Problématique de la revue

Nous avons cherché à savoir si l'administration de la radiothérapie (traitement du cancer par rayons X de haute énergie) pour le cancer localisé de la prostate en moins de fractions (visites de traitement pour la radiothérapie) et une durée globale de traitement plus courte avec une dose plus élevée (plus de 2 Gray) administrée chaque jour, fonctionne aussi bien que le nombre habituel (conventionnel) de fractions (1,8 Gray par jour à 2 Gray par jour) pour le contrôle du cancer et avait des effets secondaires semblables.

Contexte

L'utilisation de moins de fractions et d'une dose plus élevée à chaque visite est probablement préférable pour le traitement du cancer de la prostate par radiothérapie. La radiothérapie pour le cancer de la prostate peut causer des effets secondaires vésicaux et intestinaux et affecter la fonction sexuelle. Si l'utilisation de doses plus fortes lors de chaque traitement, avec moins de traitements en général (appelée hypofractionnement), fonctionne aussi bien pour contrôler le cancer, et que les effets secondaires et les effets sur la certitude de vie sont à peu près les mêmes, alors l'hypofractionnement pourrait profiter aux hommes atteints du cancer de la prostate (localisée) qui sont traités avec la radiothérapie. Si le contrôle du cancer est aussi bon et que les effets secondaires sont à peu près les mêmes, l'utilisation de moins de radiothérapies (mais à plus forte dose) pourrait être plus pratique pour les hommes atteints du cancer de la prostate, utiliser moins de ressources et économiser de l’argent.

Caractéristiques des études

Les données de cette revue ont été mises à jour le15 mars 2019. Les hommes étudiés étaient âgés de 64 ans et plus et avaient un cancer de la prostate limité au bassin.

Principaux résultats

Nous avons étudié l'utilisation de doses de rayonnement plus faibles, mais plus importantes, pour traiter 8 278 hommes atteints d’un cancer de la prostate. Nous avons trouvé 10 études.

Nous avons constaté que l'utilisation de l'hypofractionnement pourrait entraîner un risque similaire de mourir d'un cancer de la prostate (données probantes de faible certitude), mais nous ne savons pas comment il affecte les effets secondaires intestinaux tardifs (données probantes de très faible certitude). Il en résulte probablement des taux similaires d'effets secondaires tardifs sur la vessie (données probantes de certitude modérées).

L'utilisation de l'hypofractionnement permet d'obtenir une survie globale similaire (données probantes de haute certitude) et pourrait être similaire pour la survie sans métastase (données probantes de faible certitude). Les effets secondaires aigus sur la vessie pourraient être semblables (données probantes modérées ou certaines).

Conclusions des auteurs: 

Ces résultats suggèrent qu'un hypofractionnement modéré (jusqu'à une fraction de 3,4 Gy) entraîne des résultats oncologiques similaires en termes de survie spécifique à la maladie, sans métastase et globale. Il semble y avoir peu ou pas d'augmentation de la toxicité aiguë et tardive.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'utilisation de l'hypofractionnement (doses de radiations quotidiennes plus faibles et plus importantes) pour traiter le cancer de la prostate localisé pourrait améliorer la commodité et l'utilisation des ressources. Pour que l'hypofractionnement soit réalisable, il doit être au moins aussi efficace pour les critères de jugement liés au cancer et avoir une toxicité et des résultats relatifs à la qualité de vie comparables à ceux de la radiothérapie fractionnée classique.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la radiothérapie par faisceau externe hypofractionnée par rapport à la radiothérapie par faisceau externe fractionnée conventionnelle chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate cliniquement localisé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE (Ovid), Embase (Ovid) et les registres d’essais de 1946 au 15 mars 2019 avec vérification des références, recherche de citations et contact avec les auteurs des études. La recherche n'a fait l'objet d'aucune restriction de langue ou de statut de publication. Nous avons relancé toutes les recherches dans les trois mois (15 mars 2019) précédant la publication.

Critères de sélection: 

Comparaisons contrôlées randomisées qui comprenaient des hommes atteints d'un adénocarcinome de la prostate cliniquement localisé où la radiothérapie (par faisceau externe) hypofractionnée de la prostate par le biais d’un hypofractionnement de plus de 2 Gy par fraction était comparé à la radiothérapie de la prostate conventionnellement fractionnée (utilisant un fractionnement standard de 1,8 Gy à 2 Gy par fraction).

