Traitement par pression négative en cas de plaies de pression

Contexte

Les plaies de pression, également appelées escarres de décubitus, ulcères et lésions de pression, sont des zones de lésions de la peau, du tissu en-dessous, ou les deux. Les plaies de pression, qui peuvent être douloureuses et sont susceptibles de s'infecter, affectent la qualité de vie des patients. Les personnes présentant un risque de développement de plaies de pression sont les patients atteints de lésions médullaires, ainsi que les personnes immobilisées ou à mobilité limitée.

En 2004, le coût total annuel du traitement des plaies de pression au Royaume-Uni a été estimé à entre 1,4 et 2,1 milliards de livres, une somme équivalente à 4 % des dépenses totales du National Health Service. Les personnes souffrant de plaies de pression restent à l'hôpital plus longtemps après l'admission, et cela augmente les coûts d'hospitalisation. Les données recueillies aux États-Unis pour 2006 suggèrent qu'un diagnostic de « plaies de pression » avait été posé pour un demi-million d'hospitalisations, dont le coût total s'élevait à 11 milliards de dollars.

Un large éventail d'options sont disponibles pour le traitement des plaies de pression, tels que des pansements, des crèmes, la redistribution de la pression et le traitement par pression négative (TPN). Le TPN est une technologie couramment utilisée et dont l'utilisation sur les plaies, y compris les plaies de pression, est encouragée. Dans le TPN, une machine qui exerce une aspiration soigneusement contrôlée (pression négative) est reliée au pansement recouvrant la plaie de pression. Elle aspire les liquides de la plaie et des tissus, les drainant de la zone traitée dans un conteneur. Les chercheurs ont essayé de déterminer si le TPN était efficace dans le traitement des plaies de pression.

Nos résultats

Nous avons effectué des recherches dans la littérature médicale jusqu'à mai 2015 pour des études médicales robustes (études contrôlées randomisées) qui comparaient le TPN à d'autres traitements pour les plaies de pression. Nous avons identifié quatre études portant sur un total de 149 participants. Deux études comparaient le TPN avec des pansements, une autre à une série de traitements topiques et la dernière à ce qui a été décrit uniquement comme une « cicatrisation humide de la plaie ». Les essais étaient de petite taille et mal décrits, de durée relativement courte ou imprécise, et contenaient très peu de données utiles.

En raison de la quantité limitée de données probantes issues de la recherche disponibles, nous n'avons pas été en mesure de tirer des conclusions sur les avantages (ou les inconvénients) potentiels du traitement par pression négative en cas de plaies de pression. Davantage de recherches de meilleure qualité sont nécessaires si cette question est jugée importante et pertinente par les décideurs.

Ce résumé en langage simplifié est à jour en mai 2015.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement pas de données probantes solides issues d'ECR sur les effets du TPN par rapport à d'autres options dans le traitement des plaies de pression. Une incertitude élevée subsiste concernant les bénéfices ou les inconvénients potentiels, ou les deux, de l'utilisation de ce traitement dans la prise en charge des plaies de pression.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les plaies de pression, également appelées escarres de décubitus, ulcères et lésions de pression, sont des zones de lésions de la peau, du tissu en-dessous, ou les deux. Le traitement par pression négative (TPN) est une option pour le traitement des plaies de pression ; une évaluation précise et actualisée des données probantes est nécessaire pour faciliter la prise de décision sur son utilisation.

Objectifs: 

Évaluer les effets du traitement par pression négative des plaies de pression dans tout contexte de soins.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette revue, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes en mai 2015 : registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions ; registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; Bibliothèque Cochrane) ; Ovid MEDLINE ; Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations) ; Ovid EMBASE ; et EBSCO CINAHL. Aucune restriction basée sur la langue ou la date de publication n'a été imposée.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) publiés ou non publiés comparant les effets du TPN à d'autres traitements ou comparant différents types de TPN les uns par rapport aux autres dans le traitement des plaies de pression (de stade II ou plus).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment la sélection des études, l'évaluation du risque de biais et l'extraction des données.

Résultats principaux: 

La revue contient quatre études portant sur un total de 149 participants. Deux études comparaient le TPN à des pansements, une troisième le comparait à une série de traitements par un gel et la dernière, par rapport à une « cicatrisation humide de la plaie ». Une étude avait une période de suivi de 24 semaines, deux une période de suivi de six semaines, et dans la dernière étude, la durée du suivi était imprécise. Trois des quatre études incluses ont été considérées comme présentant un risque élevé de biais dans un ou plusieurs domaines et toutes les preuves ont été jugées comme étant de qualité très faible. Une seule étude a rapporté des données utilisables sur le principal critère de jugement (cicatrisation complète des plaies), mais elle n'avait que 12 participants et les événements étaient peu nombreux (un seul participant avec une cicatrisation des plaies dans l'étude). Il y avait peu d'autres données utiles dans les études incluses sur des résultats positifs comme la cicatrisation des plaies, ou des résultats négatifs comme les événements indésirables.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.