Les inhibiteurs de la pompe à protons pour la dyspepsie fonctionnelle

Question de la revue

Dans quelle mesure les médicaments qui suppriment l'acide gastrique sont-ils efficaces pour le traitement de l'indigestion chez les adultes qui n'ont pas d'autres maladies graves?

Contexte

La suppression de l'acide est un traitement possible pour la dyspepsie fonctionnelle (indigestion), qui est récurrente, des douleurs au niveau de l'estomac, des ballonnements, éructation ou la sensation de étant intégral. Plusieurs médicaments sont utilisés pour traiter la dyspepsie fonctionnelle ; les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) et les antagonistes des récepteurs H2 (H2RAs) réduisent l'acidité gastrique, et des prokinétiques accélérer vidage de l'estomac. Il n'existe aucune preuve claire qu'un médicament est plus efficace qu'un autre. Bien que ces sont considérés comme sûrs, quelques personnes ont des effets secondaires. Les effets secondaires les plus courants sont les maux de tête, douleurs abdominales (ventre), des ballonnements, des diarrhées et des nausées (nausées). L'utilisation à long terme des IPP a été associé à des diarrhées infectieuses (inflammation de l'estomac et l'intestin grêle), des fractures osseuses et un surdéveloppement bactérienne. Par conséquent, nous avons besoin de savoir si ces médicaments sont efficaces et sûrs pour les personnes souffrant de troubles digestifs.

Date de la recherche

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données médicales pour les essais cliniques dans lesquels le traitement a été assignés au hasard (appelés essais contrôlés randomisés) chez les adultes atteints de dyspepsie fonctionnelle jusqu'à mai 2017. Nous avons inclus les résultats de 25 études de 27 publications. Nous avons trouvé deux études en attente de détails supplémentaires et l'absence d'autres études en cours.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons inclus 25 études (totalisant 8453 participants). Il y avait six études (2304 participants) comparant des IPP à faible dose par rapport à des doses habituelles IPP (la dose utilisée dans la pratique clinique) ; 18 études (6172 participants) comparant les IPP à un placebo (faux traitement) ; deux études (740 participants) comparant les IPP avec H2RAs ; cinq études (1033 participants) comparant les IPP avec des prokinétiques et deux études (407 participants) comparant les IPP + des prokinétiques versus des prokinétiques seule.

La durée du traitement ont duré au moins deux semaines. Sept études faisaient état d'un traitement de deux semaines, 12 études rapportaient le traitement pendant quatre semaines et cinq études avaient rendu compte de plus de six semaines de traitement. La période de traitement n'était pas claire dans une étude.

Sources de financement de l'étude

Dix-sept des 25 études étaient parrainées ou financées par un laboratoire pharmaceutique et deux par une institution subventionnée. Il n'y avait aucune information sur financement dans huit études.

Résultats principaux

Notre revue a montré que les IPP sont plus efficaces que le placebo, et sont probablement légèrement plus efficace que des prokinétiques pour le traitement de la dyspepsie fonctionnelle. À faible dose et à dose standard IPP étaient aussi efficaces sur le soulagement des indigestions, de sorte que nous avons combiné les résultats des deux doses d'IPP. IPP était plus efficace que le placebo, 31 % des patients du groupe de l'absence de notification IPP ou minimes symptômes par rapport à 26 % dans le groupe du placebo. L'effet des IPP était probablement légèrement plus efficace que H2RAs ; cependant, les deux études impliqués dans l'analyse étaient si différentes qu'il pourrait avoir influencé les résultats. Il n'y avait aucune différence dans le nombre d'effets secondaires rapportés lors de la comparaison entre les IPP, H2RAs et des prokinétiques.