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé la méthodologie standard de Cochrane. Deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons utilisé Review Manager 5 pour la synthèse et l'analyse des données. Nous avons utilisé la méthode de variance inverse et un modèle à effets aléatoires pour la synthèse des données de survie avec les rapports de risque (en anglais: Hazard Ratio, HR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 %. Pour les données dichotomiques, nous avons utilisé la méthode de Mantel-Haenzel et le modèle à effets aléatoires pour présenter les risque relatif (RR) et l'IC à 95 %. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes pour chaque critère de jugement.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 10 études avec 8 278 hommes dans notre analyse comparant l'hypofractionnement avec le fractionnement conventionnel pour traiter le cancer de la prostate.

Critères de jugement principaux

L'hypofractionnement pourrait entraîner peu ou pas de différence dans la survie spécifique au cancer de la prostate [en anglais: prostate cancer-specific survival, PC-SS] (HR 1,00, IC à 95 % : 0,72 à 1,39 ; études = 8, participants = 7 946 ; suivi médian de 72 mois ; données probantes de faible certitude). Pour les hommes du groupe à risque intermédiaire soumis au fractionnement conventionnel, cela correspond à 976 pour 1000 hommes vivants après 6 ans et 0 de plus (44 de moins à 18 de plus) vivant pour 1000 hommes soumis à l'hypofractionnement.

Nous ne sommes pas certains de l'effet de l'hypofractionnement sur la toxicité gastro-intestinale tardive de la radiothérapie (RR 1,10, IC à 95 % : 0,68 à 1,78 ; études = 4, participants = 3843 ; données probantes de très faible certitudes).

L'hypofractionation entraîne probablement peu ou pas de différence pour la toxicité génito-urinaire (GU) tardive de la radiothérapie (RR 1,05, IC à 95 % : 0,93 à 1,18 ; études = 4, participants = 3 843 ; données probantes de certitude modérée). Cela correspond à 262 cas pour 1 000 cas de toxicité GU tardive par radiothérapie avec fractionnement conventionnel et à 13 cas de plus (18 de moins à 47 de plus) pour 1 000 hommes soumis à l'hypofractionnement.

Critères de jugement secondaires

L'hypofractionnement entraîne peu ou pas de différence de la survie globale (HR 0,94, IC à 95 % : 0,83 à 1,07 ; 10 études, 8 243 participants ; données probantes de haute certitude). Pour les hommes du groupe à risque intermédiaire soumis au fractionnement conventionnel, cela correspond à 869 pour 1000 hommes vivants après 6 ans et 17 de plus (54 de moins à 17 de plus) vivants pour 1000 hommes soumis à l'hypofractionnement.

L'hypofractionnement pourrait entraîner peu ou pas de différence de la survie globale (HR 1,07, IC à 95 % : 0,65 à 1,76 ; 5 études, 4985 participants ; données probantes de haute certitude). Cela correspond à 981 hommes pour 1000 hommes exempts de métastases à 6 ans lorsqu'ils subissent une fractionnement conventionnel et à 5 hommes de plus (58 de moins à 19 de plus) sans métastases pour 1000 hommes lorsqu'ils subissent un hypofractionnement.

L'hypofractionnement se traduit probablement par une faible réduction, peut-être sans importance, de la survie sans récidive biochimique selon les critères de Phoenix (HR 0,88, IC à 95 % : 0,68 à 1,13 ; études = 5, participants = 2 889 ; suivi médian : 90 mois à 108 mois ; données probantes de certitude modérée). Chez les hommes du groupe à risque intermédiaire, cela correspond à 804 hommes sans récurrence biochimique pour 1 000 participants à six ans avec fractionnement conventionnel et à 42 hommes sans récurrence de moins (134 de moins à 37 de plus) pour 1 000 participants avec hypofractionnement.

L'hypofractionnement entraîne probablement peu ou pas de différence en matière de toxicité génito-urinaire tardive de la radiothérapie (RR 1,03, IC à 95 % : 0,95 à 1,11 ; études = 4, participants = 4 174 à 12 à 18 mois de suivi ; données probantes de certitude modérée). Cela correspond à 360 cas pour 1 000 cas avec fractionnement conventionnel et à 11 cas de plus (18 de moins à 40 de plus) pour 1000 hommes soumis à l’hypofractionnement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Lina Ghosn et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.