un total de 18 études portant sur 2 366 participants (dont 976 participants présentant des calculs du cholédoque et 1 390 participants sans calculs). Onze études évaluaient l'EUS seule et cinq la CPRM seule. Deux études évaluaient les deux examens. La plupart des études portaient sur des patients chez qui la présence de calculs du cholédoque était soupçonnée sur la base d'anomalies lors d'examens de la fonction hépatique ou d'échographie transabdominale, de symptômes comme la jaunisse obstructive, la cholangite ou la pancréatite, ou d'une combinaison de ces facteurs. La proportion de participants ayant subi précédemment une cholécystectomie variait dans les études. Aucune de ces études n'était d'une grande qualité méthodologique. La sensibilité de l'EUS se situait entre 0,75 et 1,00 et la spécificité entre 0,85 et 1,00. La sensibilité (intervalle de confiance (IC) à 95 %) et la spécificité (IC à 95 %) globales des 13 études ayant évalué l'EUS (1 537 participants ; 686 cas et 851 participants sans calculs du cholédoque) étaient respectivement de 0,95 (IC à 95 % de 0,91 à 0,97 ) et de 0,97 (IC à 95 % de 0,94 à 0,99). La sensibilité de la CPRM se situait entre 0,77 et 1,00 et la spécificité entre 0,73 et 0,99. La sensibilité et la spécificité globales des sept études ayant évalué la CPRM (996 participants ; 361 cas et 635 participants sans calculs du cholédoque) étaient respectivement de 0,93 (IC à 95 % de 0,87 à 0,96) et de 0,96 (IC à 95 % de 0,90 à 0,98). Il n'y avait aucune preuve d'une différence de sensibilité ou de spécificité entre l'EUS et la CPRM (P = 0,5). Sur la base des études incluses, la médiane de la probabilité pré-test de calculs cholédociens étant de 41 %, les probabilités post-test (avec IC à 95 %) associées avec un résultat positif et négatif à l'examen par EUS étaient respectivement de 0,96 (IC à 95 % de 0,92 à 0,98) et de 0,03 (IC à 95 % de 0,02 à 0,06). À la même probabilité pré-test, les probabilités post-test associées avec un résultat positif et négatif à l'examen par CPRM étaient respectivement de 0,94 (IC à 95 % de 0,87 à 0,97) et de 0,05 (IC à 95 % de 0,03 à 0,09).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.