La qualité des preuves

Les études évaluant l'effet des IPP par rapport à un placebo ou d'IPP combinée à des prokinétiques versus des prokinétiques étaient en général de bonne qualité. Cependant, les études ayant comparé les IPP versus H2RAs et des prokinétiques comportaient de graves problèmes de qualité.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves que les IPP sont efficaces pour le traitement de la FD, indépendamment de la dose et de la durée du traitement par rapport à un placebo. Les IPP pourraient être légèrement plus efficaces que des prokinétiques pour le traitement des FD ; cependant, les preuves sont rares. Les essais évaluant les IPP versus des prokinétiques sont difficiles à interpréter car ils sont à risque de biais. Bien que l'effet de ces médicaments semble être de petite taille, les médicaments sont bien tolérés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dyspepsie fonctionnelle (FD ou non-ulcer dyspepsie) est définie comme continue ou fréquemment récurrent épigastrique de la douleur ou de la gêne, pour lesquels aucune cause organique identifiée. Acide traitement suppressif, y compris les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), a été proposée comme une option thérapeutique dans FD, mais son efficacité reste controversée. Pendant IPP sont généralement considérés comme sûrs et bien tolérés, elles ont été associés à des événements indésirables, en particulier à long terme. Pour cette raison, les décisions sur l'opportunité de débuter ou de continuer IPP thérapie doit être faite sur la base d'une indication clinique appropriée. Par conséquent, nous avons réalisé une revue systématique afin d'évaluer si la thérapie IPP apporte un soulagement symptomatique à FD.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des inhibiteurs de la pompe à protons dans l'amélioration des symptômes globaux de dyspepsie et de la qualité de vie par rapport à un placebo, ou des prokinétiques, antagonistes des récepteurs H2 chez les personnes atteintes de dyspepsie fonctionnelle.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : la Bibliothèque Cochrane (jusqu'en mai 2017), MEDLINE (OvidSP ; à mai 2017), Embase (OvidSP ; jusqu'en mai 2017) et SIGLE de littérature grise (jusqu'en mai 2017) et les registres d'essais cliniques ; nous avons effectué une recherche manuelle dans les résumés de congrès jusqu'à mai 2017. Nous avons passé au crible non-systematic revues, des revues systématiques et des directives pour identifier des essais supplémentaires. Nous avons contacté les investigateurs afin d'obtenir des informations manquantes.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant un IPP à un placebo, les antagonistes des récepteurs H2 (H2RAs) ou des prokinétiques pour le traitement des FD d'une durée d'au moins deux semaines. Les participants étaient des adultes (âgés de 16 ans ou plus) présentant un diagnostic de adéquate FD (tout comme critères homologués Rome I, II et III ou Lancet du Groupe de Travail).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons recueilli les données sur les symptômes dyspeptiques, la qualité de vie et le nombre total d'événements indésirables. Les événements indésirables spécifiques ont été au-delà de la portée de cette revue.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 25 ECR de 27 articles (avec 8453 participants) étudiant l'effet des IPP par rapport à un placebo, ou des prokinétiques H2RAs pour l'amélioration des symptômes globaux de dyspepsie et la qualité de vie chez les personnes atteintes de. FD IPP à faible dose présentaient une efficacité similaire en tant que les IPP à dose standard, par conséquent, nous avons combiné ces sous-groupes pour l'analyse. Les IPP était plus efficace que le placebo pour soulager les symptômes chez les personnes atteintes d'une dyspepsie globale FD (risque relatif (RR) 0,88, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,82 à 0,94 ; les participants = 6172 ; les études = 18 ; nombre de sujets à traiter pour obtenir un résultat bénéfique supplémentaire (NSTb) 11 ; preuves de qualité modérée). Les IPP pourraient avoir que peu ou pas d'effet par rapport aux H2RAs (RR 0,88, IC à 95 % 0,74 à 1,04 ; les participants = 740 ; les études = 2 ; preuves de faible qualité), et pourrait être légèrement plus efficace que des prokinétiques (RR 0,89, IC à 95 % 0,81 à 0,99 ; les participants = 1033 ; les études = 5 ; NSTb 16 ; preuves de faible qualité) à soulager les symptômes chez les personnes atteintes d'une dyspepsie globale FD. IPP + des prokinétiques ont probablement que peu ou pas d'effet par rapport aux IPP seule à soulager les symptômes dyspepsie globale (RR 0,85, IC à 95 % 0,68 à 1,08 ; les participants = 407 ; les études = 2 ; preuves de qualité modérée).

Il n' y avait pas de différence entre les sous-groupes selon le statut Helicobacter pylori, le pays d'origine ou la présence de reflux ou de sous-types de Rome III. On n' a observé aucune différence dans le nombre d'effets indésirables observés entre les IPP et les autres traitements. Il y a eu moins d'effets indésirables dans la combinaison des IPP et des prokinétiques comparativement à la seule prokinétique (RR de 0,60, IC à 95 % de 0,39 à 0,93; participants = 407; études = 2; données probantes de qualité modérée).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.